Bienvenue dans ce magnifique pensionnat aux styles anciens et agréables protégé et entouré d'une végétation gardant cet endroit à l'abri des regards indiscrets.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Au gré du vent [ LIBRE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Au gré du vent [ LIBRE ]   Dim 16 Déc - 3:01

Il faisait beau ce jour-là. Il faisait beau et c'est avec une motivation certaine que Takuma se leva pur aller en cours. Autant il avait aimé la pluie de l'autre fois, autant il appréciait maintenant le soleil même si celui-ci n'était pas bien chaud. Il se leva et alla dans la salle de bain, là il se regarda dans un miroir et se gratta la tête. Avec ses cheveux ébouriffé il avait l'air d'un sauvageon, chose qu'il n'était pas vraiment. Le jeune homme bailla et mit sa main devant la bouche, puis tapota ses joues et fit un grand sourire. Le programme d’aujourd’hui ? Il allait commencer avec deux heures de mathématique, ô joie ! Ce n'était pas vraiment sa matière favorite mais, bon. Il aurait ensuite une heure de français puis une heure de dessin. Il terminerai la matinée avec deux heures de sports, ça ca lui plaisait, le dessin et le sport. Lorsqu'il eut terminé de prendre sa douche il retourna dans sa chambre puis s'habilla, il mit ensuite ses affaires de classe dans son sac, puis prit ses affaires de sports et là enfin il était prêt à démarrer la journée.

Takuma n'était jamais en retard, il n'aimait pas ça et faisait toujours en sorte d'être en avance même. De ce fait lorsqu'il arriva devant sa classe il était le tout premier, il en profita donc pour s'adosser sur le mur qui se trouvait à coté de lui, ferma les yeux et se mit à fredonner une chanson. Il voyait les notes s'inscrire dans sa tête, ce qui le fit sourire, cela allait lui être facile de les mettre sur papier par la suite. Elle serait sa toute première composition et il la dédierai à sa sœur, c'était sûre ! L'heure avançait et petit à petit les couloirs commençaient à se remplir, le jeune homme ouvrit les yeux et secoua la tête pour revenir au moment présent et fini par aller s'installer dans sa classe, près d'une fenêtre, dans le rang de gauche. Il s'accouda et regarda dehors, souriant de bonne humeur, tandis que des élèves chahutaient autour de lui en attendant leur professeur. Les cours démarrèrent et s'enchaînèrent les uns après les autres jusqu'au cours de sport.

Ah ! Les sports d'équipe, Takuma adorait ça ! Cela développait le travail en équipe, l'organisation, la synchronisation, tout comme en musique en fait, lors de concert. Oui, il fallait que tout soit bien ordonné pour donner une belle musique, chaque musicien, chaque instrument avait son rôle à jouer, dans les sports d'équipe il en allait de même, selon la pratique sportive. Mais, quoiqu'il en fût il y avait toujours un dirigeant, un leader, tout comme un chef d'orchestre. Les cours du matin passèrent rapidement au goût de Niedra et ce fût l'heure du repas. Le jeune homme se rendit sur le toit, il aimait être en hauteur et peu de monde s'y rendait, il y était au calme. Une fois sur place, il s'assit en tailleur, contre le grillage qui servait de barrière aux élèves imprudent et commença son repas, son violon à coté, dans son étuis. Oui, il avait prévu de commencer à écrire sa chanson et la tester pendant la pause de midi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Ven 21 Déc - 19:43


Oh… You can hear me cry… See my dreams all die... from where you’re standing… on your own. It’s so quiet here and I feel so cold… ♪

Le vent souffle doucement, le Soleil réchauffe, le ciel s’ouvre sur un bleu pâle infini… La température était merveilleuse. Pas étouffante, ni frisquette : elle était tout simplement parfaite. Même le grillage qui me tenait enfermé, cet austère gardien, n’arrivait pas effacer la douce sérénité qui s’était installé en moi. Les rayons solaires me caressaient le visage avec plus de douceur et de chaleur que je n’avais jamais eut. Et que je n’aurai probablement jamais. Mais… je m’en fiche. Je m’en fiche complètement. Ce que je ne connais pas ne me manque pas. Heureusement.

Il fait chaud. Il fait beau. N’est-ce pas le commentaire typique des humains en voyant une telle température ? Ce ne serait pas totalement faux, je l’admets. Il fait chaud, à l’extérieur. Il fait beau, à l’extérieur. Mais pas à l’intérieur. Là, c’est un vrai foutoir. Il n’y fait pas beau. Tout est gris, tout est à l’envers, rien ne va plus… habituellement. Mais pas là. En ce moment, tout va bien. Ou du moins, il n’y a pas suffisamment de mauvaises nouvelles pour rompre mon équilibre fragile.

Cependant, en moi, il fait froid. Quiconque y mettrait les pieds tomberait en hypothermie immédiat. Même moi j’en tremble. Je m’effraye moi-même, n’est-ce pas pathétique? Ma froideur est horrifiante… et tout ça c’est de ma faute. J’ai au moins l’intelligence de le reconnaître. Ce n’est pas la faute à Jean, ni à Louis-Philipe. Seulement et uniquement la mienne. Hn… Eux-aussi, ils ont peur de moi. Les Autres. Je les effraie jusqu’au plus profond de leur être. Il me déteste, je le sais. Ils voient en moi le monstre que je suis, ils ne sont pas tant aveugles. Je le sais. Ils me l’ont dit.

♪ Why I’m alone and freezing while you’re in the bed she’s in ?... ♪

Encore aujourd’hui, j’ai fait des miennes. Pas volontairement, par contre. Mais qu’importe : volontaire ou pas, je finis toujours par en écoper. Même lorsque ce n’est pas ma faute. C’est beaucoup plus facile d’accuser le voyou du pensionnat que le mec qu’on ne connait que de visage.

Une rumeur circule sur moi dans tout le pensionnat. Encore. Ils ne savent vraiment plus quoi inventés pour ce faire valoir… Dire qu’il y a deux semaines, j’aurais mit une femelle enceinte et je l’aurais laissé avec ses troubles. Ridicule. Je suis gay et je n’ai jamais couché avec une ménagère de ma vie. Je préfère de loin le torse ferme d’un mec que le corps frêle d’une femme.

Ce matin, cependant, je ne sais trop qui est allé raconter à qui voulait bien l’entendre que j’avais battu une vieille dame au centre commercial. Résultat : la partie qui semblait neutre à mon sujet venait de se virer contre moi. Évidemment, ce ragot est faux. Je n’aurais jamais osé lever le petit doigt sur un aîné qui ne sait pas se défendre. Je ne me bats ni contre les femmes, ni contre les enfants, encore moins avec les p’tits vieux. Je ne tape pas non plus les innocents. Non. Seulement ceux qui en veulent à ma vie ou qui me cherche. Or, même encore là, il y a des ouï-dit affirmant que j’aurais brisé le bras d’un mec. La vérité, c’est que ce même couard était tout simplement trop orgueilleux pour avouer qu’il s’était pris une bêche en bicycle.

Je soupirai. Quand est-ce qu’on me laissera enfin tranquille ? Si cela continue comme ça, je vais devoir changer une nouvelle fois d’école. Être la terreur du pensionnat ne me dérange pas plus que ça à vrai dire. Cependant, cela pourrait venir me chercher en dehors des cours et ça, je ne le permettrais pas.

♪…this house no longer feels like home…♪

J’augmentai sensiblement le volume de mon bijou électrique. Que ferais-je sans lui pour me calmer l’esprit et me faire oublier l’idiotie des Autres ?

Je lançai un regard en coin à mon repas à peine touché. Ils m’ont coupé l’appétit, ces andouilles.

Soudainement, je vis un élève se diriger vers la clôture. Il était rare que quelqu’un vienne ici. Encore plus depuis que tout le monde savait que je m’y terrais. Il ne sembla pas me voir, ce qui ne m’étonna pas : j’étais à moitié caché dans l’ombre de la grande bâtisse. Mon regard s’attarda sur son instrument de musique, puis je remontai jusqu’à ses yeux, les sourcils froncés. Après ce qui venait de se passer ce matin, pourquoi venait-il ici ? Il n’était donc pas au courant des nouvelles du pensionnat ? Peu importe. Seulement le fait qu’il soit monté ici m’intriguait. Or, ma conscience me soufflait de me taire. Si je disais quoi que ce soit, il se rendrait compte que je suis là. Et là, peut-être que son cerveau prendrait en compte les nouvelles informations qui circulaient. Un combat s’engagerait probablement, aussi.

Hmm… Ais-je dis que j’étais sage ? J’arrêtai ma musique. So cold fut mis sur pause.

