Bienvenue dans ce magnifique pensionnat aux styles anciens et agréables protégé et entouré d'une végétation gardant cet endroit à l'abri des regards indiscrets.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Jeu 24 Jan - 21:49

Tss, il n'avait vraiment pas l'air bien Kuro... le fait qu'il se prenne la tête entre les mains indiquait qu'il devait avoir la migraine. Shota le nota dans un coin de son esprit. Il apprenait à découvrir les effets de la drogue, et les "après". Ainsi, peut-être que si la situation se reproduisait, il pourrait y faire quelque chose, contrairement à aujourd'hui ? Peut-être... Enfin bon. Quand je lui rapporta ses vêtements, le taquinant un peu sur son comportement pervers qu'il avait eu un peu plus tôt, il sourit un petit peu plus en voyant son air effrayé, rougissant, honteux.... rah, il ne devrait pas, mais il le trouvait trop craquant comme ça, franchement... de plus, ce n'est pas comme si ça avait dérangé Shota... juste qu'il ne pouvait pas profiter de la situation...Son compagnon était vraiment beau, donc ça aurait été mentir que de dire qu'il n'avait pas apprécié. Mais comme dit plus haut, il le respectait et l'appréciait trop pour tenter de profiter de la situation. Il susurra un "Moi j'me souviens de tout...." avant de hocher la tête quand il lui dit de parler moins fort.

"Quand on en aura terminé à la salle de bain, je te préparerais un médicament pour le mal de crâne... j'espère que tu en as dans ta pharmacie..."

De toutes façons il irait vérifier. Il prit le jeune homme par la main pour l'emmener à la salle de bain, où il préféra d'abord le rafraîchir, c'est que ça devait être désagréable d'être en sueur ainsi, Shota savait de quoi il parlait. Une fois que cela fut terminé, il fut surpris par les paroles que Kurogane prononça à son encontre. Lui ? Un ange ? Certainement pas, suffisait à voir la crasse qui le recouvrait. Il lui sourit simplement.

"Justement, c'est parce que tu ne le fais pas que je le fais pour toi...et parce que j'en ai envie."

Surtout aussi parce qu'il en avait envie. Il rangea ensuite le gant de toilette, se tournant vers lui en fronçant les sourcils quand il lui demanda de sortir, et lui en expliqua la raison. Oh.. oui... donc envie de vomir, à rajouter dans la liste des effets secondaires de la drogue. A c e demander pourquoi on se droguait, franchement, si c'était pour se retrouver dans cet état, comme pour la gueule de bois d'ailleurs, pareil. Il le regarde donc se traîner jusqu'à la cuvette du WC, compatissant. Il vient ensuite s'agenouiller derrière lui, glissant ses doigts sur son front, et ceux de l'autre main sur sa nuque pour lui maintenir la tête pendant qu'il vomit. Il avait déjà vue faire ça plusieurs fois quand il s'était trouvé un trou pour passer la nuit dehors.

"Ça ne me dérange pas tu sais..."

Dit-il simplement, continuant de le soutenir jusqu'à ce que ce soit terminé. Une fois que ce fut terminé, il le redresse et l'amène devant l'évier, après avoir tiré la chasse d'eau pour éliminer l'ex contenu de l'estomac de Kuro, et pour éliminer l'odeur aussi.

"Tu ferais mieux de te laver les dents, sinon tu vas puer de la bouche.... je vais chercher quelque chose, je reviens."

Il alla donc un peu fouiller dans l'appartement, cherchant après son armoire à pharmacie. Une fois que ce fut fait, il pris un médicament pour le mal de tête et un autre contre les nausées. Heureusement, il connaissait assez bien les médicaments, leur nom et leurs effets, il n'eut pas à chercher longtemps. Il alla prendre un verre d'eau à la cuisine avant d'amener le tout à Kurogane, lui tendant le verre et les comprimés.

"Et voila... pour la tête et pour les vomissements... tu avales ça avec le verre d'eau et tu vas te coucher d'accord ?"

De toute façon, il n'allait pas lui laisser le choix. Donc il ramena simplement le verre vide à la cuisine une fois que Kuro eut terminé, et il revient ensuite vers lui pour l'aider à aller jusqu'au lit. Le jeune homme étant toujours nu, Shota lui choisis un pyjama qu'il lui enfile d'office, sans lui laisser le choix, et ensuite il le pousse sur le lit pour qu'il s'allonge, avant de le border. Tout cela avec un poigne autoritaire. Il fallait qu'il se repose et laisse les médicaments agir. Il s'agenouilla à côté du lit.

"Dodo, d'accord ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Sam 26 Jan - 16:08


Ma tête s’était transformée en un véritable champ de mines où quelqu’un s’amusait à activer chaque mine. Une après l’autre, sans répit. De plus, comme si ce n’était pas suffisant, une troisième guerre mondiale semblait avoir éclaté dans mon ventre, me faisant poser les mains sur mon torse avant de serrer étroitement le tissu. Ça faisait un mal de chien pas possible ! Je ne me souvenais même plus c’était quand la dernière fois que j’avais eu aussi mal. J’crois que j’tait encore un gosse. Bon, ça ne fait pas si longtemps que ça en fait, mais bref. C’est la première fois que la drogue en est la cause. Probablement que, comme je l’ai dit, j’ai pas mal forcé la dose cette fois-ci. Pas mal trop, même. Je me demande combien de millilitre en plus m’aurait été fatal. Je devrais m’informer… ou tester.

J’entendis malgré le bourdonnement des mes oreilles la voix de Shôta me parvenir, me disant qu’il me préparerait quelque chose pour mon mal de tête. Je restai un peu perplexe devant ses propos, me demandant s’il connaissait suffisamment bien les médocs pour ne pas m’empoisonner. Bon, en même temps, il suffisait de lire l’endos, donc il devrait être capable de me donner la bonne recette. Cependant, qui dit qu’il ne prendra pas les mauvais cachets ? J’en ai beaucoup, des p’tits pots. Pas tous utiles, mais tout de même. Enfin, je choisis de lui faire confiance alors qu’il m’entraîna à la salle de bain. Je ne me fis pas prier pour me laisser docilement faire.

Lorsqu’il me dit que c’est justement parce que je ne prenais pas soins de moi que lui le faisais et parce qu’il le désirait, un mince sourire vint fleurir sur mes lèvres. Fragile, il ne resta pas longtemps alors que je lui demandais –poliment, hein !- de dégager de ma salle de bain. Je n’avais pas du tout envie qu’il assiste à cette scène. Je m’étais agenouillé devant la toilette lorsqu’il vint par derrière me soutenir la tête. Inutile de dire que, en sentant ses mains sur moi, je sursautai et pas à peu près. J’allais lui dire de dégager lorsque les nausées me reprirent d’assaut ; je n’eu de choix que de me pencher, vomissant le peu que j’avais avalé aujourd’hui. Je l’entendis me dire quelque chose, mais ne comprit pas tout de suite.

Une fois qu’il ne me resta plus rien à vomir, je sentis la poigne de Shôta se faire plus forte alors qu’il me redressait. Je détestais être une poupée de chiffon entre les mains de quelqu’un : pourtant, je ne réussis pas à grogner de mécontentement. Probablement que le fait d’être tiré loin de la cuvette était une bonne chose. Il m’amena contre l’évier et je restai surpris de toutes les initiatives qu’il prenait. Jamais personne ne m’avait contrôlé ainsi. Ils en n’avaient jamais eu la chance. Jamais. Il me dit de me brosser les dents, puis qu’il allait chercher quelque chose. Je tentai faiblement de le retenir.

« Shôta…»

Trop tard, il était partit. Je soupirai, puis fit ce qu’il m’avait dit. Je ne le faisais pas pour lui : seulement par le goût dans ma bouche était extrêmement désagréable. Je ne voulais en aucun cas resté avec ça dans la bouche. Je pris le dentifrice, le mit sur ma brosse à dent, puis me mit énergiquement à mon travail. Lorsque je terminai, Shôta revenait. Il me tendit des comprimés que je pris sans attendre les explications, suivit du verre d’eau. Je grognai cette fois en l’entendant me dire qu’il allait me coucher : j’en n’avais strictement aucune envie ! Je n’avais que le soir pour le voir et je gaspillerais cette chance pour un dodo ? Pas question !

Mais c’est sans compté qu’il ne me laissa pas le choix le bougre ! Je me retrouvai dans le lit, habillé, en moins de deux. Son autorité me faisait courber l’échine. Il n’avait toujours pas compris que je détestais me faire donner des ordres, même si c’était pour mon bien ?

« Tu vas me raconter une histoire aussi ? Fis-je, pince-sans-rire. »

Je me redressai pour être assis contre les coussins, puis le regardai.

« Je t’ai à mes côtés pour cette nuit et tu crois que je vais gentiment aller dormir en laissant passer cette chance ?! »

Mal de tête et mal de ventre ou pas, j’allais pas rester sage pour ses beaux yeux ! Ah, ça, non ! Pas question ! Ma main vint d’elle-même jouer avec le tissu de mon vêtement pendant un court laps de temps : jusqu’à ce que je me tourne vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Dim 27 Jan - 0:21

Une fois Kurogane installé dans son lit, Shota soupira en l'entendant se montrer ironique, en demandant s'il voulait aussi lui raconter une histoire. Bon, après tout Shota avait peut-être encore foiré en faisant tout ça ? Allez savoir, il n'avait aucune expérience pour être bien avec les autres, il avait juste voulu l'aider mais visiblement c'était pas la bonne chose à faire. Donc après sa liste des effets indésirables de l'alcool, il nota mentalement que la prochaine fois, il ferait directement demi-tour au lieu de rester à faire n'importe quoi. C'était déprimant... quoique ouais, Kurogane était quelqu'un qui n'aimait pas qu'on l'aide, donc Shota avait vraiment tout fait de travers visiblement. Un autre soupire s'échappa de ses lèvres, avant qu'il hausse un sourcil en entendant le jeune homme lui dire qu'il l'avait à ses côtés cette nuit et qu'il allait en profiter. En réponse, Shota se releva.

"Je ne reste pas. Je te laisse te reposer, quoique t'en dise, j'ai déjà assez fait de conneries pour ce soir."

