Bienvenue dans ce magnifique pensionnat aux styles anciens et agréables protégé et entouré d'une végétation gardant cet endroit à l'abri des regards indiscrets.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre en forêt [PV Kuro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Jeu 3 Jan - 18:44


Eh bien, une chose était certaine, il aimait ce qui était ambigus, celui-là ! J’avais pas mal de difficulté à le suivre et, je l’avoue, à comprendre sa logique. Ou du moins, le train de ses pensées. Sa manière de voir la vie avait changé, ça, je l’avais très bien et très vite compris. Or, le problème, c’était : qu’est-ce qui avait provoqué ce changement radical ? On ne passait pas de la détermination bornée à l’abandon absolu sans aucune raison. Il y avait souvent une très bonne raison. Probablement en rapport avec sa famille. Quoique… Non. Il est tombé dans la rue et a voulu s’en sortir. Si, selon une hypothèse, il était tombé à la rue après avoir perdue sa famille ou peu après, et qu’il avait continué à tenter de s’en sortir, le problème ne pouvait donc pas être lié à la famille. Qu’est-ce qui avait changé ? Qu’est-il arrivé, Shôta ?

Donc, plus aucune attache ici… Je crois comprendre ce qu’il veut dire par là, d’une certaine manière. Plus de famille, pas d’amis, pas de travail, pas d’honneur… Bref, rien à garder. Rien à perdre. Simple, hum ? Ne nous fions pas aux apparences : c’est beaucoup plus complexe que cela peut le paraître. Et ça, je le sais. Je le vois. Je le sens. Même s’il dit ne pas vouloir aller dans le mélodrame et qu’il ne semble pas tellement apprécier parler de lui, je crois que… que ce s’est une bonne chose. Qu’il m’en parle, je veux dire. Qu’on en parle, en fait. Quoique moi j’écoute plus que je ne parle… Enfin bon ! Je trouve sa situation réellement… je ne sais pas, triste ? Étrangement, ça me touche tout ça. Qu’il soit aussi blasé de la vie… Qu’il se fiche de sa mort… En fait, ça m’enrage.

Comment peut-on dire ça de cette manière ? Comment peut-on en arriver à de telles extrémités ? Comment… Comment… Je n’ai que des questions en tête. Malheureusement, il n’y aucune réponse. Et je ne vais tout de même pas lui demander… Je ne suis pas aussi idiot que ça ! Il y a bien une raison pour que je me taise et ne lui demande pas directement ce qui est arrivé à sa famille… Je ne veux pas le forcer à faire quelque chose qui pourrait le blesser. Après tout ce qu’il a fait pour moi… J’ai, bien malgré moi, une certaine reconnaissance envers lui.

Après avoir légèrement parlé de moi, je l’écoutai me dire son opinion sur le rôle d’un parent et j’haussai les épaules. Qu’aurait-il voulu que je réponse à ça ? Mon géniteur –je refuse d’appeler cet homme mon père, même dans ma tête- est un idiot. Un enfoiré, même. Mais ça, je n’y peux rien, c’est comme ça. Tout simplement. Que je le veuille ou non… c’est ainsi. Mais bon, je ne suis pas pour autant triste de ne pas avoir eu de figure paternelle dans ma vie : ce que je ne connais pas ne peut pas me manquer, hm ?

Je sentais son hésitation, mais je fus étrangement réellement heureux de le voir s’ouvrir à moi, me parlant de sa vie, de son passé, de lui. Je remarquai sa voix légèrement tremblante sur les bords, mais ne dit rien si ce n’est que le tenir plus fort contre moi, venant frôler de mes lèvres son cou, l’écoutant attentivement alors que mes mains s’activaient dans son dos. C’est réellement… horrible. Il n’y a pas d’autres mots qui me viennent en ce moment à part ce moi et celui-ci : tragique. Il ne l’a pas eut facile, ce gamin… Encore là, la vie ne semble pas avoir finit d’être chienne avec lui. Dire qu’il est encore vivant, c’est un miracle.

Lorsqu’il eut fini, j’observai ses traits crispés par la douleur qu’il tentait de cacher, je sentais son étreinte renforcée, mais je ne trouvais aucunement les mots pour le réconforter. Je cherchai et recherchai au fond de moi, retournant chaque recoin de mon esprit, les mots qui pourraient apaiser, ne serait-ce qu’un peu son cœur trop lourd. Or, je n’ai jamais été bon là-d’ans et ce n’est sûrement pas aujourd’hui que ça va commencer…

« Shôta…, fis-je doucement, caressant un instant sa joue. »

Moi et les gestes doux ou rassurants, ça fait deux. Je n’ai jamais fait ça, alors j’improvise sur le moment. Je le poussai de sorte à ce qu’il se retrouve sur le dos, puis je m’installai sur lui, venant le serrer étroitement contre moi. Je posai un doux et très léger baiser sur sa tempe, hésitant sur la démarche à suivre. Tout ce que je pouvais faire, c’était lui faire part de ma présence. Bref, pas grand-chose.

« J-je sais que ça fait idiot de dire ça maintenant, surtout après le début catastrophique de notre rencontre et le fait que, justement, on vient seulement de se rencontrer, mais… sache que je suis là… et que je serai là après. Si tu as… besoin de moi… ou je ne sais pas, que tu veuilles simplement passer du temps avec moi… on n’est même pas obliger de se parler… Je serai là. Je me léchai les lèvres, extrêmement gêné. Et… Je te promets que… ce que tu m’as dit vas rester entre nous… Je ne l’utiliserai pas contre toi, promis. Je ne suis pas du genre à faire des coups aussi bas, j’ai tout un peu petit côté chevaleresque. »

Oui, très mal choisi ma petit pointe d’humour. Ou du moins, qui c’était voulu un peu humoristique. Ma main glissa sur sa joue, puis alla se perdre dans ses cheveux. Mal à l’aise ? Et comment ! Je ne savais pas du tout comme agir et ça devait bien paraître ! Oh… Je m’empressai d’ajouter :

« Ce n’est pas… Ce n’est pas de la pitié, hum, au fait… Je regardai un arbre un peu plus loin, trouvant soudainement son tronc trèès intéressant. Je t’apprécie… et… je ne veux pas que tu meurs… ni que tu souffres, bien entendu, même si je sais que de ce côté je ne peux rien y faire… Je suis plutôt une nuisance, hein ? Je tentai un petit sourire, mais là aussi, je sentais que ça tombait mal. »