« Dis donc toi… qu’est-ce que tu fiches ici ? »

Mon ton n’était pas agacé, ni colérique. Seulement curieux. Ce n’est pas tout les jours non plus que j’ai des invités pour l’heure du repas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Sam 22 Déc - 2:20

" Hmm ? "

Une voix venait de se faire entendre et Takuma leva la tête vers celle-ci. Il y avait en face de lui un jeune homme dont les cheveux étaient cours et plutôt en bataille. Niedra se leva et lui sourit :

" Oh ! Pardon, je me pensais seul. J'aime bien venir ici et en général il n'y a personne quand je viens ah ah ! "

Il passa une main derrière sa tête et se la frotta, puis répondit au jeune homme d'un ton tout à fait amical :

" C'est un endroit idéal pour qui aime le calme et en fait je suis venu ici parce que je trouve que vu le temps et l'ambiance, c'est parfait pour ce que je souhaite faire. "

Il fit une courte pause avant d'ajouter :

" Composer une musique pour ma sœur. "

Continuant de le regarder, toujours avec le sourire, Takuma dit alors, toujours amicalement :

" Vous êtes Lighstars-san non ? "

Des cheveux comme la neige, il n'y avait pas beaucoup d'élèves qui en avaient de pareils, de même que le regard. Takuma l'avait croisé de temps en temps dans les couloirs mais, jamais il ne lui avait parlé. Ils avaient presque la même tailles tous les deux mais, l' Eurasien avait tout de même deux ou trois centimètre en moins que son vis à vis. Il s'inclina poliment puis se présenta tout aussi poliment :

" Je suis Niedra Takuma, enchanté ! "

S'il s'agissait du garçon dont on racontait des choses alors, Takuma se trouvait en face du celui qui était le vilain garçon du pensionnat. Car oui, il entendait des histoires à propos d'un certain Kurogane mais, franchement il n'y prêtait pas attention. Tant qu'il n'y avait pas de preuve il ne croyait pas aux ragots. D'ailleurs il avait horreur de cela, quand des amis à lui en faisait au sujet d'autres personnes, il avait tendance à leur faire la moral. Évidemment il n'allait pas lui en parler, parce que c'était d'une part indiscret et d'autres part cela ne le regardait pas. Son ventre se mit à gargouiller, ce à quoi il se mit à rire puis dit :

" En fait mon estomac me rappel que c'est l'heure de manger. "

Il s'accroupit puis reprit son repas, tout sourire il ajouta :

" Je serai ravi de manger avec vous sempei, si vous le voulez bien sûr. Cela me changera un peu de d'habitude ah ah ! "

Bah, comme nous l'avons dit ailleurs, Takuma était un garçon discret et de se fait il n'allait généralement pas demander aux autres de manger avec lui, surtout aimant le calme. Dans la cours, en bas, il y avait du bruit. Des élèves qui parlaient, qui chahutaient, quelque chose de tout à fait normal en sommes. En fait c'était un peu comme une fin de matinée printanière sauf que ce n'était pas le cas. Sans doute l’atmosphère douce qui s'en dégageait ?

" Dites sempei, vous venez souvent ici ? Parce que si vous le voulez on pourrait manger de temps en temps ensemble quand le temps le permet. "

Après tout pourquoi pas ? Takuma n'était pas quelqu'un d'associable et cela le changerai mais, fallait-il encore que son vis à vis soit d'accord, dans le cas contraire bah cela ne serait pas bien grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Sam 22 Déc - 10:41

Mes écouteurs étaient encore accrochés à mes oreilles, donnant l'impression que j'écoutais encore et toujours ma musique. Or, ce n'était pas le cas. Je l'avais arrêté il y a encore quelques secondes de cela. Pas par politesse, évidemment. Ne me faites pas dire des choses que je n'ai pas dites. Seulement, je voulais avoir le meilleur ouï possible. Ce jeune homme en face de moi m'intriguait énormément. Jamais personne n'aurait eut l'idée de monter ici, beau temps ou pas. Les rares téméraires qui osaient s'y aventurer ce faisait la plupart du temps bien recevoir par un chaleureux comité d'accueil… En d'autre terme, moi.

Je le vis lever la tête dans ma direction, sûrement surpris de me voir ici. Hm. Pourtant, ce n’était pas rare que je me terre ici… Bon, pas les midis, je dois l’avouer. Habituellement, je profitais de ce temps pour aller renouveler mes réserves de bonheurs en poudre. Parfois je venais ici : mais dans ces temps-là, je me tenais loin de la civilisation. Souvent dans l’ombre à vrai dire. J’aimais bien épier les Autres en silence. C’était l’un de mes petits plaisirs de la vie…

Le jeune homme se redressa, souriant. Pourquoi il sourit celui-là d’abord ? J’haussai un sourcil. Voyons, qu’avait-il à être aussi… gentil ? Il rayonnait d’une telle positivité que ça me donnait envie de partir en courant. Il est tout mon contraire celui-là ! De plus, il semble être extrêmement sociable… Mais vous savez ce qu’on dit : ami de tous, ami de personne !

Ah, être seul ? Jamais personne ici ? Il battit innocemment des paupières. Il venait, mais pas toujours. Il avait d’autres repaires pour ne pas que le conseil de discipline ne le retrouve. Il n’avait donc aucune ordre ou logique dans ses emplacements. Un jour c’était là, l’autre c’était ailleurs. Tout simplement. Je haussai donc les épaules en observant les alentours. Évidemment, on était seul. Chose naturelle : personne de sensé ne s’inviterait ici.

Je le regardai de nouveau, étonné de le voir agir avec tant de naïveté et de familiarité. Nous nous ne connaissions pas et il se comportait comme s’il était mon ami ! Je grimaçai : je ne suis pas son ami que diable ! Moi, je ne fais pas partit de ses ‘’Autres’’ là. Je le laissai dire que la température était adéquate pour se vouer à ses loisirs, l’écoutant avec méfiance. Que me voulait-il ? Il devait bien attendre quelque chose de moi, sinon ça n’avait pas de sens !

…. De la musique pour sa sœur ? Hein ? Il venait de me perdre là ! De quoi cet énergumène me parlait-il ? Mon regard se porta sur son violon. Ah… Bah, je crois comprendre. Mais la véritable question c’est : pourquoi il me parle de tout ça ? Je n’ai rien demandé ! Si ça continue comme ça, il va se mettre à me compter sa vie entière… Bah, pas que je déteste l’entendre non plus hein… Mais ça, je ne l’avouerais jamais, même sous torture extrême !

Mais bon sang, il n’arrête jamais celui-là ou quoi ? Je n’ai même pas le temps de placer un mot qu’il est repartit sur une autre question ! Oh que sa familiarité m’exaspère ! Je ne suis PAS son ami bordel ! Pourquoi est-il si amical ? Ça ne colle pas ! Il veut forcément quelque chose… Lorsqu’ils prennent ce ton, ils veulent toujours quelque chose en échange… Toujours.

« Kurogane. Kurogane H. Lightstars. Pas Lighstarsan, fis-j’en grimaçant. »

Lightstarsan? Ça veut dire quoi? Pourquoi a-t-il ajouté ce mot, ‘’san’’ ? Ça a une signification particulière ou il a simplement mal prononcé mon nom de famille? C’est peut-être aussi un mot d’origine étrangère… Qu’en sais-je !

Le jeune homme se présenta avec un excès de politesse, allant même s’incliner. J’écarquillai les yeux : voyons, c’était quoi tout ça? Pourquoi être obligé d’être aussi solennel pour une rencontre dans une école? C’est totalement idiot… Pfff…

« Niedra? C’tait pas le prénom d’une divinité grecque ça? »

Bah quoi? C’est vrai ! Ça ressemblait vachement à un prénom antique féminin… Quelques instants passèrent avant que je ne perçoive le ventre de mon interlocuteur faire entendre sa présence. Niedra rit, amusé. Moi, je me contentai de l’écouter dire que c’était l’heure du repas en regardant mon propre lunch. Sandwich au jambon. Comme toujours. Sans saveur, sans artifice. Fade et sec. Je n’ose même pas poser mes lèvres sur le pain.

Alors que son cadet s’assoyait pour reprendre son repas, moi je le dévisageais. Il était réellement mignon, remarquais-je au bout d’un moment. Ses fins cheveux rouges lui allaient drôlement bien avec son teint blême. Mais ce qui m’attirait le plus chez lui, c’était ses magnifiques orbes améthyste. Jamais auparavant je n’avais vue de tels yeux. Un violet ensorcelant, hypnotisant. Juste pour ce regard, je voulais rester plus longtemps à ses côtés.

Senpai? C’est quoi, un senpai? Mais bon sang, il parle dans quelle langue celui-là?! Mon regard s’attarda sur lui. Il m’invitait vraiment à manger avec lui là? Je fronçai les sourcils, décidant de mettre le point sur les i. Or, il continua doucement, lui posant maintes questions. Lorsqu’il se tut, il put enfin répondre.