Dit-il simplement, faisant référence à la pseudo aide qu'il avait voulu lui apporter. Sans lui laisser le temps de répondre, le sdf sortit de la chambre pour aller vers la porte de l'appartement et sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Dim 27 Jan - 16:03


Okay. Qu’est-ce que j’avais encore fait de travers ? Mon front était brûlant : j’avais mal partout. Était-ce normal ce genre d’effet secondaire ? Je ne les avais jamais sentis auparavant. Étrange. Mais bon, je m’inquièterai pour ma santé une autre fois. Si j’y pense. Chose incertaine, voir impossible. Lorsque je posai le regard sur lui, après lui avoir lancé ma petite pique, je le vis se renfrogner. Oh God… Pas encore… Je n’avais simplement pas la force de me disputer avec lui. Ni l’envie, en fait. Tout ce que je voulais, c’est l’avoir près de moi, était-ce trop demandé ? Lui qui disait m’aimer, pourquoi réagit-il autant à mon caractère ? S’il m’aime réellement comme je suis, et pas pour les jours meilleurs, il ne ferait pas de cas de mon caractère de cochon, n’est-ce pas ? J’sais pas… Me semble…

Q-quoi ?! Partir ?! Conneries ?! J’ouvris de grands yeux étonnés, ne comprenant décidément pas le cheminement de ses pensées. Que s’était-il passé dans sa petite caboche ? Était-ce mon ironie qui l’avait irrité ? Je soupirai à m’en fendre l’âme lorsqu’il se redressa. Je me tournai vers lui pour l’arrêter d’une main, mais le vis déguerpir avant. Mais qu’est-ce que… ? Il allait vraiment me laisser là, ici, comme un chiot abandonné par son maître ?! Un puissant grognement franchit mes lèvres alors que je me levais d’un bond –la pièce sembla tourner brusquement à ce geste sur elle-même, vraiment étrange- et déboutonnai au passage quelques boutons de mon pyjamas : j’avais terriblement chaud. Je passai une main tremblante sur mon torse et remarquai que mon corps était en sueur. Pas étonnant. Je secouai la tête pour me reprendre, puis allai dans la direction qu’il avait prit. La sortie, donc.

Je me fichais bien de choper la crève : de toute manière, s’il venait réellement à me quitter, le résultat serait le même. Bon sang…C’était réellement effrayant. Vivre pour quelqu’un d’autre ? Ce n’était pas dans mon style… Loin de là. Pourtant, pour lui, je… Je pourrais… Lui…Je me secouai de nouveau : ce n’était pas le temps de penser à ça ! J’avais un idiot d’ami à retenir !

Je m’embarquais dans les escaliers, descendant quatre à quatre. Lorsque je le vis enfin, je lui sautai littéralement dessus.

« Arrêtes !! »

J’usai de toute ma force pour le retenir de faire un pas de plus, mes bras passés autours de lui, collé contre son dos. Ma respiration était inégale, mais je m’en fichais comme de la dernière pluie. Je tremblais un peu : froid et chaud ne faisait jamais bon ménage. Je laissai un instant passé, silencieux, reprenant simplement ma respiration, avant de déclarer :

« Ne pars pas. J’suis désolé, Shôta ! Pardon ! J’voulais pas te vexé… T’as admirablement pris soins de moi… J’suis simplement pas habitué à être contrôlé ainsi, que l’on s’occupe de moi. Je… J’ai réagis comme un imbécile… Shôta, j’suis vraiment désolé. »

Combien de fois m’étais-je excusé en tout ? Trois fois ? Alors que je ne m’excusais habituellement jamais… ou avec mauvaise foi. Mais pas avec lui : je ne voulais pas le perdre pour une bêtise. Je ne voulais pas le perdre tout court. Je m’accrochai désespérément à lui, tremblant à l’idée de le voir partir loin de moi. S’il tentait de s’évader de mon emprise, il verrait bien assez tôt que c’était impossible. Je le tenais fermement.

« Restes… Shôta… Je t’en supplie… Restes, je ferai tout ce que tu voudras. N’importe quoi. Mais merde, restes ! »

Stay with me

Mes jambes commençaient à faiblir et je le lâchai à contre cœur de peur de m’effondrer sur lui. En fait, c’est tout mon corps qui commençait à tanguer. Je tentai malgré tout de garder une expression neutre. Je me frottai le front, remarquant au passage que la température avait légèrement augmenté. Ouais, se promener en boxer et chemise de nuit ouverte n’était peut-être pas une si bonne idée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 28 Jan - 5:41

Il sursaute lorsque se taille se retrouve entraver par les bras de Kurogane. Tellement plongé dans ses pensées, à se demander comment il aurait dû se comporter pour convenir à Kuro, il n'avait pas entendu ce dernier arriver dans son dos. Il sentait son souffle rapide... il ne devait pas être bien, ou alors était-ce la course ? Il ne savait pas. Mais de toute façon, Shota ne bouge plus, trop surpris pour tenter de faire un pas plus loin. C'est ainsi qu'il entendit les excuses du jeune homme et ses explications. Shota baissa légèrement la tête, son sentiment de culpabilité lui tiraillant l'estomac. Alors c'était lui qui avait encore mal compris, mal interprété ? Encore une fois...

Plongé dans ses pensées, une nouvelle fois, réfléchissant au fait que visiblement, il avait mal interprété la réaction de Kurogane, il fut surpris de le sentir soudainement lâcher prise autour de sa taille. Il se retourna brusquement, le temps de voir Kurogane, l'état dans lequel il se trouvait, son visage rouge et en sueur... il eut tout juste le temps de se précipiter à ses côtés pour le rattraper et l'entourer de ses bras, l'empêchant de chuter douloureusement sur le sol. Il le porta directement et retourna sur ses pas avec le corps dans ses bras, façon princesse. Il le savait qu'il n'était pas bien ! C'est pour ça qu'il lui avait dit de se reposer ! Mais il ne voulait pas le faire tant qu'il serait là... bon, ben maintenant il n'aura pas le choix.

Shota vient finalement coucher Kurogane sur le lit, retirant sa veste de pyjama. Il s'agenouille à ses côtés, prenant le temps de caresser son front et de se baisser pour déposer un baiser sur sa peau, murmurant ensuite doucement à son oreille.

"Excuse-moi Kune (ça s'entend "Kuné" :p]... j'ai mal interprété tes propos sûrement... je pensais encore avoir mal agis, quelque chose que tu n'appréciais pas... t'avoir plus embêté qu'autre chose... mais la raison pour laquelle je voulais m'en aller, c'est que tu avais vraiment besoin de repos... et tu vois maintenant dans quel état tu es ? Je ne me trompais pas... je reste avec toi, mais il faut que tu te repose...."

Ses lèvres glissent jusqu'à celles de son compagnon, les effleurant doucement, et Shota se relève ensuite pour aller à la salle de bain. Il prit un gant de toilette, l'humidifia avant de revenir dans la chambre. Il passa le gant humide sur le visage de Kurogane, chassant ses sueur et cherchant à le rafraîchir. Il fit ensuite glisser le gant de toilette sur le torse du jeune homme, ses épaules, le long de ses bras... et il se dépêcha ensuite de le sécher convenablement pour qu'il n'attrape pas froid, en plus. Une fois que ce fut terminé, il lui remit un nouveau pyjama.

"Je sais que tu n'aimes pas être... mené. Mais il faut savoir prendre soin de toi, je le fais pour toi, après je te laisserais libre de faire ce que tu veux... même si je pense que la drogue n'est pas pour toi, je ne peux pas te l'interdire, tu le prendrais certainement très mal"

Dit-il, sans même savoir si son compagnon l'entendant. Avec sa fièvre, Shota ne savait pas si ce qu'il disait parvenait à son compagnon, mais bon, au moins ça lui ferait un petit fond sonore. Il alla tout ranger dans la salle de bain, étouffant un bâillement. Il revint dans la chambre pour se glisser sous la couverture à côté de Kurogane, sans même réfléchir. Il se mit bien à côté de lui, glissant ses bras autour de son corps pour l'attirer contre le sien, le tenant fermement dans ses bras, fermant les yeux ne mettant pas bien longtemps avant de tomber dans un sommeil profond.

Il dormit toute la nuit, profondément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 28 Jan - 8:21


J’avais défaillis. J’avais défaillis ! Mes jambes, beaucoup trop épuisé pour me supporter plus longtemps, avait rendu les armes en me laissant tomber. J’avais vu le sol se rapprocher, fermant les yeux, acceptant déjà la douleur. En plus d’être pathétique, je me blesserais très probablement. Si je ne crevais pas tout de suite, évidemment. Or, il n’y eu aucun fracas, pas de douleur : Shôta m’avait rattrapé juste à temps, dans ses bras si rassurants, si chauds… Je m’accrochai à lui lorsqu’il me souleva, me calant contre son torse. Trop fatigué pour penser aux éventuelles conséquences, je préférais me laisser aller dans ses bras. Mes mains vinrent se crispées sur son haut au niveau de sa poitrine alors que mon visage s’y enfouissait. Je n’avais pas habitude de me laisser aller ainsi, ni d’être aussi… hum… fragile et efféminé. Pourtant, pour le moment, c’était bien la dernière chose qui me traversait l’esprit.

Je me laissai docilement couché, gémissant faiblement en ne le sentant plus près de moi. Il n’allait tout de même pas profiter de ma faiblesse pour me laisser seul, hein ? Sa caresse combinée à son baiser me réchauffa instantanément le cœur. Je poussai un petit soupire d’aise, adorant ce genre d’attention venant de lui. Et puis, dans un moment comme celui-ci, c’était si bon ! Je me surpris à sourire niaisement, seulement bien. Torse nu, je n’arrivais même pas à être gêner devant lui. Peut-être était-ce parce qu’il avait ‘’sentit et vu’’ beaucoup plus que mon torse ?

Toute mon attention était tournée vers lui : je l’écoutai avec attention. Lorsqu’il eut fini, la seule chose que je retins, de vraiment importante, c’était qu’il restait avec moi. De nouveau, mes lèvres s’étirèrent sur un grand sourire heureux. Je ne demandais rien de plus que de l’avoir à mes côtés. Lorsque je sentis ses lèvres sur les miennes, je me permis de prendre sa nuque et approfondir le baiser, y mettant toute ma tendresse et mon affection. Je le laissai ensuite filer, me reposant convenablement dans le lit. Je fermai les yeux, respirant un bon coup avant de me laisser aller.

La sensation rafraîchissante du gant de toilette me ramena un peu à la réalité. Pas beaucoup. Je frissonnai un peu, mais fus extrêmement heureux de son initiative. J’entendais, comme dans un rêve, les mots qu’il m’adressait. Je ne compris pas tellement ce qu’il me dit, m’endormant sous ses caresses.

Plus tard, je sentis son corps pressé contre le mien. Ou plutôt, c’est moi qui fut pressé contre lui. Bien au chaud dans ses bras, je passai machinalement mes bras autours de lui en calant ma tête dans son cou. L’une de mes jambes vint écarter les siennes, l’emprisonnant d’en haut et d’en bas. Mon corps épousait le sien avec une harmonie certaine.

Je fis toute ma nuit pressée contre lui, son odeur m’enivrant pendant mon sommeil. Je ne sais pas si je rêvai cette nuit-là, si je parlai, mais, le lendemain, lorsque je m’éveillai en premier, je sus que j’avais bel et bien rêvé. Et pas qu’un peu.