Je continuai tout de même mes caresses, mes mains dans ses cheveux, mon souffle chaud au creux de son cou. Je ne sais pas apaiser une blessure, peu importe qu’elle soit physique ou psychologique. Surtout pas celles qui ont de tels impacts… Ce n’est pas que je le veux pas, alors vraiment pas. Seulement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Jeu 3 Jan - 20:05

Shota ne revient pas sur le douloureux sujet qu'était ses idées suicidaires. Il n'avait plus rien à en dire. Si Kurigane lui avait posé la question, peut-êre est-ce que, quitte à s'ouvrir à lui... il aurait répondu. Ou pa, il ne savait pas trop. Il n'aimait pas revenir sur les sujets douloureux ou humiliants. Mais on ne sait jamais. Malgré qu'au début, Kuro ne lui avait inspiré aucune confiance, allez savoir pourquoi c'était différent à présent. Mmmhhh.... ouai, tout le monde n'avait pas un chasseur à affronter dans une vieille cabane, ni le froid à combattre ensemble pour ne pas crever, c'est pas faux... ça créer des liens, peut-être. Enfin soit...

Shota en vient donc à lui parler de sa famille et de ce qui était arrivé. Nul doute que ouais, visiblement, les situations qu'ils ont vécus ça rapproche. Le sdf ne se serait pas dévoilé aussi facilement à un inconnu, ce n'était absolument pas son genre. Il ne comprenait pas très bien ce qui le poussait à se dévoiler à lui, à Kuro... peut-être avait-il confiance en lui finalement. Ouais, c'était ça. Il n'y a pa d'autre explication au fait qu'il lui raconte tout ça. Cependant, pendant son récit, il avait été surpris de sentir les lèvres de son interlocuteur sur sa gorge, les mais dans son dos... et de sentir son étreinte se resserrer. Au début, Shota s'était crispé de plus belle. Lui et les étreintes, il n'avait plus l'habitude. Mais pourtant il ne bougea pas et le laissa faire, ces gestes avaient quelque chose qu'il n'avait plus ressenti depuis longtemps.. confort et bien-être.

Lorsqu'il l'entendit murmurer son prénom, Shota leva les yeux vers lui, incertain. Il avait peur de découvrir de la pitié, ou de la compassion. Il n'aimait pas cela non plus -il n'aimait pas grand chose en fait-. Il poussa un petit cri de surprise en se retrouvant sur le dos, bloqué par le corps de son compagnon d'aventure, mais il ne bougea pas, restant simplement contre lui, comprenant que ses intentions n'étaient pas négatives. Le baiser sur la tempe lui fit fermer les yeux, de bien-être, faut l'avouer. Lorsque Kuro repris la parole, Shota leva les yeux vers lui. Et avec ce qu'il dit, deux peur qu'il avaient s'envolèrent. Celle qu'il le prenne en pitié, et celle qu'il utilise ses aveux contre lui..... quoique même là, non, en fait non, il n'avait pas peurqu'il le fasse, Shota s'en rendit compte sur le coup. Venant se frotter les cheveux, un peu gêné, il le lui dit.

"J'aime pas qu'on m'prenne en pitié... j'ai horreur des regards ou des gestes de pitié. Mais étrangement... quand tu m'as réconforté, j'ai bien sentit que ça ne l'était pas. J'ai apprécié, ça faisait du bien... merci. ¨Pour ce qui est d'utiliser ce que j'ai dit contre moi.... faut croire que je te fais confiance finalement. Déjà parce que je t'ai parlé de ça... puis parce que je me suis rendu compte que je n'avais plus peur que tu me blesses avec ça. Enfin, j'me goure peut-être hein.. mais c'est c'que je pense. Contrairement à ce que notre rencontre laissait présager -rien de bon- , je te fais confiance..."

Et ce n'était pas un vain mot, ou quelque chose qui arrivait souvent. La confiane, Shota ne l'accordait que peu. Et d'ailleurs, depuis qu'il était dans la rue, il avait appris très tôt à ne pas la donner. Kuro était le premier depuis des années à avoir la confiance de Shota. Ca pouvait sembler anodin pour quelqu'un qui ne le connaîtrait pas, mais au contraire, ça en était loin. C'est aussi pour ça que Shota ne cherchait pas à se retirer de son étreinte et restait contre lui. En gros, il partageait sa chaleur contre son réconfort ? Bon deal aussi. Un petit rire lui échappa quand son esprit revint sur le côté chevaleresque. D'une voix amusée, il commenta.

"Un petit... faut bien chercher c'est ça ?"

Shota s'était détendu, ça allait mieux maintenant. Mais nul doute qu'après avoir ressasser ces souvenirs, il ne dormirait pas très bien cette nuit, tout comme Kuro disait. Il ferait certainement des cauchemars. Mais la main dans ses cheveux et le souffle sur sa gorge l'empêchait d'y penser pour le moment. Il sourit en passant à nouveau ses bras autour des hanches de Kuro.

"C'est pas juste... tout à l'heure c'est moi qui voulait te réconforter et te protéger, les rôles ce sont inversés. Mais merci... je me sens vraiment mieux grâce à toi. Et pourtant, c'est vrai que tout à l'heure quand on s'est rencontré, on aurait pas cru que ça évoluerait ainsi, loin de là... je ne m'ouvre habituellement pas aux autres comme ça.... j'sais pas trop pourquoi avec toi c'est différent, mais ça fait du bien..."

Il ne pensait même plus au froid autour d'eux. Il se sentait réellement bien ainsi, loin de toutes craintes. On aurait presque dit un moment de câlin. Ca aussi, ça faisait très très longtemps qu'il n'en avait pas fait. Ses mains restaient autoru des hanches de Kuro, lui caressant la peau par moment. Sans arrières pensées, mais dans l'idée de l'étreinte, sagement, comme pour lui rendre la caresse dans ses cheveux. Il ferma les yeux, se fixant sur le souffle et les lèvres de Kuro contre sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Ven 4 Jan - 19:01


Je l’avais sentis, à un certain moment, se crispé entre mes bras. Réaction qui s’amplifia lorsque je serrai ma prise. J’eu peur, pendant quelques secondes, d’avoir mal agis lorsque que je l’ai sentit se tendre encore plus. Il n’aimait pas les contacts physiques… Je devais avoir exagéré. Dire que je ne voulais que le réconforter… Je suis vraiment un bel idiot ! J’aurais dû savoir qu’il n’apprécierait pas ce geste… On ne se connait pratiquement pas, après tout. Nous sommes deux étrangers dans les bras de l’autre tentant de se réchauffer et de garder la tête hors de l’eau. Nous n’avons pas grand-chose en commun. Pas grand-chose qui nous permettrait de dire "parce que c’est nous deux". Rien de rassembleur, rien de spécial. Seulement deux jeunes hommes qui tentent de survivre. Envers et contre tous, hein ?