« Je ne suis pas comme tes amis, Takushan (était-ce comme ça que l’on ajoutait le suffixe de tout à l’heure?). Nous ne sommes pas amis. Je ne le serai jamais, d’ailleurs, poursuivit-je en croisant mes bras sur ma poitrine. De plus, inutile de m’inviter à manger, je ne mange pas. Je jetai un regard à ce qui me servait de repas. Bah, enfin, je ne mange pas de truc non-identifié… Terminais-je-en jetant un regard noir à mon repas.»

Je donnai un coup du revers de la main à mon sandwich qui alla valser plus loin. Valait mieux mettre tout de suite les points sur les I.

Il semblait habitué à ce que tout le monde soit gentil et amical. Mais pas moi, je ne le suis pas. Alors il vaut mieux qu’il le sache le plus rapidement possible. Comme ça, il ne serait pas blesser en voyant mon comportement… Ouais, un peu illogique mon affaire. M’enfin.

« Mais ne te prive pas pour manger. Je n’ai pas l’intention de faire quoi que ce soit lorsque tu baisseras ta garde…, affirmais-je en faisant un geste de la main. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Dim 23 Déc - 10:03

Ah ! Il s'était présenté ! Kurogane, hmm...Il avait réfléchit un bref instant sur son nom et son prénom et remarqua qu'il l'avait dit d'une certaine façon. Cela n'effaça en rien son sourire, au contraire il avait été content qu'il se présente ! Takuma se mit à rire doucement lorsque le jeune homme aux cheveux blancs parla de divinité, oh ! Ce n'était en rien un rire moqueur loin de là, simplement c'était la première fois qu'on lui faisait ce genre de remarque. Kurogane croisa ensuite les bras et lui dit franchement, qu'il n'était pas son ami et qu'il ne le serait jamais. Il lui dit ensuite qu'il était inutile de l'inviter à manger, qu'il ne mangeait pas ou du moins pas ce qu'il avait aujourd'hui en tous les cas. Il le vit donner un coup de revers de mains, dans son repas, puis le jeune homme lui dit de ne pas se priver pour lui.

" Je vois. "

Avait-il répondu calmement. Il fut un peu surprit de la réponse de Kurogane mais, continua de garder le sourire. S'approchant de lui, il lui dit simplement :

" Est-il obligé d'être ami, pour manger avec quelqu'un ? "

Il lui tendis son repas :

" Je ne mangerai pas tout, ma sœur en fait toujours trop ah ah ! Ça ne me dérange pas de partager, si vous le voulez. "

Takuma avait comprit, au geste et au regard du jeune homme, que son repas ne lui disait rien. C'est pourquoi il lui proposa de partager le siens avec lui.

" Quand on est étudient il est important de bien se nourrir. "

Oui oui, encore une preuve que le jeune homme se souciait des autres, même de ceux qu'il ne connaissait pas vraiment. Il avait aussi remarqué son accent, lorsqu'il eut voulu l’appeler Taku-san et lui dit toujours avec le sourire :

" Vous êtes étranger sempei, je me trompe ? "

Il le regardait toujours attentivement et ajouta :

" Votre prénom a une consonance japonaise vous savez ? Chez nous, kuro est la couleur noir, plus précisément, kuroi. "

Takuma fit une courte pause encore, avant d'ajouter :

" Vous venez de quel pays ? "

Puis, se rendant compte qu'il était peut-être indiscret, il dit très vite :

" Pardon, je suis trop curieux ah ah ! Ne répondez pas si cela vous ennui. "

Bah, il était discret mais, une fois parti dans une discutions, Takuma avait du mal à s'arrêter, surtout lorsqu'il appréciait une personne. Cela avait été le cas avec le jeune homme du parc, malheureusement, la pluie s'était présenté et il avait dû le laisser bien malgré lui. Ceci dit, Shota avait sans doute échappé à un interrogatoire en bonne et du forme ! Mais, ce n'était que parti remise, il avait toujours quelque chose à lui rendre !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Lun 24 Déc - 8:54

Là, c’était vraiment, mais alors vraiment très étrange et… effrayant. Malgré tout ce que je lui avais dit, malgré mon attitude peu sociable, il gardait le sourire et restait d’un calme olympien. Mais bon sang, comment faisait-il pour être aussi imperturbable ? Il m’étonnait celui-là ! Jamais de ma vie je n’avais rencontré quelqu’un comme lui. Habituellement, on me fuyait ou on répondait à mes piques : jamais cependant on n’agissait comme si c’était normal. Comme si… Je ne sais pas trop. Je n’avais jamais eut l’opportunité d’agacer un sage. Je me demande si je réussirais à l’énerver ? Hmm. Probablement. J’avais déjà réussi à agacer mes profs et mon psychologue. Alors un élève… Ça ne devait pas être plus difficile.

En le voyant se rapprocher, j’eus un réflexe de vouloir reculer. Qu’est-ce qu’il faisait ? Pourquoi s’avançait-il vers moi ? Ma surprise s’était transformée en une certaine anxiété. Je ne sais rien de lui et, pire que tout, je suis incapable de prévoir ses réactions. Il m’est une énigme complète et entière. Peut-être est-ce la raison de mon intérêt envers lui… J’ai toujours adoré ce que je ne comprenais pas ! Cela me fascine à un tel point… C’est pas possible…

Sa question rhétorique me laissa perplexe. Eh bien… Je ne sais pas, je mange jamais avec les autres. Or, selon moi, ceux qui mangent ensemble sont des amis… non ? Même si je n’ai pas de preuves, cela me semble tout à fait cohérent. Je veux dire : manger avec n’importe qui me semble réellement idiot.

Mon regard se porta sur le repas que me tendait le jeune homme. Que faisait-il ? Pourquoi il me montrait ça ? Est-ce qu’il- … Oh. Il voulait partager avec moi ? J’ouvris de grands yeux ronds. Mais qu’est-ce qu’il me faisait là cet énergumène ? On ne se connaissait pas et il me donnait à manger comme ça, sans rien attendre en retour ? Wow… Il ne serait pas un peu malade ? Ou simplement extrêmement naïf ? Mes yeux se posèrent sur le plat et je me léchai inconsciemment les lèvres. Ça me semblait délicieux. Sincèrement, ça semblait réellement bon. La seule odeur me mettait l’eau à la bouche…

Lorsqu’il me dit qu’en tant qu’étudiant, je devais bien ce nourrir, je lâchai un rire jaune. Étudiant ? Je ne me considérais même pas comme tel. Un étudiant étudiait. Pas moi. Jamais. Je ne prenais même pas la peine d’écouter pendant les rares cours où j’étais présent. Je ne recopiais pas les notes de cours : c’était inutile puisque je les manquais presque toutes et que personne ne prenait la peine de me passer les siennes. Donc, je me laissais sombrer sans aucune vergogne.

Le jeune homme me demanda si j’étais étranger et je failli me frapper le front : ça paraissait taaant que ça ? Par la suite, il m’expliqua ce qu’une partie de mon prénom signifiait et, bien malgré moi, je l’écoutai attentivement. Noir, hm ? C’était intéressant. Et ça m’allait parfaitement. Noir… Oui, définitivement, j’adorais.

La dernière question qu’il me posa ne me fit ni chaud ni froid : je n’avais aucune gêne à parler de moi en survol comme ça. Ce n’était pas quelque chose de très personnel ni très intime, je ne compris donc pas pourquoi il me dit de ne pas répondre si je ne le voulais pas. Il n’y avait rien de très important là-dedans, tout de même. Je le regardai dans les yeux, curieux.

« Avant tout, je vais revenir sur tes questions d’avant. Je grimaçai. Tu as d’ailleurs de la chance que je réponde… Mais je t’apprécie bien. Donc… Oui, je suis étranger, comme tu l’as remarqué. Je viens des États-Unis. »

Je me dirigeai par la suite vers lui, m’assoyait à ses côtés. Il m’avait tout de même invité à manger avec lui ! Je n’allais tout de même pas refuser ça ! Mon épaule frôlait la sienne alors que je piquais dans son plat. J’amenai ma fourchette à ma bouche, puis avalai lentement ma bouchée. C’était encore meilleur que ce que j’imaginais !

« Bon sang… C’est délicieux ! »

Je rougis violement en me rendant compte que j’avais fait part de ma pensée tout haut. Oups… Je détournai le regard en cherchant un point d’appui. Vite, changer de sujet ! Je ne voulais pas qu'il pense qu'il m'avait apprivoiser ou je ne sais quoi encore !

« Hum hum…. Sinon, je suppose que toi, tu es Japonais, hm ? Je fis une légère pause, puis demandai : ça veut dire quoi, senne paille ? »

Mon regard clair se plongea dans le sien, intrigué. Or, avant qu’il me réponse, j’ajoutai rapidement :

« Au fait, arrêtes de me vouvoyer, c’est agaçant. On doit avoir le même âge… Enfin, physiquement. »

Je lui offris un sourire en coin, le taquinant. N’avais-je pas dit que je ferai mon possible pour le faire craquer ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Mer 26 Déc - 10:30

" Ah ! "

Venait-il de répondre au fait que kurogane l'appréciait, son regard devint plus grand et ses yeux se mirent à briller alors, que son sourire devint plus large, ce qui fit que le garçon rayonnait vraiment comme un soleil !