Comme j’étais le premier, je fus aussi celui qui découvrit notre… position. En particulier la mienne. Ce n’était pas la première fois que j’avais ce genre de problème. Ça m’arrivait souvent, pour quelqu’un comme moi, avec les hormones au plafond. Or, c’était la première fois que je dormais avec quelqu’un, deux fois de suite, sans que nous aillons rien fait. De plus, ça faisait un petit moment que je n’avais pas… eh bien… couché avec quelqu’un. Du coup, mon corps ainsi pressé contre celui d’un autre homme –magnifique, de surcroît- ne faisait que réveiller une certaine partie de mon anatomie.

Très délicatement, je me décollai de lui, espérant de tout mon être que la bosse au niveau de mon entrejambe –qui était appuyé contre sa hanche- ne s’est pas fait sentir. Je me retirai de ses bras, puis d’un mouvement vif, je me redressai du lit. Je l’observai un moment, me mordant la lèvre. Cette expression sur le visage… Il est tout simplement adorable. Je me penchai sur lui, profitant du fait qu’il semblait dormir pour lui voler un chaste baiser.

« Shôta… Je t’apprécie vraiment beaucoup…, chuchotais-je plus pour moi que pour lui. »

Je lui jetai un dernier regard, puis imprimai son visage dans ma tête pour aller en quatrième vitesse m’enfermer dans la salle de bain, ma main s’attaquant déjà à la tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 28 Jan - 19:46

Shota se sentait bien... super bien même. Il avait passé la nuit à garder Kurogane dans ses bras, solidement. Le rapprochement entre eux, la jambe entre ses jambes... rien ne l'avait gêné, il s'était tout simplement laissé faire, le gardant contre lui. Dans ses rêves, il repensa au baiser qu'ils avaient échangés avant de dormir. Enfin, Shota n'avait fait qu'un effleurement, mais il avait été agréablement surpris de sentir le jeune homme répondre au baiser, le prolonger... et Shota l'avait évidemment laissé faire, souriant. Après cela, il avait été sage et il s'était endormi d'une traite, ne se réveillant à aucun moment de la nuit. Son sommeil avait vraiment été profond.

Malheureusement pour Kurogane, lorsqu'il s'était redressé le lendemain matin, Shota était encore endormi, mais il était en phase de réveil. Ce n'était plus qu'un reste de sommeil léger et il ne tarderait pas à ouvrir les yeux. Rah la vache, il avait super bien dormi... ça faisait deux nuits de suites qu'il ne dormait pas dans la rue... fallait vraiment faire attention à ce qu'il n'y prenne pas trop goût, on ne sait jamais. Mais en même temps, il avait tellement envie d'être avec Kuro, surtout lorsque celui-ci passait son temps à faire des conneries et qu'il fallait prendre soin de lui, comment pourrait-il le laisser ? Bien que Shota préfèrerait qu'il aille bien. Enfin bon..

C'est le baiser sur ses lèvres qui acheva de réveiller le sdf. En sentant des lèvres sur les siennes, sachant que c'était celles de Kuro -il n'y avait personne d'autre-, il avait instinctivement passé ses bras autour du cou du jeune homme pour l'attirer contre lui, le forçant à se recoucher contre Shota. Ce dernier approfondit le baiser, le corps collé contre celui de Kuro, encore un peu trop ensommeillé pour remarquer la bosse dans le pantalon de son compagnon.

"Je t'apprécie beaucoup aussi tu le sais."

Dit-il, les bras toujours autour du corps de Kuro. Il s'éveille lentement, et il finit par froncer les sourcils en sentant un petit truc contre sa cuisse. Curieux, se demandant ce que ça pouvait bien être, il bouge sa cuisse contre le truc qu'il y avait contre, essayant de déterminer ce que ça pouvait être. Il continua ainsi quelques minutes avant de ... *TILT* Il rougit brusquement en arrêtant de bouger sa cuisse, balbutiant un peu.

"Oh.. heu.... désolé... je savais pas que... enfin.. que... voila... t'avais un soucis matinal..."

Dit-il simplement, ne sachant pas trop quoi faire. Il aurait pu le relâcher pour le laisser aller régler son problème mais... en fait il n'en avait pas envie, il voulait le garder avec lui...mais il était tout de même trop timide pour entreprendre quoique ce soit pour l'aider à ce niveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Mar 29 Jan - 1:26

Mais qu’est-ce que…- Oh merde. Merde ! Il… Je… Oups. Vraiment, quel con ! Pourquoi avait-il fallu que je l’embrasse, hein ? Si ça n’avait pas été de mon soldat qui s’était réveillé… J’aurais adoré notre échange. Ses bras dans mon cou, nos deux corps serrés l’un contre l’autre… Tout simplement délicieux. Or, le problème, c’est que mon entrejambe appuyait sur sa cuisse. Il allait sentir que je… Enfin… Et allait penser que… Oh, et puis au diable les bonnes manières et tout ! J’approfondis à mon tour le baiser, dévorant littéralement sa bouche. C’était tout simplement exquis.

Lorsqu’il mit fin au baiser, je rouvris les yeux pour l’observer. Apparemment, il n’avait pas encore remarqué mon état. Dieu soit loué. Alors que j’allais m’extirper de ses bras, je l’entendis me dire que, lui aussi, il m’appréciait énormément. Pour le coup, je rougis : je lui avais dit seulement parce que je le croyais endormis et, donc, incapable d’entendre… J’allais lui répondre quelque chose, je ne sais trop quoi, probablement une bêtise, lorsque… que… Il a… Sa cuisse…

« Shô- hann… ! »

Oh mon dieu. Est-ce que Shôta était vraiment entrain de me caresser avec sa cuisse ?! Je m’accrochai à lui en me cambrant légèrement, appuyant un peu plus contre sa cuisse, bougeant moi-même du bassin. C’était si bon… Mon souffle s’était accéléré, venant se percuter contre le cou de Shôta. Je me mordais parfois la lèvre pour éviter de gémir comme je l’avais fait au début. Malheureusement, il arrêta beaucoup trop tôt ses mouvements, rougissant. Alors qu’il s’excusait en bégayant, je me redressai un peu sur mes coudes pour plonger mon regard noircit par le désir dans le sien. Je remarquai au passage qu’il n’avait pas écarté ses mains de mon cou, qu’il me tenait toujours. Je ne l’avais donc pas effrayé ? Je me léchai les lèvres en venant mordiller la peau de son cou.

« Non… Shôta… Ne t’arrête pas là, S’il te plaît. C’était si bon… »

Je donnai un coup de dent à son épaule, puis aspirai la peau. Je lui laissai un joli suçon, extrêmement visible, que seule une écharpe pourrait couvrir. Je montai ensuite, laissant quelques baisers derrière moi, jusqu’à son lobe d’oreille que je vins à son tour taquiner. Ma langue refit le tour de son pavillon, puis vint s’amuser à s’infiltrer dans le trou avec sensualité. Même si j’appréciais ce jeu, je m’arrêtai et revins prendre ma place, restant malgré tout complètement dure.

« On n’ira pas plus loin… Promis… »

Lui dis-je pour le rassurer, prenant ses mains dans les miennes pour les embrasser. Il m’avait semblé hésiter, donc j’allais lui donner un coup de pouce. J’avais déjà pu surprendre l’un de ses regards de désir lorsque j’étais sous drogue. Je savais qu’il ne serait probablement pas contre… ou je l’espérais très sincèrement.

Je pris ses mains, puis les guidai lentement dans mon boxer, lui laissant tout le temps pour se retirer s’il ne voulait pas s’en occuper. Donc, soit il allait jusqu’au bout et je plaçais ses mains autours de mon membre chaud, pulsant, ou il les retirait de mes mains et je lui faisais un petit sourire compréhensif, murmurant un "désolé de t’embêté avec ça….." avant de décamper dans la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Mar 29 Jan - 6:10

Le jeune homme rougissant n'en pouvait plus. Littéralement. Il avait bien sentit son compagnon se frotter de lui-même contre sa cuisse, accélérant donc la compréhension de Shota sur la nature de ce qui se trouvait contre sa cuisse. Le souffle mêlé de gémissements à l'oreille du sdf.. et ensuite, ses lèvres contre sa peau, les suçon les doux baisers... ça allait le rendre complètement dingue. Il appréciait ça... non, il adorait ça même... c'était tellement... bon. Délicieux.. il pourrait passer toute la journée ainsi. De plus, dans cette situation, Shota avait l'impression d'être entouré de tendresse de la part de Kurogane, ça lui faisait un bien fou. Il avait gardé ses bras autour du cou du jeune homme, frissonnant sous ses lèvres, se frottant un peu plus à lui en rougissant, avant de sursauter en entendant le son de sa voix qui lui disait combien c'était bon... qui lui demandait de continuer..

Il ne dit rien lorsque Kurogane tenta de le rassurer en lui disant qu'ils n'iraient pas plus loin. Qu'importe.... tout ce que pensait Shota, c'était que si c'était Kurogane, alors c'était bon. Il rougit cependant encore en sentant ses mains se faire guider dans le boxer du jeune homme. Il ne fallait pas croire que Shota ne savait pas quoi faire, il n'était plus vierge, malheureusement. Mais le fait que ce soit avec lui, ça donnait une toute autre perspective à Shota, c'était plus intense. Les doigts d'une de ses mains vinrent s'enrouler autour de son membre dur et chaud, le caressant tout d'abord légèrement, son pouce passant et appuyant doucement sur sa fente, avant de frotter doucement le gland.

Pendant ce temps, son autre main s'occupait des bourses, les caressant pour commencer du bout des doigts, sur le dessus, glissant en dessous, à l'endroit si chaud... avant de les palper un peu plus franchement, pour les sous-peser ensuite en les faisant rouler au creux de sa main. Sa main sur le membre de Kuro l'avait, à présent, pris franchement en main et Shota avait amorcé un mouvement de haut en bas, débutant une masturbation lente, mais appuyée.

La bouche de Shota est située juste à côté de l'oreille de Kuro, celui-ci peut entendre le souffle de Shota accélérer légèrement. Il n'était pas insensible à toute l'excitation ambiante. Et puis... là, il pouvait se laisser aller, Kurogane n'était plus sous l'effet de quoique ce soit, c'était vraiment lui qui voulait ce qui était en train de se produire, il n'avait donc pas à hésiter.

"Je t'aime.."