Quoiqu’il ne réagit pas plus que ça à mon étreinte. Je devrais même dire qu’il s’est lentement calmer. Il s’est laissé aller. Il se laisse aller, en fait. Dans mes bras. Près de moi. Je n’aurais jamais cru ça, si quelqu’un m’aurait dit que cela allait arriver, que quelqu’un prenne appui sur moi, que j’étreigne quelqu’un sans aucune mauvaise intention. Ça me surprend… Je crois qu’entre lui et moi, je suis le plus étonné. Étonné de ce que je fais, de comment il réagit, de comment moi-même j’agis…

Je pris mon temps pour lui expliquer que je serai là pour lui, que je l’appréciais, que je n’utiliserais pas son passé contre lui et que je ne le prenais pas en pitié. Même si, je dois l’avouer, ma voix était hésitante et mes mots, mal choisis. Je ne savais quoi lui dire exactement : alors j’improvisais dans le tas en espérant que quelque chose de bien allait en ressortir. Je ne voulais réellement pas le blesser plus qu’il ne l’était déjà. Mon regard voyageait un peu partout sur son visage, ses traits, ses yeux, cherchant à savoir si j’avais totalement merdé ou, par je ne sais quel miracle, je l’aurais un peu réconforté. Tout me disait dans son maintient que j’avais réussi le but que je m’étais fixé. Aussi, je souris tranquillement alors qu’il se frottait les cheveux, gêné.

Confiance ? Il avait confiance en… moi ? Mes yeux s’écarquillèrent de surprise. Se rendait-il compte de l’énorme présent qu’il m’offrait ? La confiance, ce n’est pas rien. C’est même immense. J’aimerais tellement être digne de ce cadeau ! Or, j’ai affreusement peur de la gâcher. La confiance, c’est fragile. Instable. Il suffirait que de quelques mots ou quelques gestes pour tout détruire… Je me léchai les lèvres, embarrassé. Est-ce que je mérite vraiment tout ça ?

« Hum… C’est moi qui-… qui devrait te remercié. Tout ce que tu as fait pour moi depuis le début : si je n’étais pas tombé sur toi, j’étais fichu… Merci, Shôta… Je me mordis un instant les lèvres, puis soufflai doucement : je ferai attention à garder cette confiance intacte et en être digne… Pro-promis… »

Gêné ? Pas qu’un peu ! C’est bien la première fois que quelqu’un me dit avoir confiance en moi… Même ma mère n’a strictement aucune confiance en son fils ! Bon, pas vraiment étonnant vue toutes les bêtises que je fais, mais tout de même. Simplement pour dire que c’est le premier. Et probablement le dernier, en fait. Mais qu’importe… Qu’on me croit ou non, qu’est-ce que ça change ? Ce n’est pas comme si on allait me faire porter un secret super-méga important pour le pays sur mes épaules. En fait, je serais bien la dernière personne pour ce genre de chose…

Ma tête reposait son épaule, observant de mes yeux fatigués son cou dont je connaitrais bientôt chaque petit détaille. Ma main ne cessait d’aller et venir dans ses cheveux, m’amusant avec leur douce texture. C’était si plaisant de pouvoir fourrer mes doigts là sans avoir peur que la personne ne le prenne mal… C’est doux et chaud, j’adore… Je revins sur terre seulement lorsque j’entendis son rire, papillonnant des yeux sous la surprise. Pourquoi riait-il ? Je ne me souvenais aucunement d’avoir dit ou fait quelque chose de comique dans l’immédiat…

Oh, ça…

« Très, très petit… Il faut d’ailleurs creuser longtemps longtemps avant de le trouver. S’il y a quelque chose à trouver… »

Ses bras autours de mes hanches m’arracha au début un mouvement de recul, pur réflexe, mais je me repris rapidement et me recollai contre son torse, mon souffle revenant réchauffer sa gorge, mes mains, ses cheveux. Son sourire me faisait du bien, mais je ne l’avouerais pour rien au monde.

Après avoir écouté ses paroles, je dis tout doucement :

« Je n’ai pas besoin d’être réconforté, tu sais. Je n’ai pas l’intention de faire en sorte que ce genre de situation arrive de nouveau, que cette peur revienne…, fit-je en faisant la moue, un peu honteux de mon comportement dans la cabane. Et... si tu te sens mieux, c’est tout ce qui compte. J’en suis très honoré et… heureux. »

Je sentais sa main sur mes hanches, me caressant doucement. Je frissonnais aux contacts, réellement pas habitué à ça. Ma main glissa de ses cheveux jusqu’à sa joue, son cou, puis vint se poser sur son épaule, à plat. Je fermai à mon tour les yeux, me laissant bercer par toutes les sensations et la chaleur qu’il dégageait. J’avais complètement oublié que, dans mon dos, le froid se battait pour prendre d’assaut mon corps. Une petite sieste ne pouvait nuire à personne, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Ven 4 Jan - 23:28

Shota reste agréablement blottit contre le corps de Kurogane, laissant ses doigts jouer sur ses hanches tout en regardant le tronc en face d'eux sans vraiment le voir. Il aimait ce qu'il était en train de ressentir. Pour la première fois depuis très longtemps, il se sentait bien, bien installé, et il appréciait le contact d'une autre personne contre lui. Et tout ça, sans mauvaise intention. Ça le changeait de ses débuts dans la rue. Il sentait qu'il pouvait lui faire confiance à lui, et il était amusé de voir que, sous sa carapace de dureté, il était en fait assez... timide ? En tous les cas actuellement, il était gêné, et c'était.. comment dire.. presque adorable. Lorsque que Kurogane le remercia, Shota fit "non" de la tête, posant ses doigts sur ses lèvres pour le faire taire. Visiblement, son interlocuteur ne savait pas à quel point il l'avait aidé lui aussi. Le fixant dans les yeux, il reprit donc la parole.

Tu sais que si tu n'avais pas été avec moi, face à ce chasseur... je n'aurais eu aucun regret à me laisser tuer par lui ? J'aurais même volontiers accueilli son couteau. Mais c'est parce que tu étais avec moi et que tu avais peur, que je ne l'ai pas fait. J'ai préféré t'emmener loin de lui....