Sa sœur lui avait souvent dit de prendre garde aux garçons et aux filles qui pourraient se servir de lui, parce qu'il était trop gentil voir un peu beaucoup naïf mais, Takuma voulait faire confiance aux gens et s'il se faisait avoir hé bien cela sera purement et simplement sa faute. Cela lui était déjà arrivé par le passé, c'est d'ailleurs à cause de ça que son ainée l'avait mit en garde.

" Des états-unis ! Je comprend mieux la couleur de vos cheveux sempei ! "

Finalement, le jeune homme vint s'asseoir à coté de Niedra, et le regarda de plus belles lorsqu'il dit que le bentôt était délicieux. Il acquiesça de la tête puis répondit très enjoué :

" Oui, ma sœur est un vrai cordon bleu, notre mère la jalouse un peu ah ah ! "

Takuma le vit regarder ailleurs et changer de conversation. Encore une fois il acquiesça de la tête en répondant en même temps :

" C'est bien ça, je suis Japonais, ah ah ! Sempei, en un seul mot, c'est un élève avancé alors, que les nouveaux élèves sont appelés kohai. C'est en quelques sorte une marque de respect. "

Kurogane plongea ensuite son regard clair dans les yeux améthyste du garçon, ce qui le fit rougir franchement. Il resta là, à le regarder quelques secondes dans les yeux, sans rien dire puis comme sortit de ses pensées, acquiesça et répondit un peu perturbé :

" Ah ! Heu oui d'accord ! "

Il regarda ensuite son repas, toujours du rouge aux joues. Il fallait dire que si quelque chose pouvait bien faire rougir Takuma c'était qu'on le regarde de la sorte. Il fallait dire aussi que le garçon était perturbé par de petites choses, il n'était pas bien difficile de le faire rougir, du moment qu'on se montrait sympathique et familier avec lui, voir même attentif, c'était fini. Niedra devenait une tomate bien mûre et il avait du mal à cacher ce genre de choses. Il prit une petite boulette de riz et croqua dedans, se concentrant sur ce qu'il mangeait et non sur le joli regard clair de l'américain.

" Et sinon sempei, vous aimez la musique ? "

Il tourna le regard vers lui, tentant de calmer ses rougeurs.

" J'ai vu que vous aviez un...Hmmm....Heu....Un I-pod "

En fait, plus il le regardait et plus des notes lui venait en tête. Finalement, sans doute qu'il composerai une musique à cet rencontre. Comment est-ce qu'il l'intitulerai ? Une légère brise vint alors, lui déplacer quelques mèches sur le visage et là, ce fût la trouvaille.

" Kaze no sairyō de.... "

Venait-il de dire à voix haute, inconsciemment. Levant la tête vers le ciel, il ferma les yeux et huma l'air, sourire sur le visage. Il allait se plaire dans ce pensionnat, c'était sûre. Rien que ce fugas moment le mettait de bonne humeur pour la semaine au moins !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Mer 26 Déc - 20:56

Oh… Aurais-je fais une gaffe, par hasard ? J’avais à peine eut le temps de lui dire que j’appréciais sa compagnie que je l’avais vue battre de la queue, aussi heureux qu’un gentil toutou attendant un maître dans ces animaleries. Il rayonnait. Ça, c’était le premier mot qu’il m’était venu à l’esprit au départ. Puis, ensuite, ce fut : il m’éblouissait. Son bonheur était si grand que je me demandai, pendant quelques secondes, s’il ne se fichait pas de moi. Comment pouvait-on être aussi joyeux ? Comment pouvait-on se réjouir de quelques mots ? Je ne peux répondre à mes propres questions moi-même, je le sais : je manque d’expérience dans ce domaine. Jamais je ne m’ai réjouit pour aussi peu. M’ai-je seulement déjà réjouit pour quelque chose ? Ai-je seulement été, une seule fois dans ma vie, fière de quelqu’un ou de moi ?

Non.

Sa remarque sur mes cheveux me ramena brusquement à la réalité. Mes cheveux ? Qu’est-ce qu’ils ont, mes cheveux ? Je fis la moue, ne comprenant pas le lien entre ma teinte de cheveux et ma nationalité. Là-bas, chez moi, aux États-Unis. Je me demande encore aujourd’hui pourquoi je considère toujours ce pays comme mon chez-moi alors qu’il ne m’a apporté que destructions multiples. Je suis peut-être maso.

« Mes cheveux ? Je les aime mes cheveux, moi ! Lançais-je en lui faisant une grimace, vexé. Je te demande pas pourquoi tu as les yeux d’une améthyste, moi… »

Lorsque je vins m’assoir à ses côtés, partageant –ou lui volant plutôt- sa nourriture, je vis son regard se poser sur moi. Je dois avouer que, même si c’est une femme qui l’a fait, j’adore ce repas. Oh, ne vous méprenez pas, je ne critique pas la cuisine du sexe féminin : je n’ai jamais mangé meilleurs repas que ceux de ma mère ! Seulement, je n’aime habituellement pas complimenter les filles. Non, en fait, je n’aime pas trop complimenter tout court. Parfois je fais des exceptions, mais… Enfin bref.

Après ma légère gêne de m’être laisser emporter, je lui fus reconnaissant de me laisser changer de sujet sans s’attarder à ma réaction. Donc, il était bien Japonais, comme je l’avais pensé au début. L’explication qu’il me fournit était intéressante et précise, je dois l’admettre. Cependant, je doutais pouvoir retenir cette leçon plus de vingt quatre heures. Sempaille, c’est pour un élève avancé, hein ? Cohaille, pour les p’tits nouveaux ? Marque de respect ? Eh bien… Si j’avais su qu’en venant ici j’aurai eu droit à un cours de japonais…

« Je vois… Je crois… »

Par la suite, je lui demandais d’arrêter de me vouvoyez, chose que je ne supportais réellement pas. Et là, il y eut quelque chose d’étrange : au lieu de me répondre avec son habituel ton amusé ou joyeux, il se contenta de me fixer dans les yeux, sans dire un seul mot. Sans me laisser démonter, je soutins son regard sans toute fois être froid. Lorsqu’il acquiesça enfin, j’en profitai pour le détailler un peu plus. Alors qu’il s’attaquait à son repas, je remarquais la drôle teinte rouge qu’avaient pris ses joues. Je ne dis cependant rien, me rappelant que lorsque j’avais été dans l’embarras il n’avait lui-même rien dit. Je fis donc de même.

Soudainement, il me demanda si j’aimais la musique, renchérissant en disant qu’il avait remarqué mon I-Pod. J’hochai pratiquement à la seconde suivante la tête.

« J’adore…, soufflais-je, plus que sincère.»

Je remarquai soudainement qu’il m’avait –une nouvelle fois- vouvoyé. Mais bon sang, il fallait que je fasse quoi pour qu’il arrête avec ça ?! Je n’étais déjà pas très patient, mais en plus si c’est seulement sur un truc de respect ou j’sais pas quoi… Je soupirai, puis l’entendit soudainement dire un truc étrange. Sûrement du Japonais.

« Kamé no sélio quoi ?, fit-je, surpris, dans un murmure. »

Je me tournai vers lui pour constater qu’il avait la tête tourné vers le ciel, mais les yeux clos. Cette image m’amena une idée pour lui faire comprendre que, non seulement j’étais dangereux et impulsif, mais en plus, je détestais qu’on ne m’écoute pas. Même si je savais au fond de moi que c’était involontaire, cet oubli de me tutoyer.

Profitant du fait qu’il ne me regardait pas, je me redressai lentement, gardant mes yeux fixés sur lui. Puis, d’un coup rapide comme l’éclair, je m’élançai sur lui. M’élancer… Le mot est pas mal fort en sachant qu’il était assit à côté de moi. Je me suis seulement contenter de le plaquer au sol, mes mains encerclant ses poignets, le tenant au sol.

« Dans cette position, je pourrais te faire n’importe quoi… Je suis dangereux. Rappels-toi en. »

Mon regard plongé dans le sien, je le laissais seul avec ses pensées un moment, puis continua :

« Arrêtes de me vouvoyer. Ça me fait sentir comme étant quelqu’un d’autre et je n’aime pas ça…»

Mes iris d’un gris délavé fixaient toujours les pierres précieuses qui lui servaient d’yeux lorsque je lâchai ses poignets et me redressai légèrement, restant devant lui. Je devais bien lui avoir fait peur là… non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Sam 29 Déc - 9:39

" A...Aaah ! Non non ! Ce que je voulais dire c'est que je pensais que vous étiez japonais alors que non. "

Il y eut un léger silence puis, lorsqu'il lui demandât s'il aimait la musique, la réponse fût clair.