Laissa-t-il échapper, mais ça, ce n'est pas comme si Kurogane n'était pas au courant. Il accéléra encore la masturbation, sa main allant et venant sur le membre tendu avec virtuose, avide de plaisir, avide de lui procurer tout ce dont il avait besoin pour aller jusqu'à la jouissance, son pouce retrouvant par moment le chemin de la fente pour la taquiner, alors que son autre main avait délaissé les bourses pour aller le griffer légèrement, sensuellement presque, entre les cuisses. Et, inévitablement, une bosse se forma rapidement dans le pantalon de Shota. Comment rester insensible au spectacle érotique que lui offrait Kurogane ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Mar 29 Jan - 11:13


Lorsqu’il me prit en main, je crus défaillir. Mes mains retrouvèrent bien vite ses flancs où je m’y accrochai, comme si ma vie en dépendait. Alors qu’une main taquinait ma verge bien dure, je sentis son autre main glisser ailleurs, caressant avec une certaine expertise mon gland. Un long frisson me parcourut alors mes doigts se resserraient et se desserraient autours de lui, mon visage dans son cou. Ma respiration s’était accélérée et je n’étais pas dans la plus confortable des positions. Je faisais mon possible pour ne pas lui tomber dessus et garder les cuisses écartées, lui laissant le plus d’espace possible.

Une fois ses mains en action sur toute la longueur de mon membre, je sus qu’il n’était pas du tout débutant dans la matière. Ses gestes étaient plus assurés que je ne l’aurais pensé; mais aussi extrêmement bon. Le feu au creux de mes reins s’intensifia alors que je venais donner quelques coups de hanche dans sa main.

« Aaah… Shô’ … Trop bon…!»

Shôta avait soudainement délaissé une certaine partie de mon anatomie pour s’occuper des mes cuisses. Un gémissement traversa mes lèvres en le sentant griffer l’intérieur. J’avais entendu les trois petits mots qu’il m’avait adressés, mais, je n’avais pas réussi à réagir à ces-derniers. Quoi répondre à ça? Je savais qu’il m’aimait, seulement, je ne connaissais pas encore la réponse à ses sentiments. J’avais extrêmement envie de lui et j’appréciais l’avoir à mes côtés. Il était un besoin vital. Pourtant, cela ne signifiait rien, n’est-ce pas? Bon, de toute manière, il m’avait dire qu’il attendrait, donc…

Alors que j’étais extrêmement près de la délivrance, je heurtai par mégarde son entrejambe. Entrejambe dure. C’est à ce moment que je pris conscience de son souffle saccadée contre mon oreille. Je lui faisais tant d’effet que ça? Bien malgré moi, un sourire amusé vint étirer mes lèvres. J’avais envie de nous satisfaire tous les deux. Cependant, j’hésitais grandement à la position à adopter. Il y avait plusieurs moyens d’être tout les deux repus. On pourrait tout simplement LE faire, mais… Je ne voulais pas blesser mon Shôta avec ça. On le regretterait probablement tout les deux ensuite. Le faire sans être certain de ses sentiments, ça ne devait pas être fameux.

« Shô-Shôta… Arrêtes, s’il te plaît… Je-j’ai une proposition… Pour régler nos deux problèmes… »

Je me redressai un peu pour le regarder dans les yeux, retirant délicatement ses mains de mon boxer. Je devais résister ! Ne surtout pas me jeter sur lui comme un sauvage ! En deux trois mouvements, j’avais retiré le vêtement gênant. Mon boxer reposait désormais à côté du lit. Une personne normale aurait été gênée d’être ainsi exposée à son regard, mon membre dressé, humide.

Je posai un petit baiser sur sa mâchoire, m’occupant à travers le tissu de son érection. Ma main s’activa avec l’expérience que j’avais acquise, n’allant pas trop vite, mais pas trop lentement non plus. Je passai ma langue sur ses lèvres, le taquinant un peu.

« Je… Je ne veux pas faire l’amour avec toi… Sans que je sois certain de mes sentiments. Sinon, après, tu le regretterais. Tu serais peut-être déçu, ou je ne sais pas… Tu aurais probablement des remords, alors… Si tu veux bien, on pourrait… Je ne sais pas… ce que tu veux…»

Mon regard assombrit par le désir s’était ancré dans le sien : je le désirais. Plus que tout. Mais je ne voulais pas qu’il m’en veuille pour plus tard. Délicatement, je m’attaquai à lui abaisser ses vêtements gênants, voulant toucher cette partie de lui, celle qui le ferait vibrer entre mes mains. Cependant, je ne fis rien de plus, ne voulant rien gâcher, attendant son consentement, qu’il entame un geste ou… je ne sais pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Mer 30 Jan - 9:26

Shota mettait tout son talent à l'oeuvre pour satisfaire l'envie, l'érection de son compagnon. Il voulait être bon, vraiment bon pour pouvoir le satisfaire pleinement, le mener au comble du plaisir. Et d'ailleurs, il ne perdait rien du spectacle que son partenaire lui offrait, ses gémissement,s les expressions de son visage, les mouvements de son corps... il guettait chaque expression lui permettant de oir que son compagnon approchait de plus en plus de la jouissance. Il jouait de ses doigts sur son membre, sur ses bourses, comme un virtuose n'ayant qu'un seul but, le plaisir de son parteneraire, alternant caresses et pressions plus insistantes. Il fut cependant surpris en entendant la voix de Kurogane, lui demandant d'arrêter avant de lui retirer le mains de son boxer.

Shota fronce ses sourcils en retirant donc ses mains, les ramenant vers lui, ne semblant pas comprendre.

"Ce... n'était pas bien ?"

Demande-t-il avec une légère inquétude. Mais il fut rassuré en le voyant retiré son boxer, et rester contre lui, corps contre corps. Le baiser sur sa machoire le figt frissonner délicieusement, et il sourit, rassuré. Soudain, il tressaillit en entant une main venir frotter son érection à travers le tissus de son pantalon. Shota se mordilla les lèvres, etouffant un gémissement mais ne pouvait s'empêcher de frémir de plaisir, bougeant légèrement ses hanches contre la main qui le caressant. Dieu, c'était bon, ça faisait tellement de bien... depuis combien de temps n'avait-il pas été touché ainsi ? Il ne s'en rappelait plus... mais le fait que ce soit Kurogane qui le fasse, ajoutait au plaisir que ça lui procurait.

Il entendit ce que Kurogane lui dit, à propos du fait qu'il ne voulait pas lui faire l'amour sans être certain de ses sentiments. Il n'avait pas tort en fait. Shota s'était.... fait violer dans la rue, plusieurs fois, c'est d'ailleur une des choses de la rue qui lui a fait perdrê goût à la vie. Cela n'avait pas de rapport avec Kuro, mais ça faisait qu'effectivement, il voulait que sa première fois avec la personne qu'il aimait... se fasse si cette dernière l'aimait en retour. La première fois de deux personnes qui ressentent la même chose l'une pour l'autre, ça devait être magique... Shota voulait connaître cela, si un jour ses sentiments étaient payés en retour. Et pui,s Kurogane avait l'air de voulooir la même chose... avait-il peur que Shota regrette par la suite ? Ce serait impossible. Il ne pourrait rien regretter avec lui, il prennait ses décision seul. Néanmoins, à présent nu et dan un nouvveau gémissement, son membre tressautant sous le désir douloureux, il se mordilla les lèvres venant ensuite donner un coup de langue sur le lobe de 'oreille avant de le lui mordiller.

"Très bien.... tu n'as pas tort... ça doit être tellement bien... la première fois de deux personnes qui s'aiment..."

Il vient ensuite reprendre les lèvres de Kurogane pour l'embrasser profondément, assez fougueusement, collant son corps contre le sien, chassant les mains qui traînaient par-là pour frotter son membre contre celui de Kurogane, venant lui murmurer à l'oreille.

"Hum... est-ce que tu veux que.. je te suce ? J'en ai envie.... de te procurer du plaisir et de te sentir jouir..."

Souffle-t-il avant de venir à nouveau unir leurs lèvres quelques instants. Il se laisse ensuite glisser le long du corps de Kurogane, ses lèvres glisser sur son cou qu'il baise légèrement, avant de venir tracer un chemin humide à l'aide de sa langue, sur le torse de Kurogane, tout en se laissant glisser plus bas, toujours plus bas, lentement pour l'exciter avant son arrivée. Lorsque sa bouche se retrouve à la hauteur du membre de Kuro, il donne quelques coups de langue sur sa peau, souriant en venant caresser ses bourses. Sa langue vient ensuite titiller son land, sa fente... qu'il agace. Il prend ensuite le gland en bouche, le léchant et le suçant délicieusement en masturbant la base de son sexe. Il désirait plus que tout le combler de plaisir et se montrer à la hauteur de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Jeu 31 Jan - 15:54


En le sentant venir mordiller mon lobe d’oreille, un gémissement m’échappa. Peu importe la partie de mon corps qu’il touchait, peu importe comment il l’a touchait, elle réagissait à son contact. Je ne sais pas si ça à avoir avec le fait que ça fait un bail que je ne suis pas allé me satisfaire ou simplement parce que c’est Shôta qui le fait, cependant, le résultat est bel et bien là. Avec lui, c’est bon. Je peux même avouer que c’est mieux que tout ce que j’ai vécu jusqu’à présent. Dans sa manière de faire, de me regarder, de bouger, je sens qu’il veut faire de son mieux. Je sens la perfection qu’il tente d’atteindre. Je sais qu’il veut me faire le plus de plaisir possible, le plus de sensations : et le bougre s’en sort extrêmement bien !

J’allais d’ailleurs lui faire part de mes pensées –avec mon habituel ton emplis de tact- lorsqu’il me coupa l’herbe sous les pieds en prenant parole. Mon regard se focalisa immédiatement sur lui. Mon esprit tenta d’en faire de même : or, dans cette position, c’était chose pas mal complexe. Surtout lorsque je sentais la bosse sous mes mains… Malgré tout, j’entendis parfaitement ses mots. Sur le moment, je me sentis coupable. Voir mal. Je savais qu’il m’aimait, mais moi… Je profitais de lui sans m’attarder aux conséquences, disant que ‘’je n’étais pas sûr’’ de l’aimer… C’était l’excuse la plus pitoyable que je n’avais jamais donné. Et pourtant, il me laissait faire. Je me demande pourquoi, d’ailleurs. Il devrait me mettre au pied du mur, m’harceler, se mettre en colère… pas être patient… c’est beaucoup trop conciliant, comme attitude. ..

Je fus sorti de mes pensées par ses lèvres posées sur les miennes. Notre échange, déjà à la base très profond, fut approfondit par mes soins, me déchaînant contre lui. En sentant mes mains être écartées de son entrejambe, j’eu l’envie de le défier en venant le prendre tout simplement en main, mais je fus coupé dans mon élan par un délicieux frisson lorsqu’il frotta son membre contre le mien. Je gémis doucement en venant moi-même me frotter contre lui, murmurant son prénom. Je donnais quelques coups de bassin contre lui, m’amusant des réactions de nos deux corps. Je me sentais un peu trop sur la limite : je risquais de la franchir à n’importe lequel des moments. Je crois qu’une simple et légère caresse me suffirait, dans mon état.