Dit-il simplement avant de laisser à nouveau son regard voguer vers le tronc de l'arbre. Il espérait ne pas le gêner en lui disant ça. Il ferma légèrement les yeux en se laissant aller contre lui. Il ne sentait même plus le froid autour d'eux, alors que ce dernier attaquait son corps scrupuleusement, Shota se sentait bien.Il garde son étreinte autour des hanches de son compagnon d'infortune, caressant ses dernières par-moment, presque instinctivement. C'est ainsi que Shota se rappela que, auparavant, c'est vrai qu'à chaque fois qu'il avait quelque chose ou quelqu'un dans les bras, il le câlinait, que ce soit une peluche, son frère... il aimait cela.

"Tu m'as fais redécouvrir qu'en fait, j'aime bien câliner ce que j'ai dans les bras."

S'il se fiait à ses souvenirs, c'était surtout son frère qui venait le prendre dans ses bras habituellement. Hormis lui... il n'y avait pas eu grand monde. Il l'écouta ensuite lui dire qu'il n'avait habituellement pas besoin d'être protégé, et qu'il ne laisserait pas une telle situation se reproduire. Oui, c'est bien ce que Shota avait pensé, qu'il n'était pas du genre à se laisser protéger par quelqu'un. Il esquissa un léger sourire à cette remarque, hochant la tête.

"Je m'en doutais bien que ce n'était pas ton genre. Je m'en suis bien aperçu lors de notre premier échange de parole... mais il n'y a pas de honte à laisser exprimer ses peurs par moment, ou ses sentiments. Si ce n'est qu'une fois... tu ne risques rien, ça arrive à tout le monde... personne ne peut être totalement insensible ou invincible..."

Achève-t-il de dire en refermant ses yeux. La main de Kuro sur sa peau acheva de le détendre, lui arrachant un petit gémissement de bien-être et du coup, comme un chat, il se blottit un peu mieux contre lui. Oublié son malaise face aux contacts physiques, avec Kuro, il ne le ressentait plus, il se sentait bien, ainsi, les yeux clos et l'esprit apaisé. Si bien que.... il fut le premier à s'endormir. Et c'est bien ce qu'il fit, il s’endormit ainsi, comme une masse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Sam 5 Jan - 16:17


C’était réellement étonnant de voir que les contrasses de froid et de chaud étaient clairement visibles dans notre environnement autant que dans nos personnalité. Si lui semblait d’un sang-froid à tout épreuve, et bien moi, j’étais tout le contraire : bouillant et imprévisible, comme le feu. Bien sûr, ça, c’était un peu plus implicite que les éléments naturels. La froideur de l’hiver contre la chaleur corporelle. Nous contre la nature. Je me demandais si… Non. Non, impossible. On a survécu à un crétin fini de première classe, une petite brise fraîche ne devrait donc pas nous atteindre… ! Nous... ? Pourquoi est-ce que… ?

Mon regard passa sur son visage aux traits détendus, remarquant à quel point il semblait bien. On formait un sacré duo, ensemble. Un duo de choc. Je suis certain que, côte à côte, on serait capable de faire beaucoup. Je ne sais pas s’il sait bien se battre, cependant, je sais qu’il est vif et plutôt intelligent. Il pense rapidement et garde les idées froides en toutes circonstances dangereuses à ce que j’ai pu voir. C’est une bonne qualité, une très bonne. Il lui suffirait donc simplement d’apprendre à se battre… pour lui. Après tout, je me demande quel compagnon de route accepterait de se battre aux côtés d’un homme qui se fiche de mourir, voir même vouloir mourir…

Je sursautai en sentant ses doigts sur mes lèvres, observant avec interrogation son geste de la tête. Je m’arrêtai, réellement surpris de son geste de familiarité. Un autre et je lui aurai mordu le doigt. Je plongeai mon regard dans le sien, tentant de déterminer où j’avais eu tord. Je l’avais simplement remercié… En quoi c’était mal ? En quoi avais-je fait erreur ?

…Je l’avais sauvé inconsciemment, donc ? Était-ce cela qu’il tentait de me dire ? Que… Grâce à moi, il nous avait sauvé tous les deux ? Je me demande… si je n’avais pas eu peur, ou du moins si je ne l’avais pas démontré, est-ce qu’il aurait agis de la même manière ? M’aurait-il laissé mourir de la lame effilée du chasseur ? Et si je n’avais pas été là, est-ce qu’il aurait réellement fait ce qu’il vient de me dire, donc se résigner à cette mort ? Alors que lui fermait les yeux, les miens s’ouvraient en grands. Je ne l’aurais pas laissé mourir… même s’il aurait gardé sa carapace froide, je ne l’aurais pas laissé partir. Je ne veux plus être seul !

Ses caresses sur mes hanches étaient si bonnes, si douces… Je me sentais si bien. À ma place, contre lui. Il me réconfortait, quoiqu’il puisse en dire. Je me demande qui de nous deux à le plus réconforter l’autre. Probablement sommes-nous égales. Nous l’avons simplement fait avec des moyens différents. En étant nous-mêmes. Je ris doucement en l’entendant me dire que je lui avais fait redécouvrir qu’en fait, il aimait bien câliner ce qu’il tenait dans ses bras.

«Ça, je l’avais remarqué…, fis-je avec un sourire moque avant d’ajouter : mais ne t’arrête pas, c’est bon… »

Ce n’est pas parce que je n’aime pas me faire réconforter que je n’apprécie pas à leur juste valeur les petits gestes comme ça. D’ailleurs, Shôta me le fit remarquer, que ça n’avait pas semblé être mon genre de vouloir me faire réconforter. Je grimaçai en remarquant qu’il s’était basé sur mes paroles du début pour me juger ainsi.

« Ce que j’ai dit au début…, commençais-je, mal à l’aise. Ce n’était qu’un jeu. Je voulais t’impressionner, t’effrayer. J’eus un léger rire. Je ne sais même pas si je dois être mécontent ou non de mon échec… »

Je le vis bientôt refermé les yeux, se blottissant un peu plus contre moi. Je fis de même, calant ma tête au creux de son cou, mon corps venant épouser le sien. Le plus près possible nous corps serait et mieux nous nous réchaufferons. Alors que j’allais fermer les yeux, je le vis me devancer, s’endormant comme une masse. Un doux sourire prit d’assaut mes lèvres alors que je l’observai. Je me redressai légèrement, puis posai un léger baiser sur son front.