" Kaze no sairyō de. "

Avait-il répété avec le sourire.

" Cela sera le futur titre de ma musique, on peu la traduire par : au gré du vent. "

Mais alors, qu'il avait les yeux fermé et la tête dans ses rêveries, il se retrouva d'un coup au sol, se cognant la tête par la même occasion. Il grimaça un peu puis regarda Kurogane, totalement surpris ! Il ne s'était pas attendu à ça ! C'était le moins que l'on puisse dire et la surprise se lisait très facilement sur son visage. Le regardant dans les yeux, la surprise fini par passer et il répondit :

" Je suis désolé, j’essayerai de v...Te dire tu. Pardon si je t'ai offensé. "

La peur ? Non, la surprise oui, très grande, voir énorme même. Finalement, il se redressa, le relâchant mais, le regardant toujours. Takuma se redressa à son tour sur son séant et se frotta la tête où il s'était cogné. Se levant ensuite totalement, le regard que le jeune homme portait sur son vis à vis changea. Du soleil il passa à un sourire plus calme, plus mature allons dire même.

" Eh bien, je dois dire que ça ma fait revenir un peu sur terre ah ah ! Je v...T'avoue que tu m'as bien surpris ! "

Croisant les bras il continua :

" Cependant j'ai une question. Tu as dis être dangereux, ce qui veux dire que je devrai avoir peur de toi ? Es-tu un terroriste ? Un serial killer ? Es-tu armé ? "

En disant le dernier mot, il se pencha un peu sur le coté pour regarder si le jeune homme n'avait pas un couteau caché à la ceinture de sa taille ou dans l’une de ses poches. Il s'approcha ensuite franchement de lui, lui prit l'un de ses bras et le fit glisser un peu, en donnant un petit coup de pieds à son talon, le tenant toujours pour lui éviter de tomber et approcha son visage près du siens, toujours avec ce même sourire calme.

" Impulsif, tu l'es en effet. Mais, vois-tu ça ne changera pas grand choses me concernant. "

Niedra l'aida à se redresser ensuite et continua après l'avoir relâché, retrouvant son sourire jusqu'au oreilles.

" Au contraire, je suis du genre à t'apprécier davantage ah ah ! "

Pour la petite explication, aimant le sport, Takuma a eut l'occasion de pratiquer au moins un sport de combat, ce qui explique le fait qu'il soit si sûr de lui face à ce genre de situation mais, mettez le devant un publique ou devant une personne qui lui fait une déclaration et il perdra tout ses moyens !
On ne peu pas être parfait dans tout ! Il regarda ensuite son repas qui avait volé sous la surprise et fit la moue.

" Bah, elle n'en saura rien. "

Takuma reporta son attention sur le jeune homme aux cheveux blancs et se gratta la tête, se demandant s'il y était pas allé un peu fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Dim 30 Déc - 11:00


Hmm… Moi, Japonais ? Et puis quoi encore ! Je n’avais aucun traits asiatiques… si ? Il ne m’avait jamais semblé avoir une quelconque ressemblance, pourtant, avec cette nationalité. Mais bon, j’avais aussi pas mal généralisées et exagérées les caractéristiques des Japonais, donc… Bon, au moins, il avait rapidement vu que je n’étais pas comme lui. Mais le fait que ce soit d’après mes cheveux me turlupinait… Était-ce la couleur ? Il suffisait que d’une teinture… La coupe ? Un tour chez le coiffeur et tout le monde peut avoir ma coiffe…Bref, passons.

Après avoir abordé la musique, il me répéta le truc que je n’avais clairement pas compris. J’attendis que monsieur veuille bien me traduire tout ça avant de penser à quelque chose. Au gré du vent ? C’était beau, je devais l’avouer. Poétique. Je n’ai pas pour habitude de ne pas être sincère, alors si je le pense, je le dis. Point final. Et si ça fait pas l’affaire… J’ai toujours mes deux poings pour me défendre.

« Au gré du vent, hmm ? J’aimerais bien l’entendre, cette musique…, fis-je lentement, perdu à quelque part dans mes pensées. »

Or, j’en sortis rapidement en voyant le jeune homme partir sur son petit nuage, les yeux clos. C’était le moment idéal pour lui rappeler quelques trucs à ce nain un peu trop joyeux… Et croyez-moi qu’il allait s’en rappeler ! Le pousser contre le sol n’était pas chose complexe : il était plutôt léger. Le maintenir au sol encore plus facile. J’étais fort et j’avais énormément d’expérience. Mes mains serrées sur ses poignets n’étaient pas tant menaçantes, bien malgré moi.

Puis, je vis la surprise se peindre sur ses traits. Aucune peur, seulement de la surprise. Il ne s’était vraiment… vraiment pas attendu à ça ? Sérieusement ? Voyons, me connaissant, connaissant ma réputation, il ne devrait pas être aussi étonné… Alors d’où vient cet air abasourdit ? Je l’entendis s’excuser et resta coi un moment. C’était trop facile… Quelque chose clochait. Je le sais, lorsqu’on fait un tel geste à quelqu’un, il n’y JAMAIS aucune conséquence. Même si son sourire me sembla mûrir, je ne trouvai pas sa réaction normale. Lorsque l’on se fait plaquer par un totale inconnu sur le sol, on ne lui sourit pas comme si de rien n’était !

Je le vis se redresser, disant que cela l’avait ramené sur terre et que je l’avais particulièrement surpris. Ouais, eh bien, je dois avouer que dans l’histoire, il n’était pas le seul surpris du coup… Son absence de réaction était réellement étrange. Devais-je m’attendre à un coup bas ? À quelque chose d’autre ? Même s’il me semblait inoffensif, mon instinct me disait de ne pas baisser ma garde…

…C’tait quoi ces questions ? Serial Killer ? Malgré mes airs de chats de gouttière, je n’ai jamais tué quelqu’un. Pas que l’envie me manquait, hein. Seulement, je ne voulais pas finir en prison. Non, pas tout de suite. Hmm… Armé… Est-ce qu’un stylo à bille et un trombone comptait comme une arme ? J’avais bien sûr mon couteau suisse dans ma poche arrière, mais cela, je ne le mentionnai pas. Je le laissai me fouiller du regard, un sourire suffisant sur les lèvres.

« Qu’est-ce que tu- Wooow ! »

Je l’avais vu s’approcher de moi, débordant d’assurance, puis il avait prit mon bras et m’avait tiré en me donnant un coup de pied au talon, me faisant ainsi basculer. J’ouvris de grands yeux, l’observant, abasourdi. Mais il me faisait quoi là ? Attendez, déjà là, son visage était BEAUCOUP trop près du mien. Il me confirma que j’étais effectivement impulsif –comme si j’avais besoin qu’il me le confirme, pfff !- et que cela ne changerait rien en ce qui le concernait. Minute, qu’est-ce qui ne changerait rien ? Mon côté bad boy ?

Cramponné à lui, j’attendis que mon interlocuteur veuille bien m’aider à me redresser avant de lever mes yeux trop clairs vers lui, foudroyant son sourire trop heureux. Mais que… Heiiin ? M’apprécier davantage ? Il est maso ce mec ou quoi ?! M’apprécier… parce que je suis dangereux ? Parce que j’agis sur un coup de tête ? Parce que je veux pratiquement toujours me battre ?

J’entendis sa remarque sur le repas et l’ignorai.

« Dis, c’est dans ta nature d’être masochiste ou c’est moi qui provoque cette réaction chez toi, Taku ? »

Tout en lui faisant un sourire goguenard, je me massai la nuque, observant le bordel que j’avais mis. Roooh… C’était bon…Pourquoi a-t-il fallu que je le jette à terre ? Je soupirai, puis me tournai vers lui.

« J’ai saccagé ton repas…, fit-je, énonçant une évidence. Hmm… Mon repas n’est pas mieux, donc… Si tu veux, je t’invite au resto… Lorsque tu le voudras évidemment. »

Je m’approchai ensuite de lui, fixant son visage, puis sa tête, ses cheveux. J’avais très bien vue le corps du plus jeune heurté le sol. Il avait bien du se blesser… Par ma faute, encore… Ma mais glissai derrière sa nuque, puis dans sa chevelure, recherchant une petite bosse que je trouvai rapidement.

« Désolé… Pour ça… »

Il était extrêmement rare que je m’excuse, alors il était mieux de prendre ces mots comme quelque chose de très précieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Dim 13 Jan - 8:12

Hein ? Il voudra l'écouter ?! Panique....Panique....PANIQUE !!!!! Non, ca ne serai pas possible, il ne pourrai jamais jouer devant lui, c'était sûre !