Lorsqu’il me posa sa question, je ne pus m’empêcher de le dévisager longuement. Premièrement, j’étais étonné qu’il me la pose : il aurait très bien pu le faire directement, pas besoin de mon accord pour ça, vue où nous en étions rendus… Ensuite, ça façon de me le demander était plutôt… déconcertante. Et gênante. Jamais auparavant quelqu’un ne m’avait posé une question de cette manière. Ni dit qu’il voulait me sentir jouir…Autant c’était étrange, autant j’adorais ça. J’adore ça façon cru de dire les choses… Ça change des autres. Il ne tourne pas autours du pot, il est direct. J’adore.

« Tu as toute l’espace rien que pour toi… »

Après avoir échangé un dernier baiser, il descendit sur mon torse, lentement, faisant sûrement exprès pour me faire languir. Je m’impatientai en donnant quelques de bassin léger, comme pour le stimuler à accélérer la cadence. Submergé par le plaisir, je sentais que je n’allais pas pouvoir tenir encore longtemps. Je n’avais besoin que de ses lèvres ou de sa main pour venir. Ou même sa voix… Je suis certain qu’il réussirait à m’amener à la jouissance seulement avec quelques mots bien choisis.

Alors que mes mains venaient jouer dans ses cheveux, poussant que très légèrement dessus sa tête pour le presser d’aller plus vite au but, je sentis son souffle sur mon membre dressé, suivis du muscle chaud et humide. Je me tendis immédiatement, appréhendant déjà le reste. Sa main sur mes bourses, bien vite remplacé par sa bouche, me firent monté lentement les marches jusqu’au septième ciel. Sa main à la base de mon membre chaud… Je donnais de frénétiques coups de bassin, haletant, la tête rejetée. Le temps ne comptait plus. J’étais bel et bien parti sur une autre planète, complètement déconnecté de la réalité, me préoccupant seulement des contacts sur mes parties intimes. J’avais si chaud… Ma tête allait exploser : était-ce possible d’avoir autant de plaisir ?

Mes gémissements emplissaient la pièce alors que j’avais posé mes mains sur les draps pour garder mon équilibre, mes jambes bien écartées, vulnérable à lui. J’avais les joues rosies de plaisir, la bouche ouverte, le corps en sueur.

Il eut finalement raison de moi :

« Hnn… ! Shôôtaaa ! Troooop…. ! »

Je poussai un long râle en atteignant un orgasme puissant, le haut de mon corps retombant contre les coussins alors que je gardais mon bassin levé pour ne pas l’écraser. Je tremblais de tous mes membres, complètement assommé parce que je venais de vivre entre ses mains expertes. Incapable de me tenir plus longtemps, je roulai sur le côté pour m’y affaler sur le dos, me donnant un peu de temps pour reprendre mon souffle. Je tournai tout de même la tête vers lui pour lui lancer, un sourire niais sur le visage :

« C’était incroyable…»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Jeu 31 Jan - 23:09

Lorsque le membre que le jeune homme tenait dans sa bouche, durcit un peu plus et pulsa pour finalement se déverser sur sa langue, Shota ferma les yeux et sourit ,tout en gardant le membre en bouche. Il avala la semence de son compagnon avant de passer sa langue sur toute la longueur du membre, sur toute la largeur ensuite afin de bien le nettoyer et de poursuivre brièvement le plaisir reçu. Cet échange avait été magique pour lui, c'était la première fois qu'il vivait une telle situation avec autant d'intensité. Il faut dire aussi que c'était la première fois qu'il avait autant envie de faire de son mieux pour donner du plaisir à son partenaire, qu'il s'en souvienne, qu'il ne puisse pas chasser cette expérience de son esprit. Il voulait graver ce moment. Ce n'était qu'une fellation, mais faite avec lui, ça prenait une toute autre envergure. Il ne fallait pas croire que Shota était un jeune homme inexpérimenté et crédule, naïf. Loin de là. Il savait très bien que ses sentiments n'étaient peut-être pas partagés, et qu'ils ne le seraient peut-être pas, ou peut-être que si, mais peu importe. Il voulait partager ce moment avec lui, tout simplement, sans réfléchir aux conséquences, au pourquoi, au comment... non, ça n'amenait à rien tout ça, il vivait juste l'instant présent.

Et il laissait ça comme ça. Il voulait laisser le temps à Kurogane de savoir la nature de ses sentiments. Il ne voulait pas le brusquer, l'interroger ou lui donner l'impression de lui mettre la pression. Non... il ne voulait pas risquer de l'énerver ou de le perdre parce qu'il aurait été trop impatient. Il voulait lui laisser son temps pour qu'il puisse être sûr de ses sentiments. Quelque chose dit sous la pression serait peut-être erroné. Enfin bon. Revenons à l'instant présent, un dernier coup de langue sur le membre de Kurogane, il se redresse et rouvre ses yeux pour le regarder, avec un petit sourire en coin. En le voyant éloigné, sur le dos, Shota se recouche à ses côtés, simplement, en souriant.

"J'espère que ça t'a plu... je voulais vraiment que ça soit inoubliable pour toi, pour que tu ne cesses pas de penser à moi..."

Il lui fait un clin d'oeil et un sourire amusé, restant couché à l'observer. Il l'observe pensivement, quelques mèches blanches tombant devant son visage fin. Silencieusement, il avance sa main pour venir caresser la joue du jeune homme, doucement, du bout des doigts.

"Je t'aime... j'aime être avec toi, et le fait que ce soit à toi que je vienne de faire ça... ça fait que j'ai adoré... tu sais, j'adorerais savoir ce que tu ressens pour moi, mais je n'ai pas envie de te brusquer et que tu te sentes obligé de faire quoique ce soit.. je ne veux t'obliger à rien, je ne veux pas te mettre la pression, alors quand tu seras sûr de ce que tu ressens, dis-le-moi. Et même si mes sentiments ne me sont pas retourné, je continue d'apprécier le temps passé avec toi et les choses faites avec toi."

Encore une fois, il parlait franchement et il n'avait qu'un seul but, que tout soit clair pour son compagnon, et peut-être aussi le rassurer. Il vient se blottir contre lui, car mine de rien Shota était le genre de gars qui adorait se sentir entouré et protégé par les bras de quelqu'un. Au bout de quelques instants de silence, il relève la tête pour fixer son regard dans celui de Kurogane.

"Tu fais quelques choses aujourd'hui ? Des gens à avoir, des.... choses à acheter ?"

Il lui demandait pour savoir s'ils avaient le temps de rester encore un peu au lit pour que Shota puisse profiter de sa présence, et... bah aussi pour savoir s'ils pouvaient sortir ensemble aujourd'hui, ou si chacun allait faire ses petites affaires de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Sam 2 Fév - 16:34


Mon regard se posai sur lui pour ne plus le lâcher. Le plaisir qu’il m’avait offert, sans rien attendre en retour, avait été l’une des choses les plus délicieuses que je n’avais jamais goutées. Bien sûr, c’était qu’une fellation et n’importe quel homme avec une bouche et des doigts auraient pu faire de même : mais, jusqu’à alors, jamais on ne m’avait touché comme Shôta l’avait fait. Jamais je n’avais ressentis ça, entre les mains d’un autre. Jamais je n’avais ressentis ça tout court. Ça avait été délicieux. Et j’avais l’étrange impression que je ne pourrai ressentir ça qu’entre les mains de mon jeune partenaire d’infortune. Cette sensation qu’il avait fait naître… Des frissons me traversaient l’échine seulement à y penser.

Lorsqu’il revint se coucher à mes côtés, je le regardai avec une tendresse qui m’était étrangère. Je levai ma main pour caresser sa joue, mais m’arrêtai dans mon geste, me disant que ce n’était sûrement pas la meilleure chose à faire. Au final, je la redéposai sur mon ventre, me mordant la lèvre inférieure en l’observant. J’aurai bien voulu venir l’embrasser, me fondre contre son corps, mais quelque chose me disait que, peut-être, ce serait mieux que je reste à ma place. Je ne voulais pas non plus lui donner de faux espoir ou ambitionner sur lui. Car, malgré mes actions et mes dires, je me préoccupe énormément de lui.

Inoubliable? Eh bien, il avait réussi son coup ! Je ris légèrement, les yeux fermés, glissant malgré moi ma main sur la sienne. Je terminai finalement mon geste en fermant mes doigts sur les siens pour un bref instant, caressant le dos de sa main de mon pouce. Je la retirai cependant rapidement, comme si ce geste avait été involontaire : je lui laissais le choix, en quelque sorte, de prendre mon geste comme il le voulait.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Tu n’avais pas à me faire une fellation pour que je me rappel de toi… Je pense constamment à toi. Même… dans des situations obscènes…, fit-je avec mon éternel air moqueur. Il n’empêche que ce que tu m’as fait était extra… Et toi? J’avais bien sentis ton érection lorsque je t’ai touché…»

Par la suite, vint son geste sur ma joue. En sentant ses doigts frôler ma peau, je retins mon souffle, incapable de détourner le regard. J’aurais voulu emprisonner sa main dans la mienne pour l’embrasser. Or, je n’en fis rien, voyant dans son regard qu’il allait me dire quelque chose d’important. Et je ne me trompai pas.

J’écarquillai les yeux, buvant ses paroles. Il attendrait. Il m’attendrait, jusqu’à ce que je sois prêt. Était-ce humainement possible d’être aussi sage? Il était si franc… Il mettait son âme à nue devant moi? Ça ressemblait fort à ça. Chaque fois qu’il avait une pensée, il m’en faisait part. Il était toujours d’une honnêteté à tout briser. Et c’est ainsi que je l’aimais.

« Je te promets… Je te promets de t’en faire part, lorsque j’aurai démêlé toutes les émotions qui m’habitent en ta présence. Je me léchai les lèvres, puis : J’aime aussi les moments passés avec toi, Shôta…»

Lorsqu’il vint se blottir contre moi, je sursautai. Je passai cependant par réflexe mes bras autours de lui, le serrant étroitement contre moi. Je déposai un léger baiser au creux de son cou, caressant son dos. Lorsqu’il releva la tête vers moi, nos nez se frôlaient. À sa question, je réfléchis à toute vitesse. Quelque chose à acheter? J’avais fait le plein hier. Peut-être du thé pour la vieille dame qui prenait –contre mon gré, hein!- toujours soin de moi. Je sais qu’elle aime bien le thé à l’orange… Quant aux personnes…

« Je n’ai rien de spécial à faire aujourd’hui. Je devrais être à l’école, mais je sèche aujourd’hui. Comme d’habitude. J’ai par contre un nez à casser. Le dealer qui m’a donner la drogue de la dernière fois est un fou : il ne m’a pas donné la même chose, ni les bonnes doses. J’ai failli l’overdose à cause de cet enfoiré…Je soupirai, puis resserrai mon étreinte. Mais ça, ça peut attendre. J’aimerais passer du temps avec toi, aujourd’hui. Tu crois que… que ce serait possible? »

Je déposai un petit baiser sur sa mâchoire, puis plongeai mon regard presque blanc dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Sam 2 Fév - 22:10

Shota sourit lorsque son compagnon lui confia qu'il n'avait pas besoin de lui faire une fellation pour qu'il pense à lui. Shota était satisfait, content... alors comme ça, Kurogane pensait souvent à lui, même dans de drôles de situation ? C'était un bon début non ? C'était positif, Shota avait envie de le prendre comme ça. Lorsque ensuite, le jeune homme lui demanda si ça allait, avec son érection, Shota haussa simplement les épaules. Pour lui, c'était passé en second, seul avait compté le plaisir donné à son compagnon, sur l'instant. Donc il dit simplement.