« Bonne nuit… Shôta. »

Je me rallongeai à ses côtés, m’endormant à mon tour d’un sommeil léger, habitué à ne dormir que sur une oreille. S’il arrivait quelque chose, je serais le premier à me mettre sur mes deux jambes, prêt à me battre. Pour l’instant, cependant, seul un bon repos se présentait à moi. Repos qui, je l’espérais, ne serait pas gâcher par de vieux fantômes du passé ou, bien sûr, par un certain malade mental…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Dim 6 Jan - 3:07

Le jeune homme était profondément endormi. Même dans son sommeil, il reste collé contre le corps avec lequel il partage sa chaleur. Il faut dire que ça fait longtemps que ça ne lui était plus arrivé, et il redécouvrait le bien-être que cela pouvait procurer. C'était tout de même étonnant... en une seule journée, une rencontre qui commence mal.... des aventures qui rapproches... et finalement une amitié est née ? Peut-être que c'était ça... ou peut-être pas, il ne savait pas trop, mais en tous les cas c'était agréable, ça réchauffait le coeur.... il ne se sentait plus aussi seul que ces dernières années. Mais en même temps, il était conscient que s'attacher à quelqu'un, c'était s'exposer à la douleur de le perdre. Mais tant pis... il se sentait tellement bien en cet instant que c'était un risque qu'il était prêt à courir.

Durant cette froide nuit, rien ne se passa. Enfin, rien qui ne vint pertuurber le sommeil des dormeurs. Le chasseur fou était resté chez lui, les ourses ou les loups avaient décidé de les laisser tranquils... seul le froid ne les avait pas lâché malheureusement. Le vent et la pluie les avaient épargnés également, c'était une bonne chose. Ils avaient de la chance dans leur infortune. C'est le soleil au-dessus de leur tête qui réveilla le jeune dormeur sdf. Il était assez haut dans le ciel, ses rayons réussissaient à glisser entre les feuillages des arbres pour éclairer la petite clairières où les deux hommes se trouvaient. Ils étaient allongés près d'un arbre massif qui les protégeait. Le sac de Kuro se trouvait toujours à leur côté.

Shota se redressa en essayant de ne pas réveiller son compagnon de nuit. Il s'étira paresseusement avant de grimacer soudainement, une douleur aigue vrillant son épaule. Il observa la blessure de la veille et constata qu'elle s'était infectée pendant la nuit. Il soupira légèrement, ne s'en inquiétant pas plus que ça, et il se leva pour aller faire le tour des alentours. Rien de neuf ou d'intéressant... mais rien de dangereux non plus, c'était bien. Shota n'avait pas froid, étonnemment.. il pouvait même dire qu'il avait chaud. Peut-être la fièvre due à l'infection ? Il ne savait pas, il n'y connaissait pas grand chose en médecine, mais ce qu'il ne pouvait pas voir c'est que son visage était rouge et moite. Il regarda Kuro pour voir s'il était réveillé. Si ce n'était pas le cas, il ira le secouer légèrement pour le réveiller, avant de dire.

"Hey... Kune.... il faudrait qu'on sorte de cette forêt à présent, avant que l'autre taré au couteau ne se décide de partir pour une nouvelle chasse..."

Ils avaient déjà eu de la chance de ne pas retomber sur lui, alors autant ne pas abuser de leur bonne étoile Shota attentif que son compagnon soit réveillé et qu'il ait récupéré ses affaires, avant de regarder autour de lui Maintenant qu'il faisait bien clair, c'était plus aisé pour s'y retrouver dans cette forêt. Il prit spontanément la main de Kurogane pour être sûr qu'ils ne s'égarent pas ou ne s'éloignent pas l'un de l'autre, on ne sait jamais, et il se mit à avancer entre les arbres..

"T'as bien dormi ?"

Une simple question pour casser un peu le silence. Shota mit bien une demie-heure avant de retrouver le chemin, et une quinzaine de minutes supplémenaires pour les faire sortir de la forêt avec un petit sourire satisfait, malgré la douleur irradiante à son épaule.

"A bon port, j'étais sûr d'y arriver une fois qu'il ferait clair."

Cependant, sa blessure avait une sale tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Dim 6 Jan - 16:08


Mon petit sommeil de soldat sur ses gardes s’était changé rapidement pour quelque chose de plus profond et de plus lourd. Peut-être était-ce dû à la chaleur que dégageait un autre corps contre le mien, peut-être était-ce seulement les événements de la journée qui m’avait complètement tué. Peu importe la raison, les résultats étaient là : j’avais dormi comme un loir. Un ours aurait pu chanter à nos côtés en jouant du violon que je n’aurais rien entendu. Sa respiration m’avait bercé, en plus du contact de ses mains que j’avais sentit avant de m’endormir. M’endormir. Aux côtés d’un inconnu… ou presque. J’avais dormi d’un sommeil lourd sans me soucier un seul instant de ce qui aurait pu se passer durant mon sommeil. J’avais eu suffisamment confiance en lui pour abaisser mes barrières… Étonnant.

Durant la nuit, je me souvenais avoir resserré ma prise en plus de murmurer quelque chose, probablement en rapport avec les rêves étranges que j’avais fait. Je ne me souvenais plus vraiment de ce que j’avais rêvé, cependant, je savais que ce ne devait pas être très reposant puisque ma respiration s’était accélérée. Non, ce n’était rien de pervers non plus : dans le cas contraire, une certaine partie de mon anatomie se serait probablement elle aussi réveillée…

Je ne me réveillai seulement lorsque mon compagnon de route se redressa, restant cependant immobile, feignant de dormir encore un peu. En fait, je ne voulais tout simplement pas ouvrir les yeux et faire face à la réalité. Le souvenir de ce qu’on s’était dit et ce qu’on avait fait était encore très vif dans mon esprit et, je suppose, l’était aussi dans le sien. J’avais agis comme un parfait imbécile… De quoi avoir honte, oui !