" Je te la ferai écouter même, si tu le veux je la jouerai pour toi. "

Avait-il répondu, souriant. Mais.....Mais...Mais pourquoi avait-il dit une tel chose ? Il savait très bien qu'il ne le pourrait pas ! Trop tard, c'était dit et il devrai tenir parole ! La panique s'en alla vite toute fois, lorsque kurogane lui demandât s'il était maso ou si c'était lui qui lui faisait cet effet. Il lui répondit alors, gardant son sourire :

" C'est juste que tu es gentil kuro-sempei. Même si tu peu avoir des gestes ou des paroles blessantes ou vif, ton regard trahi ta gentillesse. "

Il leva son index droit et ajouta, avec un plus grand sourire :

" C'est pour cela que à partir de cet instant, je suis ton ami. Et qui dit ami, dit que quoique tu fasse, quoiqu'il arrive tu pourras compter sur Takuma Niedra "

Kurogane sembla ensuite quelque peu navré d'avoir gâché le repas de niedra et comme pour se faire pardonné, lui proposa de lui payer le restaurent le moment venu.

" Oh ! Ca sera pour les oiseaux, ce n'est pas perdu ! Mais, en tout les cas ca serai avec plaisir pour le restaurent ! "

Kurogane s'approcha ensuite de lui et lorsqu'il passa une main dans ses cheveux, de nouveau le garçon prit une jolie teinte rouge puis bégaya en le regardant :

" Ah ce n'est rien ! Ce genre de choses et je me les fais tout seul ahaha ! "

Il marqua à nouveau une courte pause, puis continua :

" En tout les cas merci. "

Ben oui, attendez, une personne qui s'excuse, la moindre des politesses c'est de remercier ! Surtout si c'est une personne du gabarit de Kurogane !

" Dit, juste avant tu m'as appelé Taku. J'aime bien ce diminutif ! "

En général il n'y avait que sa sœur qui l’appelait dans ce genre-là, même ses parents l’appelaient par son prénom entier et au pensionnat bah....Jusqu'à présent cela avait toujours été Niedra. L'un dans l'autre, kurogane était aussi l'un des premier à qui, il s'était attaché au pensionnat, les autres ne lui ayant pas encore adressé la parole.

" Oooh ! "

Il frappa de son poing gauche dans la paume de sa main droite d'un coup, comme si une idée lumineuse venait de lui traverser l'esprit :

" Si tu aimes la cuisine de ma sœur, il faudra que tu viennes à la maison ! Je lui dirai de faire la cuisine ! "

Il fit un peu la mou et ajouta :

" J'aurai bien aidé mais, la dernière fois que j'ai fais la cuisine tout le monde a eut mal au ventre pendant deux jours. "

Il se teint le menton et ajouta :

" Je crois bien que j'avais trop mit de wasabi sur les makis, a moins que ce ne soit le mélange purée d'algues et sirop d'érable qui n'étaient pas passé hmmmm.... "

Puis regardant kurogane dans les yeux, il termina joyeusement :

" Enfin voilà si tu as aimé ce bentô, je pense que tu appréciera ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Lun 14 Jan - 11:07


Un petit sourire s’étira sur mes lèvres, un sourire moqueur évidemment, en voyant la réaction du jeune homme devant moi lorsque je lui fis part de mon désir de l’entendre jouer de la musique. Si extérieurement il semblait se réjouir, je voyais dans ses yeux une étincelle de panique. Sûrement qu’il ne jouait pas souvent devant un publique. Là, j’avais deux options : ou je faisais comme si de rien n’était et insistait s’il refusait, ou je prenais pitié de lui et j’inventais une excuse pour qu’il puisse s’y soustraire. Roooh… C’était tentant… Mais bon, je ne voulais pas non plus qu’il soit trop intimidé et gêné pour poursuivre notre conversation, alors…

Alors que j’allais lui dire en d’autres mots qu’il pouvait laisser tomber, que ça ne me dérangeait pas tant que ça –mensonge ! Mensonge !-, je l’entendis m’affirmer qu’il me la ferait écouter et, en plus, la jouerait que pour moi ! J’étais gâté, du coup. Alors qu’un grand sourire évocateur s’affichait sur mon visage, je lui dis :

« Eh bien, quelle attention ! Comment refuser ? »

Je me léchai les lèvres, ne cessant de l’observer. Bien vite vint la partie où je lui demandais littéralement s’il était masochiste pour m’apprécier aussi… vif et impulsif. Bah oui, ma question n’était pas si bête que ça : pourquoi me disait-il qu’il m’appréciait plus après m’avoir vu l’attaquer ? C’était weird… En le voyant sourire, prêt à me répondre, je penchai la tête sur le côté, étonnement impatient d’entendre sa réponse.

« Gentil ?!»

Je restai un moment coi, les yeux ronds. Moi, gentil ?! Ah, ça, non ! Je ne suis pas… gentil… Non non ! Il a du se tromper de mot. Ou peut-être que j’ai mal entendu. Oui, c’est ça. J’ai du confondre le mot avec un autre. Oui, dans le cas contraire, c’est pas possible. Impossible.

« Je ne suis pas gentil ! Affirmai-je avec conviction, croisant mes bras sur mon torse. »

Le reste m’étonna encore plus. Ami ?! Lui et moi… ami ? J’avais de la difficulté à nous imaginer… ami. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que je n’avais jamais eu d’ami ? ^Parce que j’avais beaucoup d’ennemis et que je ne voulais pas que Takuma soit impliqué dans mes conflits quotidiens ? Probablement…

I don’t have friends…

« Je n’ai pas besoin d’ami. Fis-je en regardant ailleurs, me mordant la lèvre inférieure, laissant planer un petit silence. »

…I’ve juste got one.

« Tu es mon exception, dis-je au bout d’un moment en me retournant et lui souriant. J’ajoutai cependant rapidement : Par contre, ne le dis à personne. Tu pourrais avoir des ennuis. J’ai… beaucoup d’ennemis, tu vois. »

Je ne sais pas vraiment ce qui me poussait vers lui, ce qui me poussait à m’attacher à lui. Après tout, qui dit attachement, dit blessure et douleur. Pourtant, avec lui, j’avais envie d’essayer. Son sourire et sa présence rayonnante était agaçant et irritante, je ne dirais pas le contraire, mais au moins il sait parler pour deux. Et ça m’évite d’être seul.

En voyant le repas perdu sur le sol, je ne pus qu’être navré du bordel que j’avais commis. Ce n’est pas parce que moi je ne mangeais pas que c’était le cas pour les autres. Et puis… Taku avait un très bon repas… Je tentai de me racheter sans trop en avoir l’air en lui offrant un resto, me disant que c’était la moindre des choses. J’hochai simplement la tête lorsqu’il accepta mon invitation.

Après mon inspection de sa tête, je ne pus m’empêcher de rire en le voyant prendre des couleurs. En le voyant faire le pitre et me remercier, je soupirai en retournant à ma place.

« Baka. T’es pas supposé me remercier. Surtout pas après ça. »

En l’entendant me dire qu’il appréciait le petit surnom que je lui avais attribué, je ne pus m’empêcher de faire, taquin :

« Et encore là t’as d’la chance… J’hésitais entre ça et Tata... »

Je crois que mon cerveau à bloquer lorsqu’il m’a invité chez lui. Était-il réellement sérieux là ? Il m’expliqua que pour lui, la cuisine et lui ça faisait deux. Pour ma part, je l’observai comme s’il était un extra-terrestre. Impossible qu’il soit sérieux ! On venait de se rencontrer et je lui avais montré que je pouvais être réellement dangereux. Alors pourquoi m’invitait-il chez lui ?

« Tu es vraiment naïf… M’inviter comme ça chez toi… Ça relève du suicide, tu ne trouves pas ? Qui sait ce que je pourrais faire. Je t’ai déjà dit que j’étais dangereux. J’aime bien te parler, mais malgré tout, il vaudrait mieux pour toi que tu ne me fréquentes pas. Je ne suis pas une personne bien. Dans tous les sens du terme. Je n’ai ni une bonne influence, ni une belle joie de vivre. »

Je le regardai dans les yeux, ne le lâchant pas, voulant qu’il voie à quel point j’étais sérieux. Il est tout le contraire de moi, ce mec. Même si je crois qu’il cache quelque chose sous son sourire idiot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Mer 16 Jan - 10:59

Takuma l'observait et plus il le regardait plus il se demandait pourquoi il tenait tant que ça à dire qu'il était pas gentil alors, que lui voyait bien que ce n'était pas le cas. Il en eut encore la preuve, lorsqu'il lui dit avoir des ennemis et qu'il était l'exeption. C'était donc qu'il s'inquiétait, était-ce pour cela qu'il disait ne vouloir personne ? Etait-ce pour cela qu'il disait ne pas avoir besoin d'amis ? Niedra acquiesça de la tête pour lui-même, cette peur de s'attacher aux autres, cette peur qu'il arrive quelque chose aux gens qu'on aime, il la comprenait.