"Je gère, ça va... et sache que je pense souvent à toi également"

Il laissa passer un instant de silence, avant de reprendre.

"Alors tu te retrouves dans des situations obscènes avec d'autres que moi ?"

Demanda-t-il. Par cette question, il informait Kurogane qu'il était quelqu'un d'assez jaloux et possessif... il lui posait la question, mais en même temps, il savait que même si c'était le cas il n'avait rien à lui dire. Il ne revient don pas sur le sujet, passant à la suite. Son regard ne quittait pas le corps de Kurogane, son visage. Son sourire, qu'il avait perdu à l'entente de situation obscène de Kuro, revient sur ses lèvres. Une caresse sur sa joue, et il lui parla donc de sa chose importante. Il sourit un peu plus en venant donc se blottir contre lui, frissonnant en entant ses lèvres contre son cou.

"Tu aimes les moment qu'on passe ensemble, c'est un point positif... on continuera de le faire comme on peut."

Par comme on peut, il entendait, en dehors de leurs activités personnelles. Même si, en tant que SDF, Shota n'avait pas tant d'activité que ça. On pouvait même dire que ça l'arrangeait de passer moins de temps dans la rue actuellement, ainsi, les hommes qui le cherchaient ne le trouveraient pas pour le moment. Donc, désirant passer du temps avec le jeune homme mais ne sachant pas si c'était possible, il lui demanda s'il avait quelque chose à faire aujourd'hui, et si c'était non, il avait l'intention de lui demander s'il voulait venir faire un tour avec lui. Mais il n'en eut pas vraiment le temps. D'abord surpris par sa demande, à la fin de sa réponse, il sourit un peu plus et hocha la tête en se resserrant contre lui.

"Bien sûr que c'est possible, c'est ce que je comptais te demander, si tu n'avais rien à faire. Mmhh... c'est dangereux de se drogué... je n'aime pas te savoir dans cet état, en danger..."

Dépose un baiser sur sa tempe, nichant ensuite son visage contre la gorge de Kurogane, il aimait bien faire ça, il se sentait bien et en sécurité, quand il se mettait dans cette position. Ensuite, il vient déposer un rapide baiser sur ses lèvres avant de se relever, s'étirant souplement avant de glisser son regard vers lui.

"Mais avant d'y aller, il faudrait peut-être aller se doucher non ?"

Enfin,Shota garderait ses habits, il n'avait que ça, à remettre après, mais au moins une douche lui ferait du bien Il était heureux d'aller faire un tour avec Kurogane, de passe du temps avec lui tout simplement, ça lui plaisait, il avait hâte et il espérait qu'ils ne croiseraient personnes, que ce soit pour Kuro ou pour lui. Il attendit la réponse du jeune homme, gardant son sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 4 Fév - 1:31


Il gérait, vraiment ? Je ne pus m’empêcher de sourire, me disant que, contrairement à lui, j’avais vraiment un sang-froid de merde ! Enfin bon, ce n’était pas tant pire. Dans un cas comme celui-ci, ça avait même été une bonne chose. Enfin, je crois. Mon corps disait que oui : les délices qu’ils avaient subis avaient été incomparables. Jamais sentis de plaisir aussi intense… Mais mon cerveau me disait que j’avais fait une énorme connerie. Je m’étais joué de lui. Même s’il affirmait aimer me faire plaisir, aimer faire des choses avec moi, même s’il advenait que je ne l’aime pas, je ne pouvais m’empêcher de trouver ça injuste pour lui. Je soupirai intérieurement : si je venais à ne trouver aucunes émotions amoureuses pour lui, je me promis de ne pas le blesser plus et partir. Ce serait mieux pour lui…

À la question, je ne pus m’empêcher de rire, réellement amuser par cette parcelle de possessivité qu’il me démontrait. Je caressai sa joue, sa mâchoire, choisissant d’être sincère. Comme toujours, en fait. Je ne lui mentais pas, à lui. Je n’aimais pas mentir sans aucune raison de toute manière.

« Pas depuis que je t’ai rencontré. »

Une fois que je l’eus sentis blottit dans mes bras, je me laissai aller. Ici, avec lui, je pouvais m’autoriser d’être doux, tendre. Je pouvais m’autoriser autre chose qu’une machine froide et cynique. Je pouvais être entièrement moi-même, abaissé le masque. Un petit baiser au coin de ses lèvres, puis je l’entendais dire que c’était un point positif, que c’était une bonne chose que j’apprécie les moments passés avec lui. Je me contentai alors d’hocher la tête, silencieux. J’avais chaud, contre lui. Mais ce n’était pas une chaleur étouffante, loin de là : elle m’enivrait, me faisait me sentir si bien…

Lorsqu’il me confirma que c’était possible qu’on passe du temps ensemble, je souris, mimant un geste victorieux de la main avant de me figer à l’entente du reste. Je me mordis la lèvre, ne disant rien, ne sachant pas quoi dire. Mon regard dû se faire fautif : je ne voulais pas l’inquiéter, mais c’était la seule façon que j’avais trouvé pour m’évader. Et désormais, elle était ancrée dans mon corps.

« Pardon de t’inquiéter, Shôta. Mais c’est justement que parce que ça me met en danger que j’aime ça. J’ai besoin de ça. C’est plus fort que ma propre volonté. Même si je voulais arrêter… je tomberais de nouveau la journée d’après. Je sais, j’ai déjà tenté. Personne pour m’en empêcher, personne pour me retenir… Je sombre, tout simplement. »

Je caressai pensivement son bras, un peu songeur. Mettre ma vie en danger, c’était un gros rush d’adrénaline. Et j’avais besoin de ça. Ça m’informait que j’étais vivant, que j’avais le contrôle. Mais en même temps, ça me donnait une espèce d’excuse pour mourir. Je veux dire par là que ma mort m’échappait. Si je m’injectais un peu trop, sans savoir combien, j’avais des chances d’y rester. Je me donnais la mort sans me l’a donné directement. La roulette russe, en gros. Dommage d’ailleurs que je n’aille pas de revolver : ça aurait été franchement utile. Plus efficace que la drogue, en tout cas.

Lorsqu’il mentionna la douche, j’hochai la tête en me redressant lentement.

« Ce serait une bonne idée… Je vais te passer mes vêtements. Même, on pourrait aller t’en acheter, d’accord ?, fit-je en le regardant, hésitant, effrayé à l’idée qu’il le prenne mal. J’ajoutai alors rapidement : ça me ferait vraiment plaisir… Tu sais… J’aimerais t’aider à choisir quelque chose que tu aimes, t’aider à le mettre même… »

Je baissai un peu la tête, extrêmement certain d’avoir dit quelque chose que je n’aurais pas due. Il ne voulait pas ambitionner sur moi, ne pas s’habituer aux petits plaisirs que voulaient lui donner, et blablabla… Mais c’était plus fort que moi. Je voulais le sortir de la rue, je voulais qu’il vive normalement, qu’il aille bien. Je voulais son bonheur ! Je serrai les dents et, à peine quelques secondes après avoir dit mes derniers mots, je vins me mettre à genoux devant lui en capturant ses deux mains, déglutissant difficilement.

« J’sais que j’t’emmerde avec ça… Que j’suis obstiné, que je t’énerve… Mais je veux vraiment te sortir de là, Shôta. La rue, c’est dangereux. J’veux pas que tu sois en danger. Je veux que tu sois heureux, que tu sourisses toujours comme tu sais si bien le faire avec moi…»

Je serrai un peu plus fort ses mains, tremblant légèrement, les yeux fermés alors que je disais fermement :

« Je ne veux pas te perdre ! Je ne veux pas qu’on te touche contre ton gré, je ne veux pas que tu ailles peur, froid, mal ! Je veux… Je veux que tu aimes la vie… comme avant… que tu… »

Je m’arrêtai là, sachant que c’était déjà beaucoup. J’entendis alors, anxieux, la sentence à mes mots trop francs, trop sincères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 4 Fév - 5:58

Lorsque Kurogane lui dit qu'il n'avait, en gros, rien fait avec quelqu'un d'autre, pa depuis qu'ils se sont rencontrés, Shota ne peut empêcher un soupire de soulagement de s'échapper de ses lèvres. Il se détend visiblement, ne quittant plus son sourire à présent, il se sentait plus léger. Et oui, il fallait avouer qu'il était jaloux... il n'aurait pas aimé que le jeune homme soit proche ainsi de... quelqu'un d'autre. Un brin possessif oui... il ne savait pas si c'était une bonne ou mauvaise chose, il ne savait pas s'il pouvait se permettre de le montrer à Kurogane, ou pas. Mais enfin, de toute façon ils n'étaient pas ensemble... donc il n'avait aucun droit de l'empêcher de faire ce genre de chose... mais mis à part ça, il n'aimerait absolument pas cela. Enfin bon, il préférait chasser ces pensées de son esprit.

Il préféra se concentrer sur la chaleur du corps de Kurogane. Il était la seule personne contre laquelle Shota se laissait blottir. Personne d'autre n'avait se droit, à l'origine Shota n'aime pas ça. Mais comme pour tout, avec Kuro, ça passe tout seul, c'est agréable, il pourrait presque se rendormir là. Mais vint ensuite un sujet sensible.. la drogue que prennait le jeune homme. La seule chose qui le faisait se sentir vivant ? Qui lui donnait de l'adrénaline ? Il aimerait pouvoir l'aider à s'en passer... être la pour ne pas qu'il replonge... mais avait-il vraiment le droit de l'en empêcher sous prétexte qu'il l'aimait et voulait le protéger ? Shota ne savait pas... n'ayant que très peu d'amis depuis qu'il était dans la rue, il n'avait vraiment plus l'habitude avec la sociabilité... pouvait-il vraiment priver Kurogane de quelque chose, qu'il disait lui même, dont il avait besoin ? Il ne savait vraiment pas.

"Je... vois...."