Lorsque j’ouvris les yeux, le jeune homme qui avait partagé… sa chaleur… était levé et marchait aux alentours, cherchant je ne sais quoi. Je le regardai faire d’un regard brumeux, ne bougeant pas d’un iota. Mon esprit marchait au ralentit et je n’avais aucunement conscience du temps qu’il était ou, même, la présence d’esprit d’observer la plaie de l’autre. Le fantôme de chaleur qui restait sur ma peau disparue lentement, en même temps que mon envie de me recoucher. Je l’écoutai me parler alors que je m’étirais, prenant conscience du vêtement que partait Shôta. Tien, il me semblait l’avoir vu à quelque part, celui-là…

Je clignai des yeux pour rendre ma vision plus claire et, ainsi, discerner comment allait mon interlocuteur. En voyant son visage, cramoisi et suintant, je posai par réflexe une main sur mon épaule, celle où avait le trou dû au coup de couteau que lui avait porté le chasseur. Sa blessure… je l’avais totalement oublié… Mes yeux s’ouvrir en grand alors que je me levais d’un bond. Alors que j’allais lui faire remarquer que, évidemment, sa blessure semblait s’être infectée, je me retins. Il ne fallait surtout pas paniquer maintenant… Je lui dirai plus tard. En fait, je ferai beaucoup plus que lui dire…

Après avoir pris mon sac, je le laissai prendre ma main, serrant même ma poigne sur cette-dernière. Ainsi, s’il venait à se sentir mal ou à vaciller, je le saurai immédiatement et je pourrai le soutenir rapidement. Marchant à ses côtés, je n’avais aucun doute sur le fait qu’il nous sortirait de là. Aucun. En entendant sa question, je me raclai la gorge, me rappelant que je n’avais pas prononcé un seul mot depuis que je m’étais levé.

« C’est la première fois depuis des années que je dors aussi bien, fis-je avec une sincérité renversante. Et toi ? »

Après un moment, nous atteignirent la sortie. Alors qu’il nous annonçait enfin sorti du bois, j’en profitai pour soupirer de soulagement. Puis, mué par un soudain élan de reconnaissance, je vins le serrer contre moi, faisant extrêmement attention pour ne pas appuyer sur sa blessure.

« Merci, Shôta. Maintenant, on va pouvoir prendre soins de ça…»

Je m’écartai légèrement de lui pour frôler de mes doigts sa plaie, par-dessus le chandail. Mon chandail. Chandail qui, si je ne m’abuse, serait fichu. Mais ça, je m’en fou. Ma main toujours dans la sienne, je me reculai à une distance respectable, l’observant en silence avant de détourner le regard et détailler les lieux. J’étais capable de me retrouver, j’en étais certain. Je connaissais le chemin et je reconnaissais déjà la rue que l’on pouvait voir au loin.

« Viens…, lui dis-je avant d’ajouter catégorique : tu n’as pas le choix. »

Je le tirai à ma suite, ne lui laissant aucune chance de rouspéter. S’il voulait se débattre, je le tenais fermement. S’il voulait argumenter, je faisais la sourde oreille. Il avait pris, d’une certaine manière, soin de moi toute la soirée. C’était à mon tour de m’occuper de lui. Et de toute urgence. Sa blessure n’était pas rien. Je me mordis la lèvre alors que j’accélérai sensiblement le pas.

« Si tu sens que tu vas tomber ou tu te sens mal, dis-le immédiatement et appuis-toi sur moi. »

Gauche, droite, tout droit, puis encore à gauche… On arrivait dans la bonne rue, devant le bon appartement. Et tout ça en seulement une vingtaine de minute. J’étais plutôt fier de moi sur ce coup-là : habituellement, j’étais toujours le premier à me perdre ou arriver au mauvais endroit. Alors que j’ai réussi à me retrouver sans trop de problème… C’est plus qu’un miracle, c’est une bénédiction !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Dim 6 Jan - 22:31

Pendant le trajet dans la forêt, Shota ne s'était pas fait trop éloquent. Son esprit était occupé ailleurs, bien qu'il ne lâche pas la main de son compagnon de route, il lui avait simplement demandé comment il avait dormi avant de se murer dans le silence. Il n'en était sorti que pour observer Kurogane, sourire légèrement en soufflant un "Mieux que les autres nuits...". Et en effet, il avait beaucoup mieux dormi qu'habituellement, mais un élément revenant sans cesse le hanter. Raconter ce qui était arrivé à sa famille avait ravivé ses souvenirs qui étaient revenus le malmener pendant la nuit. Il n'en gardait pas des souvenirs vifs, mais il se rappelait s'être réveillé par moment pendant la nuit. Il se calmait grâce à l'étreinte de Kuro et se rendormait dans ses bras. Non, franchement, ce n'était pas bon de réussir à se calmer grâce à lui, ce n'était pas une habitude qu'il pouvait se permettre de prenre, Kuro ne serait pas là toutes les nuits pour le rassuer, il fallait qu'il y parvienne par lui-même.

Pour ne rien arrangé, Shota sentait bien que la fièvre commençait à monter, sa vue se troublait légèrement mais il ne vacilla pas, concentré sur son objectif qui était de les sortir de la forêt. Il y parvint, plutôt fier de lui, et sursauta lorsqu'il sentit son compagnon de route venir l'étreinte en le remerciant.

"De rien.. après tout je te l'avais dit."

Cependant, lorsque Kuro lui effleura l'épaule, il ne peut s'empêcher de tressaillir sous la douleur qui irradie. Il ne pousse qu'un léger grognement de douleur avant de glisser son regard autour de lui, sans faire de commentaire. Lorsqu'il se sentit tiré par la main par son companon d'infortune, qui semblait ne pas lui laisser le choix et l'emmner chez lui, Shota gonfla les joues comme un enfant, malgré sa fièvre.

"Kune... tu redeviens autoritaire."

Mais malgré sa moue, ça ne le dérangeait pas. Comment dire... ça... lui faisait du bien de s'en remettre à quelqu'un d'autre et de se laisser guider sans avoir à réfléchir. Il ne se sentait pas très bien, comme l'avait dit Kurogane, mais pourtant il ne dit rien. La dernière chose qu'il voulait, s'était de l'encombrer avec un évanouissement digne d'une femellette. Il ne savait pas comment exprimer sa reconnaissance de l'avoir rencontré, ni comment dire ce qu'il ressentait lorsqu'il se trouvait en sa compagnie... Tout ce qu'il pouvait décrire c'est qu'il ressentait un grand soulagement, de la confiance, de la sécurité aussi.. il ne se vit pas se rapprocher de Kurogane pour poser sa joue sur son épaule, s'appuyant sur lui alors qu'ils étaient arrivés à l'intérieur du bâtiment des appartements.

Le visage chaud et rouge, toujous aussi moite, Shota laissa échapper sa voix qui se trouvait au niveau de l'oreille de Kurogane. Le sdf ne se sentait pas bien, il avait l'esprit complètement Hs et ne savait plus réfléchir, ce qu'il disait, où il se trouvait... non, la fièvre l'avait déconnecté de la réalité. Tout ce qu'il ressentait dans son esprit rempli de coton, c'était le bien-être qu'il avait avec la personne à ses côtés. La tête appuyée contre son épaule, il murmura.