" D'accord, je ne le dirai à personne. "

Avait-il répondut, avec un sourire doux. Il y eut un cours moment de silence puis, le jeune homme lui dit franchement, tout à fait sérieusement en le regardant droit dans les yeux :

" Sempei, si tu as des ennuis, j'aimerais que tu m'en parles, j'aimerais t'aider ! Une armée vaut mieux qu'un seul homme ! Prend le lion, il est le roi des animaux et purtant il craind les hyènes et sais-tu pourquoi ? Parce qu'elles sont toujours en groupe ! "

Il lui dit aussi qu'il n'était pas supposé le remercié et le fait d'être traité d'idiot par lui, le fit sourire, allez donc savoir pourquoi. Tata ? TATA ?! Il ne pu se retenir de lacher un rire, un rire tonitruant, un rire cristalin mais, très fort.

" Go....Gomen ! C'est juste que.....Tata......C'est sûr, tu aurais vraiment été le seul à m'appellé comme ca ahahah !!!!! "

Par la suite, Kurogane lui dit qu'il était naif de l'inviter comme ça chez lui. Takuma avait bien vu comment son vis à vis pouvait être mais, aussi étrange que cela pouvait paraître, il n'en avait pas peur, peut-être qu'au fond même, il appréciait ce coté mauvais garçon et que c'est pour cela qu'il était comme ça avec lui ? Au fond, ils étaient différent sans vraiment l'être, Takuma était capable de s'ennerver et de taper mais, jamais encore cela n'était arrivé, il s'était toujours débrouillé pour éviter d'en arriver là. En fait il avait horreur de cela, devoir se mettre en colère, devoir gifler ou frapper, ce n'était pas du tout son truc. Peut-être était-ce pour cela qu'il n'avait pas réagit lorsque son ex-petit ami l'avait laissé tombé ? Quoiqu'il en était, il voyait bien que Kurogane était sérieux.

" Je le sais et puis ? "

Il avait toujours se sourire et ce regard doux, tandis que son vis à vis le regardait sérieusement.

" Je te l'ais dis, ça ne change rien pour moi. Un ami est une personne sur qui l'on peu compter en toutes circonstance. "

Il fit une autre courte pause, puis leva la tête vers le ciel, souriant :

" Tu dois te dire que je suis enquiquinant à m'entêter de la sorte mais...."

Takuma le regarda de nouveau, avec un grand sourire :

" Je peux être pire ahahaha !!!!! "

Reprenant son sérieux, il ajouta :

" Les gens ont vite des préjugés sur les autres, lorsqu'ils ne les connaissent pas. Aujourd'hui, j'ai appris à te connaître un peu et à t'apprécier. Demains, peut-être que je t'apprécierai davantage va savoir. "

Il venait de dire cela avec un grand sourire et termina ainsi :

" Le jour où vraiment tu te montrera désagréable envers moi, sans doute que je ferai de même. Mais, pour le moment ce n'est pas le cas, n'est-ce pas ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Jeu 17 Jan - 14:10


Après avoir reçu confirmation qu’il ne dirait rien à personne, je m’autorisai un soupire de soulagement. J’espérais sincèrement qu’il allait tenir parole. Pour moi comme pour lui. Je ne voulais pas qu’il soit blessé par ma faute et je ne voulais absolument pas perdre ma réputation de badboy. Il ne faudrait pas qu’il y est ne serait-ce qu’une personne qui m’approche, sinon… Disons que je suis très sélectif dans le type de personne qui peut m’adresser la parole ou ne serait-ce que m’approcher. Toute personne doit faire ses preuves et, je dois l’admettre, aussi être insistant. Après tout, je suis non seulement très borné, mais j’ai souvent tendance à prendre mouche facilement. Donc, une personne capable de me calmer ou de lui-même être calme est demandée.

Immédiatement, ce fut le visage de Shôta qui m’apparu. Oui, quelqu’un comme lui… Mais ça, c’est trop demandé, n’est-ce pas? De toute manière, je n’en voudrais pas deux comme lui non plus. Il est unique et spécial, c’est ce qui fait son charme je suppose. Son charme… Je levai les yeux au ciel. Ce jeune homme tombé de nulle part. En fait, nous étions tout les deux pas à notre place lorsque nous nous sommes rencontrés, je ne peux dire le contraire. Un grand hasard qui a fait si bien les choses… Je suis heureux de l’avoir rencontré. Extrêmement. Je ne m’imagine même plus vivre sans le revoir ne serait-ce qu’une fois par semaine.

C’est la voix du jeune devant moi qui me sortis de mes pensées. Je le regardai, l’écoutant me dire qu’on était plus fort en groupe que tout seul. Je secouai automatiquement la tête, le regardant dans les yeux, voulant qu’il comprenne à quel point ma décision était arrêtée. Peu importe ce qu’il en dirait, je ne changerais ni ma façon de faire, ni ma façon d’aborder les choses.

« J’suis pas un lion, Taku. Et si j’ai des ennuis, je ne veux pas t’y mêler. Je me bats toujours, à chaque jour ou presque. J’ai de l’expérience, je sais comment réagir lors d’attaque de groupe. Je me léchai les lèvres. Mais j’saurai pas réagir devant une personne en danger. »

J’observai les alentours, m’assurant que personne ne regardait ici ou n’avait monté sur le toit pendant notre discussion. Après tout, j’connais bien le dicton : jamais deux sans trois ! Or, si une autre personne venait à monter, je ne crois pas que je réagirais aussi bien qu’avec Takuma. Takuma a un traitement de faveur, dans un sens. Pour aucune raison valable cependant. Seulement parce que j’aime lui parler et qu’il s’avère être un camarade agréable. Une bonne compagnie en gros.

En le voyant rire à ma plaisanterie, j’esquissai un petit sourire en coin, m’amusant de le voir ainsi réagir. Bon, au moins il ne l’avait pas mal pris, c’était bien. Au contraire : il l’avait même trop bien pris ! Enfin, trop… Disons simplement que le voir réagir aussi positivement me surprenait réellement. Je n’avais pas dit ça pour le faire rire. Seulement pour l’embêter. Le vexer peut-être aussi. Or, ça ne c’était clairement pas passer comme je le pensais !

« Hum… Eh bien, finalement, je ne le laisserai pas loin, ce surnom…»

Mon étonnement passé, je lui avais dit qu’il devait se méfier de moi, qu’il ne pouvait m’inviter comme ça chez lui. On venait seulement de se rencontrer bon sang ! Et puis, je n’étais pas une bonne influence pour lui, loin de là. Donc… notre rencontre n’était pas une bonne chose pour lui. Pour moi, dans un sens, ça l’était : j’avais quelqu’un avec qui parlé. Mais ça ne pouvait aller plus loin : on ne pouvait décidément pas nous voir ensemble. Peu importe où. Je grognai lorsqu’il me dit qu’il le savait. Non, justement, tu ne sais pas imbécile !

En entendant le reste, je dis d’une voix blanche :

« Et tu crois pouvoir compter sur une personne que tu viens tout juste de rencontrer ? Compter sur moi ? »

Enquiquinant ? Non, étrange. Pire ? Sérieusement, j’ai des doutes ! D’ailleurs, je me demande bien pourquoi il s’entête autant. Je n’ai rien de particulier, rien qui attire. Pourquoi moi, hein ? Pourquoi moi et pas un autre ? Je suis le pire de tous… et c’est vers moi qu’il vient ? Il me semble avoir déjà vue cette scène quelque part… Je déglutis alors que je tentai d’avoir l’air naturel. Il souriait trop. Riait trop. Habituellement, ce genre de chose cachait toujours quelque chose.

Je toussotai un peu lorsqu’il dit que les gens avaient souvent des préjugés. Bien sûr, c’était plus que vrai. Mais qu’il avait appris à me connaître et m’apprécier… En si peu de temps… J’en doutais. Moi-même je ne le connaissais pas du tout et je l’avouais sans aucune honte. Je ne savais rien de son passé… Rien de son présent non plus à vrai dire. Mise à part qu’il est japonais et qu’il a une sœur qui cuisine comme une déesse.

Lorsqu’il me dit que le jour où je serai désagréable avec lui il fera de même, je me mordis la lèvre en baissant le regard.

« Alors tu devrais commencer tout de suite… Pour être sûr d’avoir de l’avance. Car c’est clair, ça arrivera. Plus tôt que tu ne le crois. »

Je m’étendis sur le sol –ou le toit, peu importe- et regardai le ciel. Il n’Y avait pas grand-chose à regarder, seulement du bleu. Un infini de bleu ! C’était plus fort que moi ; mes pensées convergeaient automatiquement vers Shôta. Je levai la main, tentant d’attraper un nuage.

« Dis-moi, Taku, es-tu déjà tombé amoureux ? Si oui, dis-moi, comment on se sent à ce moment ? Comment sait-on qu’on aime quelqu’un ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Takuma Niedra
Etudiant
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 08/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste: Aime : les glaces à la fraise, jouer de la musique....