Dit-il simplement en baissant les yeux, assez attristé, se sentant vraiment inutile pour lui, désamparé face à cela. Enfin... le suet dévia sur la sortie et sur la douche à prendre avant d'y aller. Il se leva donc, s'étirant souplement. Cependant, à l'entente de la proposition de Kurogane, il se figea. Lui acheter des vêtements... ? Non, il ne pouvait pas le permettre. Il n'avait pas les moyens de faire une telle dépense et.... il ne voulait pas dépendre de quelqu'un d'autre... Dans la rue, si tu venais à dépendre de quelqu'un, t'habituer à ne plus chercher ta nourriture n'importe où, un endroit chaud où te coucher... quand tu y retournais finalement, à cette vie, tu replonges encore plus loin qu'à l'origine, face à tes désillusions. Enfin... Kurogane ne serait pas du genre à l'abandonner mais... mais.... il ne pouvaot pas se le permettre. Shota fut arraché à ses réflexions quand le jeune homme se mit à genoxu devant lui, en lui prenant les mains. Le sdf le fixa alors, surpris, ne disant rien.

Il se crispa un peu plus devant son discour. Lui aussi aimerait... aimerait espérer, mais il avait vue tellement de monde se faire remettre à la rue et sombrer totalement... Mais il comprenait Kurogane, il savait ce qu'il ressentait, parce que c'était exactement ce que Shota ressentait vis à vis de la drogue que Kuro prenait. Ce dernier pouvait sentir que Shota était crispé. Se mordillant les lèvres, laissant ses mains dans celles du jeune homme, il se baissa pour se retrouver à sa hauteur, se mettant assis sur le sol pour être un peu plus confortable. Il observait le visage de Kuro, ne sachant pas trop comment formuler ses pensées. Il soupira finalement avant d'étreindre ses mains et de prendre la parole.

"Kune... je sais ce que tu veux dire... ce que tu ressens... je t'ai déjà dit comment je voyais les choses vis à vis de ça.... un sdf ne peut pas se permettre de dépendre de quelqu'un... d'entraîner quelqu'un dans ses ennuis.... j'ai déjà vue beaucoup de gens y croire... puis sombrer lorsqu'ils perdaient leurs illusions... et quand tu retournes dans la rue après une déception, ta vie deviens un véritable enfer... et puis je n'aime pas dépendre de quelqu'un.. que quelqu'un paie pour moi... ça me fait réaliser que je ne sais vraiment rien faire par moi-même...."

Un nouveau soupire, il se mordille à nouveau les lèvres nerveusement, son regard déviant vers un autre endroit de la pièce, comme à chaque fois qu'il était stressé.

"Ce serait totalement inutile et irrespectueux de toi, de te dire que dans la rue c'est pas si pire, que tu as faux.... parce que tout ce que tu a dit c'est vrai.... mais... je comprends très bien ce que tu ressens. Ton inquiétude et ton désirs de me voir en sécurité... je le comprends parfaitement parce que c'est exactement ce que je ressens pour toi aussi.... l'inquiétude de te voir prendre cette drogue... de dépendre de cette saloperie... de te retrouver dans un état comme hier... de me demander sans cesse si tu ne va pas en mettre une trop forte dose la prochaine fois.... si un dealer ne va pas un jour te tuer... te faire un plan foireux.... que tu dérapes en plein trip.... tu peux pas savoir comme j'aimerais pour t'aider à te tirer de là aussi... que tu ne dépendes plus de ça.... que tu sois en sécurité chez toi et clean.... je veux que tu sois heureux également...."

Ses yeux étaient revenus se fixer dans le regard de Kurogane, comme pour appuyer ses paroles. En fait, si on y réfléchissait bien, leurs cas allaient ensemble.... si l'un n'était pas réglé, l'autre ne pouvait pas se faire. Enfin, en tout les cas, dans le sens où Shota, de toute façon, ne pouvait pas se permettre de compter sur quelqu'un pour sortir de la rue... surtout sur quelqu'un qui risquait sa vie ainsi, qui risquait de le laisser tout seul, brutalement, du jour au lendemain.... Shota ne savait pas s'il pourrait s'en relever cette fois... certainement pas en fait.... une autre raison qui faisait qu'il ne pouvait pas se laisser aller à s'habituer au luxe d'un appartement et du confort que Kurogane voulait lui donner.

Est-ce qu'il était égoïste de penser ainsi ? Il ne savait pas trop.... parce que de toute façon, il aimait le jeune homme fortement, même s'il était encore dans la rue et qu'il disparaissait, Shota abandonnerait tout, de toute façon... Il ne voulait pas le voir partir, il voulait rester avec lui, il voulait le soutenir aussi.... Un nouveau soupire s'échappa des lèvres du jeune homme, alors qu'il se frottait les tempes. Trop de réflexion, il commençait à s'engluer dans ses pensées et ça le déstabilisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 4 Fév - 15:29


Lorsque Shôta se mit à ma hauteur, serrant mes mains, je sus que ma demande avait été rejetée avant même qu’il ne le dise. Je fermai brièvement les yeux avant de lui faire face, attendant les mots qu’il prononcerait. Ces mots que j’avais redoutés mais que j’avais aussi acceptés, dans un sens. Je savais presque depuis le départ que ma plaidoirie ne fonctionnerait pas. Cependant, j’avais tout de même gardé un infime espoir que, peut-être, il accepterait. Espoir qui fut immédiatement pulvérisé lorsque je vis son regard. Je comprenais son point de vue ; je voulais seulement qu’il accepte le mien. Oui, nous nous connaissions pas depuis très longtemps, c’était un fait. Pourtant, je voulais vraiment l’aider. Jusqu’à la fin s’il le fallait. J’irais jusqu’à partager mon lit avec lui.

Tout ça fut confirmé lorsqu’il me dit qu’il ne voulait pas dépendre de quelqu’un. Qu’il ne voulait pas se faire d’illusion. Inutile de dire que je soupirai devant son acharnement. Oui, je comprenais. Parfaitement. J’étais un peu comme lui, sur ce coup. Or, cela n’empêchait pas que mes intentions étaient sincères que je le voulais réellement en sécurité. Le savoir dans la rue, vulnérable, me tuait littéralement. J’avais beaucoup d’imagination : mais je n’avais pas besoin de ça pour démontrer la vérité.

Je crois que je réagis plus lorsqu’il fit le parallèle entre sa situation et la mienne. Mon problème et le sien. J’était vraiment prêt à faire des sacrifices pour lui : il était la première personne qui était resté malgré tout. Enfin, j’avoue que parfois, je voyais très clairement dans son regard que je l’emmerdais, l’ennuyais ou qu’il voulait partir le plus loin possible de moi. Or, avec lui, il y avait quelque chose de différents. Mais j’étais incapable de dire quoi.

« C’est… ma punition ? Pour avoir abusé de la drogue et pour continuer ? »

Je soupirai en reprenant mes mains pour me masser le front, le cœur battant à cent mille à l’heure. Je ne savais pas quoi dire, ni comment réagir. Je ne comprenais pas où il voulait en venir avec tout ça. Je ne suis pas très bon en relation humaine et encore moins en amour. Je ne sais pas ce qu’il attend exactement de moi. A-t-il peur que j’y reste ? Je secouai doucement la tête, observant mes genoux.

« Est-ce ce que tu veux ? »

Je le regardai en face cette fois, sérieux et sincère.

« Est-ce que tu veux que j’arrête la drogue ? »

Je ne parlai pas pendant un petit moment, laissant mon esprit se concentré et réfléchir à toute vitesse. Serais-je prêt à tout arrêter pour lui ? Pour ses beaux yeux ? Pas vraiment. J’avais des réserves quant à faire ça : tout comme lui, s’il venait à partir, je n’aurais plus rien par la suite. Et je me tuerais probablement en prenant une dose trop forte. Tout comme lui, donc, je mettais beaucoup en jeu si je choisissais de régler mon problème.

« Shôta… Si j’arrête la drogue, est-ce que tu accepteras la vie que je veux t’offrir ? Car je n’arrêterai pas sans une bonne raison. Tu es ma raison. Je suis prêt à arrêter… si toi tu es prêt à commencer un nouveau départ, avec moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Mar 5 Fév - 2:38

Lorsque Kurogane demanda si c'était sa punition, Shota secoua vivement la tête de gauche à droite, pour démentir. Non, Shota ne voulait pas donner l'impression d'une punition, évidemment que non, il n'avait pas vue ça sous cet angle. Il voulait juste dire que c'était à peu près la même situation, chacun s'inquiétait pour l'autre et désirait l'aider et le voir en bonne santé, heureux. Il serre un peu plus les mains du jeune homme, cherchant ses mots pour mieux s'expliquer, pour ne pas que ses intentions soient pris de travers.

"Non, ce n'est absolument pas une punition. Tu t'inquiètes pour moi, de me savoir dans la rue... je m'inquiète énormément pour toi, te savoir à la merci de se truc...Je ne veux pas te perdre tu sais."

Il se tait ensuite, un peu découragé, ne sachant vraiment pas comment faire comprendre ses sentiments à son interlocuteur. Il laisse se dernier réfléchir, faisant de même de son côté, de plus en plus mal. Il relève la tête quand Kurogane reprend la parole, lui proposant alors le... deal. Il fronce légèrement les sourcils, alors que l'idée faisait son chemin dans son esprit. Serait-ce bon de briser ses principes ? Il se mordilla légèrement la lèvre, sachant qu'un truc clochait. Avant de répondre à cette question, il souhaitait vraiment que Kurogane comprenne sa façon de voir les choses. Il soupira doucement, s'asseyant plus confortablement avant de reprendre la parole.

"Avant de te répondre, je vais essayer de t'expliquer... je ne disais pas ça dans le but de te fixer un ultimatum... Je ne pense pas être en droit de t'imposer quelque chose. Même s'il est vrai que j'ai peur. Peur qu'un jour, tu prennes une dose trop forte... peur de me retrouver tout seul. Sortir de la rue... c'est commence à croire à une vie meilleur... croire qu'on peut s'en sortir... surtout si c'est pour être avec une personne qu'on aime... c'est se mettre en danger aussi... de voir ses espoirs réduis à néant. Et si tu devais disparaître... je... je crois vraiment que je ne pourrais pas continuer, me relever.... rien ne me ferait plus plaisir d'être avec toi et d'accepter ta proposition. Je comprends ton inquiétude... et je m'inquiète également beaucoup pour toi, je ne veux pas que cette chose t'arrache à moi... je voudrais faire tout ce que je peux pour t'aider à t'en passer... je veux juste... que tu me dises ce que je peux faire pour toi.... "

Il laisse un petit moment de silence passer, nerveux. Il glisse ses doigts dans sa chevelure, ne sachant vraiment pas s'il a réussi à se faire comprendre. Lui-même ne se trouvait pas très clair en fait, mais il ne voyait vraiment pas comment mieux s'exprimer. Cette situation l'effrayais un peu... mais en même temps, il avait vraiment envie de rester auprès de Kurogane. De lui faire confiance. Il revient alors lui prendre la main pour serre doucement ses doigts.