"Merci.... beaucoup.... je t'aime"

Il n'arrivait plus vraiment à marcher seul, il n'avait pas le choix et devait s'aider de Kuro pour monter. Ses yeux étaient vitreux. Nul doute que dès qu'il en aurait l'occasion, il s'écroulerait sur la première surface plate qu'il verrait afin de sombrer dans l'inconscience. Mais pour le moment, pour éviter de déranger celui qui le soutenait, il faisait son possible pour rester conscient, malgré qu'il soit déconnecté. Mai dès qu'ils seraient à l'appartement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Dim 3 Fév - 16:36


Il gérait, vraiment ? Je ne pus m’empêcher de sourire, me disant que, contrairement à lui, j’avais vraiment un sang-froid de merde ! Enfin bon, ce n’était pas tant pire. Dans un cas comme celui-ci, ça avait même été une bonne chose. Enfin, je crois. Mon corps disait que oui : les délices qu’ils avaient subis avaient été incomparables. Jamais sentis de plaisir aussi intense… Mais mon cerveau me disait que j’avais fait une énorme connerie. Je m’étais joué de lui. Même s’il affirmait aimer me faire plaisir, aimer faire des choses avec moi, même s’il advenait que je ne l’aime pas, je ne pouvais m’empêcher de trouver ça injuste pour lui. Je soupirai intérieurement : si je venais à ne trouver aucunes émotions amoureuses pour lui, je me promis de ne pas le blesser plus et partir. Ce serait mieux pour lui…

À la question, je ne pus m’empêcher de rire, réellement amuser par cette parcelle de possessivité qu’il me démontrait. Je caressai sa joue, sa mâchoire, choisissant d’être sincère. Comme toujours, en fait. Je ne lui mentais pas, à lui. Je n’aimais pas mentir sans aucune raison de toute manière.

« Pas depuis que je t’ai rencontré. »

Une fois que je l’eus sentis blottit dans mes bras, je me laissai aller. Ici, avec lui, je pouvais m’autoriser d’être doux, tendre. Je pouvais m’autoriser autre chose qu’une machine froide et cynique. Je pouvais être entièrement moi-même, abaissé le masque. Un petit baiser au coin de ses lèvres, puis je l’entendais dire que c’était un point positif, que c’était une bonne chose que j’apprécie les moments passés avec lui. Je me contentai alors d’hocher la tête, silencieux. J’avais chaud, contre lui. Mais ce n’était pas une chaleur étouffante, loin de là : elle m’enivrait, me faisait me sentir si bien…

Lorsqu’il me confirma que c’était possible qu’on passe du temps ensemble, je souris, mimant un geste victorieux de la main avant de me figer à l’entente du reste. Je me mordis la lèvre, ne disant rien, ne sachant pas quoi dire. Mon regard dû se faire fautif : je ne voulais pas l’inquiéter, mais c’était la seule façon que j’avais trouvé pour m’évader. Et désormais, elle était ancrée dans mon corps.

« Pardon de t’inquiéter, Shôta. Mais c’est justement que parce que ça me met en danger que j’aime ça. J’ai besoin de ça. C’est plus fort que ma propre volonté. Même si je voulais arrêter… je tomberais de nouveau la journée d’après. Je sais, j’ai déjà tenté. Personne pour m’en empêcher, personne pour me retenir… Je sombre, tout simplement. »

Je caressai pensivement son bras, un peu songeur. Mettre ma vie en danger, c’était un gros rush d’adrénaline. Et j’avais besoin de ça. Ça m’informait que j’étais vivant, que j’avais le contrôle. Mais en même temps, ça me donnait une espèce d’excuse pour mourir. Je veux dire par là que ma mort m’échappait. Si je m’injectais un peu trop, sans savoir combien, j’avais des chances d’y rester. Je me donnais la mort sans me l’a donné directement. La roulette russe, en gros. Dommage d’ailleurs que je n’aille pas de revolver : ça aurait été franchement utile. Plus efficace que la drogue, en tout cas.

Lorsqu’il mentionna la douche, j’hochai la tête en me redressant lentement.

« Ce serait une bonne idée… Je vais te passer mes vêtements. Même, on pourrait aller t’en acheter, d’accord ?, fit-je en le regardant, hésitant, effrayé à l’idée qu’il le prenne mal. J’ajoutai alors rapidement : ça me ferait vraiment plaisir… Tu sais… J’aimerais t’aider à choisir quelque chose que tu aimes, t’aider à le mettre même… »

Je baissai un peu la tête, extrêmement certain d’avoir dit quelque chose que je n’aurais pas due. Il ne voulait pas ambitionner sur moi, ne pas s’habituer aux petits plaisirs que voulaient lui donner, et blablabla… Mais c’était plus fort que moi. Je voulais le sortir de la rue, je voulais qu’il vive normalement, qu’il aille bien. Je voulais son bonheur ! Je serrai les dents et, à peine quelques secondes après avoir dit mes derniers mots, je vins me mettre à genoux devant lui en capturant ses deux mains, déglutissant difficilement.

« J’sais que j’t’emmerde avec ça… Que j’suis obstiné, que je t’énerve… Mais je veux vraiment te sortir de là, Shôta. La rue, c’est dangereux. J’veux pas que tu sois en danger. Je veux que tu sois heureux, que tu sourisses toujours comme tu sais si bien le faire avec moi…»

Je serrai un peu plus fort ses mains, tremblant légèrement, les yeux fermés alors que je disais fermement :

« Je ne veux pas te perdre ! Je ne veux pas qu’on te touche contre ton gré, je ne veux pas que tu ailles peur, froid, mal ! Je veux… Je veux que tu aimes la vie… comme avant… que tu… »

Je m’arrêtai là, sachant que c’était déjà beaucoup. J’entendis alors, anxieux, la sentence à mes mots trop francs, trop sincères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   Dim 3 Fév - 21:41

Lorsque Kurogane lui dit qu'il n'avait, en gros, rien fait avec quelqu'un d'autre, pa depuis qu'ils se sont rencontrés, Shota ne peut empêcher un soupire de soulagement de s'échapper de ses lèvres. Il se détend visiblement, ne quittant plus son sourire à présent, il se sentait plus léger. Et oui, il fallait avouer qu'il était jaloux... il n'aurait pas aimé que le jeune homme soit proche ainsi de... quelqu'un d'autre. Un brin possessif oui... il ne savait pas si c'était une bonne ou mauvaise chose, il ne savait pas s'il pouvait se permettre de le montrer à Kurogane, ou pas. Mais enfin, de toute façon ils n'étaient pas ensemble... donc il n'avait aucun droit de l'empêcher de faire ce genre de chose... mais mis à part ça, il n'aimerait absolument pas cela. Enfin bon, il préférait chasser ces pensées de son esprit.