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Mer 30 Jan - 9:14

Takuma le regardait tout en l'écoutant. Il se battait chaque jour ? Ah, il ne saurait pas réagir devant une personne en danger, cela fit réfléchir le jeune homme. Niedra leva les bras au ciel et s'étira, il en profita pour regarder l'heure et vit qu'il devrai bientôt retourner en cours, puis tournant le regard vers Kurogane il répondit :

" Aah ! Ca me va ahahaha !!!!! "

Suite à ce qu'il venait de dire, il se gratta doucement la joue, regardant le ciel.

" Je crois que ça doit être cela. "

Le regardant à nouveau il continua, souriant :

" Tu es honnête, d'autres personnes auraient pu caché le fond de leur pensées. En cela je te fais confiance, oui. "

Kurogane baissa la tête, lui disant qu'il ferai mieux de commencer tout de suite à être désagréable avec lui. Takuma s'aprocha de lui, pencha la tête sur le coté pour le regarder mais, resta silencieux, affichant tout de meme son sourire. Le jeune homme s'étendit ensuite par terre et regarda le ciel. Il lui demandât ensuite s'il avait déjà été amoureux. Niedra se redressa puis, alla s'adosser sur le grillage qui servait de barrière, afin d'empêcher que des élèves ne tombes et croisa les bras en le regardant. Il acquiesça de la tête et répondit en femrant les yeux :

" Quand on aime une personne, c'est comme si le soleil brillait dans notre corps. On a chaud, on est heureux sans savoir pourquoi et on a envie de voir la personne qu'on aime, d'être toujours avec elle. On a envie de lui faire plaisir, de la voir sourire et de la protéger. "

Il ouvrit les yeux à nouveau et leva la tête vers le ciel, regardant quelques oiseaux qui passaient, les bras toujours croisés.

" On sait qu'on aime quelqu'un, parce que on ne peux plus se passer de sa présence. On sait qu'on aime quelqu'un parce que sa voix, son corps, tout d'elle nous manque lorsqu'elle n'est pas à nos cotés. "

Il marqua une courte pause et ajouta :

" Quand on aime une personne, on a envie de faire pleins de choses avec elle, de la rendre heureuse. On veut se donner entièrement à elle et personne d'autres alors, ne nous interesse. "

Regardant Kurogane, il lui demandât en glignant des yeux :

" Tu es amoureux sempei ? "

Se détachant de la grille, il alla vers lui et s'accroupit à côté, grand sourire :

" C'est qui ? Hein ? Dit dit ! "

Takuma se mit à se faire pleins d'idées, imaginant la personne qu'il aime et comment cela purrait se passer. Il frappa ensuite dans ses mains et dit joyeusement :

" Si tu veux de l'aide compte sur moi ! Takuma jouera les anges de l'amour !!!! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   Ven 1 Fév - 17:15


Lorsque je lui fis part de mes soupçons –comme quoi il ne pouvait se fier sur moi, homme qu’il ne venait seulement que de rencontrer, bagarreur de première- il me fit un sourire que je ne sus interpréter. Il devrait réfléchir à mes paroles, remettre en question son jugement, s’écarter de moi… Mais pas sourire comme si j’avais dit quelque chose de naïf ! J’aurais bien boudé dans mon coin, maugréant contre son innocence un peu trop évidente. Innocence qui me mettait de seconde en seconde plus mal à l’aise : je n’étais pas comme lui. J’étais corrompu, souillé. Un déchet, quoi. Je n’étais pas un ange comme lui. Et en cela, j’avais peur de le salir avec mes mots et mes pensées beaucoup trop… crus pour un être tel que lui.

Je l’entendis me dire que c’était justement ça. Mais ça quoi? La suite de ses paroles m’illumina dans l’obscurité la plus totale. Honnête, hein? Oui, j’avoue, mais quand même… Parfois, honnêteté et stupidité ne sont pas très loin l’un de l’autre. Exemple très représentatif : dire à une armoire à glace que sa balance intelligence/muscle chez lui est sérieusement déséquilibrée. À coup sûr vous finissez encastré dans le mur ! Je pourrais témoigner de ça… Au nombre de fois que je l’ai fais!

Enfin, je comprends ce qu’il veut dire. Honnête, franc. Je ne suis pas du genre hypocrite : j’attaque de face. Attaquer de derrière, ou par une autre personne, c’est pour les faibles. Et je ne suis pas faible! Loin de là, même. Physiquement comme psychologiquement. J’ai vue des vertes et des pas mûres… Mais bon : cela contribue à l’expérience personnelle, non?

Plus tard, vint la partie sur ma question sur l’amour. Je ne l’avais pas dit au hasard : c’était une véritable question. Il semblait bien éclairé sur le sujet alors que moi, je ne connaissais rien. Et puis, un point de vue extérieur n’était pas une mauvaise chose, au contraire. Déjà que j’avais de la difficulté à y voir clair… J’avais constamment peur d’avoir fait une bêtise avec lui. De ne pas me montrer à la hauteur…

Je le vis s’appuyer contre le grillage, puis commencer son discours, ses explications. Mine de rien, j’étais pendu à ses lèvres. Le soleil dans notre corps? Chaud? Je ne pus m’empêcher de me rappeler que j’avais comparé Shôta comme mon rayon de soleil dans le noir. Et, à ses côtés, j’avais toujours chaud… Je brûlais, même. J’avais toujours envie de le voir : dès qu’il était là, je me sentais inexplicablement heureux. J’aimais sa présence, le sentir contre moi. J’avais aussi terriblement peur de le perdre, je voulais tant le protéger des autres…et de moi-même.

«Oui…»

Lorsqu’il part, il me manque. J’ai peur que le dernier moment passé ensemble soit réellement le dernier tout court. Son corps contre le mien la nuit, ses lèvres contre les miennes, sa voix à l’intonation distincte, son odeur sauvage…Je voulais sortir avec lui, aller quelque part. Faire des choses que je n’avais jamais faites avec personne. Être avec lui… Qu’il ne soit pas peiné ou irrité par mon comportement puéril… Qu’il garde son intérêt, qu’il m’aime même après quelques mois de réflexion… ou d’hésitation. Je n’ai jamais embarqué dans une relation amoureuse. Je n’ai jamais voulue de ça, jamais. Mais… Avec lui… Je soupirai en me massant la nuque. Depuis que j’avais fait sa connaissance, j’avais arrêté de fréquenter les relations d’une nuit. Comme si… Comme si…

« Amoureux?, fis-je, désarçonné. »

Je ne sais pas. Suis-je amoureux? La plupart des critères conviennent, mais… Ce n’est pas tant que je ne l’aime pas : c’est plus que je ne veux pas l’aimer. Car si on était ensemble, ça serait dangereux et… différent… je serais enchaîné à lui… je serais perdu, je devrais faire attention à mes mots, le protéger à chaque seconde, changer mes habitudes de vie…

« Tu ne le connais pas, fis-je en regardant le sol. Je me demande d’ailleurs si je le connais moi-même. »

Nous avons eu plusieurs disputes, je connais son passé, ou du moins un très gros morceau de son passé, nous avons eu un contact très intime, nous… À sa proposition, je secouai vivement la tête.

« Non ! Shôta n’est pas-… Il n’est pas quelqu’un qui aime vraiment la compagnie… Il… Il est… Unique, différent… Jouer les cupidons ne servirait à rien, il m’aime. Il m’a déclaré sa flamme. Cependant, de mon côté… de mon côté, je… je ne sais pas… Je ne devrais pas l’aimer, pour sa sécurité, pour notre esprit… Même si on était ensemble, ça ne fonctionnerait pas : au nombre de disputes alors qu’on vient tout juste de se rencontrer… Nous-je…»

Peut-être était-ce aussi une excuse pour me voiler la face? Après tout, toutes disputes étaient une étape dans une relation : si nous avions eu les premières disputes avant même d’être ensemble, peut-être était-ce une bonne chose?

«Je ne sais pas ce que je ressens pour lui, cependant… Il n’y a que dans ses bras que je trouve le sommeil. Qu’avec lui que je me sens bien. Qu’avec lui que je me sens l’envie de le serrer contre moi, de me blottir si fort contre son torse jusqu’à disparaître contre lui… »

Je posai mes mains contre mes cheveux et les tirai, à bout de nerfs. J’allais faire une overdose de réflexions moi ! Jamais je n’avais réfléchis autant de ma vie pour quelqu’un…

« Raaaaah ! C’est trop complexe! J’en ai marre ! »

Pourquoi étais-ce si compliqué d’apprécier plus que la normale une autre personne?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Au gré du vent [ LIBRE ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au gré du vent [ LIBRE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Emery d'Automne - Vent - Libre
» Olympes des Pétales - Vent - Libre
» Nuage de Coccinelle. || Apprentie du Clan du Vent. || Libre.
» Oeil de Lynx-Clan du Vent-Libre
» Plume d'Hirondelle ||Guerrière du Clan du Vent|| libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Spidia :: ♣ Le Pensionnat ♣ :: ♠ Le Toit ♠-