Il préféra se concentrer sur la chaleur du corps de Kurogane. Il était la seule personne contre laquelle Shota se laissait blottir. Personne d'autre n'avait se droit, à l'origine Shota n'aime pas ça. Mais comme pour tout, avec Kuro, ça passe tout seul, c'est agréable, il pourrait presque se rendormir là. Mais vint ensuite un sujet sensible.. la drogue que prennait le jeune homme. La seule chose qui le faisait se sentir vivant ? Qui lui donnait de l'adrénaline ? Il aimerait pouvoir l'aider à s'en passer... être la pour ne pas qu'il replonge... mais avait-il vraiment le droit de l'en empêcher sous prétexte qu'il l'aimait et voulait le protéger ? Shota ne savait pas... n'ayant que très peu d'amis depuis qu'il était dans la rue, il n'avait vraiment plus l'habitude avec la sociabilité... pouvait-il vraiment priver Kurogane de quelque chose, qu'il disait lui même, dont il avait besoin ? Il ne savait vraiment pas.

"Je... vois...."

Dit-il simplement en baissant les yeux, assez attristé, se sentant vraiment inutile pour lui, désamparé face à cela. Enfin... le suet dévia sur la sortie et sur la douche à prendre avant d'y aller. Il se leva donc, s'étirant souplement. Cependant, à l'entente de la proposition de Kurogane, il se figea. Lui acheter des vêtements... ? Non, il ne pouvait pas le permettre. Il n'avait pas les moyens de faire une telle dépense et.... il ne voulait pas dépendre de quelqu'un d'autre... Dans la rue, si tu venais à dépendre de quelqu'un, t'habituer à ne plus chercher ta nourriture n'importe où, un endroit chaud où te coucher... quand tu y retournais finalement, à cette vie, tu replonges encore plus loin qu'à l'origine, face à tes désillusions. Enfin... Kurogane ne serait pas du genre à l'abandonner mais... mais.... il ne pouvaot pas se le permettre. Shota fut arraché à ses réflexions quand le jeune homme se mit à genoxu devant lui, en lui prenant les mains. Le sdf le fixa alors, surpris, ne disant rien.

Il se crispa un peu plus devant son discour. Lui aussi aimerait... aimerait espérer, mais il avait vue tellement de monde se faire remettre à la rue et sombrer totalement... Mais il comprenait Kurogane, il savait ce qu'il ressentait, parce que c'était exactement ce que Shota ressentait vis à vis de la drogue que Kuro prenait. Ce dernier pouvait sentir que Shota était crispé. Se mordillant les lèvres, laissant ses mains dans celles du jeune homme, il se baissa pour se retrouver à sa hauteur, se mettant assis sur le sol pour être un peu plus confortable. Il observait le visage de Kuro, ne sachant pas trop comment formuler ses pensées. Il soupira finalement avant d'étreindre ses mains et de prendre la parole.

"Kune... je sais ce que tu veux dire... ce que tu ressens... je t'ai déjà dit comment je voyais les choses vis à vis de ça.... un sdf ne peut pas se permettre de dépendre de quelqu'un... d'entraîner quelqu'un dans ses ennuis.... j'ai déjà vue beaucoup de gens y croire... puis sombrer lorsqu'ils perdaient leurs illusions... et quand tu retournes dans la rue après une déception, ta vie deviens un véritable enfer... et puis je n'aime pas dépendre de quelqu'un.. que quelqu'un paie pour moi... ça me fait réaliser que je ne sais vraiment rien faire par moi-même...."

Un nouveau soupire, il se mordille à nouveau les lèvres nerveusement, son regard déviant vers un autre endroit de la pièce, comme à chaque fois qu'il était stressé.

"Ce serait totalement inutile et irrespectueux de toi, de te dire que dans la rue c'est pas si pire, que tu as faux.... parce que tout ce que tu a dit c'est vrai.... mais... je comprends très bien ce que tu ressens. Ton inquiétude et ton désirs de me voir en sécurité... je le comprends parfaitement parce que c'est exactement ce que je ressens pour toi aussi.... l'inquiétude de te voir prendre cette drogue... de dépendre de cette saloperie... de te retrouver dans un état comme hier... de me demander sans cesse si tu ne va pas en mettre une trop forte dose la prochaine fois.... si un dealer ne va pas un jour te tuer... te faire un plan foireux.... que tu dérapes en plein trip.... tu peux pas savoir comme j'aimerais pour t'aider à te tirer de là aussi... que tu ne dépendes plus de ça.... que tu sois en sécurité chez toi et clean.... je veux que tu sois heureux également...."

Ses yeux étaient revenus se fixer dans le regard de Kurogane, comme pour appuyer ses paroles. En fait, si on y réfléchissait bien, leurs cas allaient ensemble.... si l'un n'était pas réglé, l'autre ne pouvait pas se faire. Enfin, en tout les cas, dans le sens où Shota, de toute façon, ne pouvait pas se permettre de compter sur quelqu'un pour sortir de la rue... surtout sur quelqu'un qui risquait sa vie ainsi, qui risquait de le laisser tout seul, brutalement, du jour au lendemain.... Shota ne savait pas s'il pourrait s'en relever cette fois... certainement pas en fait.... une autre raison qui faisait qu'il ne pouvait pas se laisser aller à s'habituer au luxe d'un appartement et du confort que Kurogane voulait lui donner.

Est-ce qu'il était égoïste de penser ainsi ? Il ne savait pas trop.... parce que de toute façon, il aimait le jeune homme fortement, même s'il était encore dans la rue et qu'il disparaissait, Shota abandonnerait tout, de toute façon... Il ne voulait pas le voir partir, il voulait rester avec lui, il voulait le soutenir aussi.... Un nouveau soupire s'échappa des lèvres du jeune homme, alors qu'il se frottait les tempes. Trop de réflexion, il commençait à s'engluer dans ses pensées et ça le déstabilisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre en forêt [PV Kuro]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre en forêt [PV Kuro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle
» [Gobelins des forêts] Les "Bones Basha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Spidia :: ♣ En Dehors de la Ville ♣ :: ♠ La Forêt ♠-