"Si je quitte la rue pour venir avec toi... tu sais que si je viens, ce sera pour rester avec toi, définitivement ? Jusqu'à ce que tu ne me supportes plus ? ... je m'en remettrais totalement à toi, je ne compte pas te laisser... je te ferais totalement confiance, tu sais les sentiments que j'ai pour toi. Toi... tu ne me laisseras pas, si tu en as marre un jour ?"

Il chercha son regard, se mordillant doucement les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Jeu 7 Fév - 11:32

Lorsqu’il me fit savoir que ce n’était pas une punition, j’hochai simplement la tête. Il ne m’apprenait rien en disant ça : ma question était purement rhétorique. Je savais bien que ce n’était pas une punition. Enfin, pas au sens littéraire. Après tout, comme punition, il lui aurait fallu mieux trouver. Sans compter que je ne me laisse pas du tout dominer par un autre. Donc, punition plus moi égalait un beau bordel. Si j’étais gentil, car dans le cas contraire… Bref. Mon esprit se focalisa beaucoup plus sur sa dernière phrase que sur l’ensemble de ses paroles. Il ne voulait pas me perdre, vraiment? C’était mignon. Vraiment adorable. Je dus me faire violence pour ne pas sourire en coin ou le taquiner.

Je n’aimais le voir aussi hésitant, mais je comprenais tout de même. Oh, je ne veux pas dire qu’il aurait dû accepter tout de suite : c’est limite surnaturel. Seulement, le voir douter de tout, en particulier de moi, c’est ennuyant. Même s’il ne fait pas exprès. Je sais que je ne suis pas rassurant non plus : je me drogue jusqu’à devenir amorphe ou complètement barjot, je me bats sans arrêt, j’évite de parler de mes sentiments et, évidemment, je ne réussis pas à lui retourner les siens… Bref, le pire compagnon sur terre ! Et pourtant…

En me disant qu’il allait m’expliquer, je me renfrognai légèrement. Il allait encore tenter de me dissuader? Je soupirai, mais restai attentif. Les premières phrases me laissèrent indifférent, j’haussai simplement les épaules. Je savais bien qu’il ne m’imposait rien : or, je savais qu’il ne voudrait pas rester avec moi si je ne me décidais pas à faire quelque chose. Donc…

Je restai plus attentif au reste, totalement concentré. Peur que je disparaisse ? Que je dois arracher à lui? Des faux espoirs? J’hochai la tête, comprenant son point de vue. Il avait peur d’être seul. Je secouai la tête lorsqu’il dit qu’il voulait que je lui dise ce qu’il pouvait faire pour moi. Sa seule présence égaierait mes journées : je ne demande pas plus. C’est suffisant pour moi.

« Rester vivant et être heureux, c’est tout ce que je te demande, Shô’ »

Après un moment, je sentis sa main glisser dans la mienne et j’entrelaçai par réflexe nos doigts, le regardant dans les yeux. Lorsqu’il me dit que s’il restait avec moi, ce serait définitivement et qu’il ne me lâcherait pas, j’hochai la tête. Oui, je connais les sentiments qu’il a mon égard et je ne comptais pas en jouer. Je le respectais beaucoup trop pour ça. À ça question, j’éclatai de rire en lâchant ses mains. C’était tellement stupide que c’en était comique !

Pour ne pas froisser mon ami, je repris rapidement mon sérieux en m’expliquant :

«Jamais. Si tu restes avec moi, pour toujours, tu seras mon pilier. Je crois que je dépendrai autant de toi que toi de moi. Mais pas pour les mêmes raisons. »

Je secouai la tête, un demi-sourire sur les lèvres.

« J’aurai besoin de ton aide, tu sais, pour ma dépendance à la drogue. Je n’y arriverai pas seul. Tu crois être capable de me supporter et te dresser contre moi? Ou plutôt, être ferme et autoritaire? »

Je le regardai droit dans les yeux, extrêmement sérieux. S’il en était incapable, je ne réussirais jamais. J’avais besoin de son aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Jeu 7 Fév - 20:01

Shota désespérait un peu en se rendant compte qu'il avait plus l'air de l'ennuyer qu'autre chose avec ses paroles. Mais bon, il était un homme qui aimait parler et s'expliquer pour être sûr de se faire comprendre, mais il était également conscient qu'il pouvait être barbant. Donc même quand son interlocuteur lui répondit qu'il voulait juste que Shota soit heureux et vivant, ce dernier manqua simplement de soupirer, plus vraiment concentré sur la conversation mais plus sur sa lassitude. Il apprécia le contact de leurs doigts enlacés, mais n'en profita pas énormément puisque Kuro les retira en rigolant, suite à une autre phrase de Shota. Il releva les yeux pour l'observer, sans rien dire, sans émotion dans le regard non plus. Juste calme.

A sa réflexion, sur le pilier, sur le fait qu'il aurait besoin de lui, Shota hocha tout simplement a tête. C'était vrai aussi dans l'autre sens. Ils auraient mutuellement besoin l'un de l'autre. Et lorsque Kurogane rajouta qu'il aurait besoin de lui pour sa dépendance à la drogue, pour l'empêcher de reprendre, Shota hocha une nouvelle fois la tête. En fait, il essayait de s'imaginer les choses, voir s'il en serait capable... mais il ne savait pas comment ça se passerait. Mais tout ce qu'il savait, c'est qu'il ferait tout pour l'empêcher d'y retoucher. Donc il hocha une nouvelle fois la tête avant de reprendre la parole à contre-coeur, c'est qu'il ne voulait plus le barber avec ses mots.

"Je le ferais... si je sais que c'est pour ton bien, je pourrais me dresser contre toi et t'empêcher de prendre cette merde.... par n'importe quel moyen, même si tu dois me détester ensuite..."

Il disait par n'importe quel moyen, parce que actuellement il ne savait pas trop comment ça risquait de se dérouler, donc il en savait pas comment il devrait procéder. Il espérait juste qu'il le pourrait. Si Kurogane faisait ça dans son dos, en se cachant, Shota aurait du mal de l'en empêcher. Mais il aviserait. Il le ferait, c'est tout, sur ce point il était décidé et intraitable. Donc après cela, il se redressa en glissant ses doigts dans ses cheveux, se les ébouriffant doucement, quelques mèches retombant sur ses yeux.

"Je vais me doucher..."

Dit-il avant de prendre la direction de la salle de bain, se débarrassant de son haut avant de se glisser sous l'eau chaude de la douche, soupirant de bien-être et commençant à se détendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Dim 10 Fév - 15:42


En voyant mon cher ami se refermé sur lui, je soupirai longuement. Bon, où avais-je fauté cette fois ? Ça devait être dans mon comportement : je l’avais déjà vue avoir cette réaction. Habituellement, c’est lorsque ses paroles me laissaient indifférent ou m’ennuyaient. Mais là, j’avais mes raisons. Je savais ce que je voulais bordel ! Il tentait de me dissuader et, moi, je n’avais pas envie de me laisser faire, point à la ligne. Je suis comme ça, voilà. Je sais ce qui est bien pour moi –ou à peu près- et Shôta est un composant de la partie ‘’vitale’’. Je n’ai jamais ressenti ça pour quiconque auparavant. Habituellement, je n’écoute personne. Lorsqu’un sujet m’énerve ou me fait chier, je dégage tout simplement ou fait dos à la personne. Bref, je n’écoute pas. Mais avec Shôta, c’est différent. Il m’intéresse, tout ce qu’il fait ou dit m’intéresse. C’est tellement étrange…

En obtenant sa parole qu’il tenterait de m’aider à arrêter la drogue, j’hochai la tête en me mordant la lèvre inférieure. Ça allait être difficile et sérieusement éprouvant. Pour moi comme pour lui. Je pouvais dire n’importe quoi pour avoir ma dose et, surtout, faire n’importe quoi. Bien sûr, je n’irais sûrement pas jusqu’à le blesser. Par contre, je pourrais très bien demander autre chose en contrepartie et… Ça pourrait gravement déraper. Je me massai le front en claquant de la langue.

« Je ne pourrais jamais te détester, Shô’. Tu m’es trop important pour ça. »

Je suis d’une sincérité et d’un sentimentalisme effroyable aujourd’hui ! J’espère sincèrement que demain sera mieux : j’ai l’impression qu’on ne fait qu’avancer et reculer là. Je dis des conneries et agis comme un con et lui m’évite par la suite. Sérieusement, on va droit dans un mur comme ça. Et la collision risque de faire très mal à ce rythme… Je le laissai partir d’un hochement de tête, me disant que le retenir causerait plus de dégâts qu’autre chose. Je profitai donc de ce moment pour m’étendre complètement sur les draps, faisant l’étoile. P’tain… Mal au crâne…

Trop réfléchir n’est pas bon pour ma santé. Mon médecin aurait dû le spécifier dans mon carnet de santé. Ça m’aurait évité plusieurs colles à l’école… et probablement beaucoup de problèmes ! Je m’aurais fait encore plus d’ennemis, à vrai dire… Mais bon. Plus ou moins, qu’est-ce que ça change ? Je finis toujours par les mettre au tapi. Je rêve de trouver quelqu’un à ma hauteur qui serait me donner du fil à recoudre. Me battre contre quelqu’un de féroce et tenace… Ce serait un régal, même si je sais que je finirais probablement en sang. Enfin, les joies de la vie…

Je baillai discrètement en me redressant et me dirigeant vers la douche. Tiens, avais-je oublié de lui dire que la poignée ne se verrouillait plus depuis des lustres ? Quel stalker je fais… Un petit tour et hop ! La porte s’ouvrit. J’avançai sans aucune cérémonie vers lui, tout aussi nu que lui, puis frappai à côté de la douche, sur la céramique, pour attirer son attention. Bon, en même temps, je devais bien l’avoir eu avant, en entrant… Oui, je sais que ça ne se fait pas, mais j’ai jamais dit que j’étais quelqu’un de bien ou saint !

« Besoin d’aide pour te laver le dos ? »

Un sourire en coin sur les lèvres, j’observai l’eau coulée sur sa peau, redessinant les formes que j’avais déjà vue lorsque je l’avais changé. Je me léchai discrètement les lèvres, trouvant la vision de Shôta sous l’eau chaude tout simplement délicieuse. J’avais qu’une envie : toucher et embrasser cette peau interdite. Le faire mien.

« Tu es réellement beau, tu sais ? Aah, oui, tu dois le savoir… »

Je n’attendais qu’un geste, qu’un mouvement pour entrer dans la douche et le plaquer contre le mur. Je détournai alors le regard.

[Pardon du long retard. J’ai été très occupée….]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Dim 10 Fév - 20:35

La frustration de Shota face à l'indifférence de son interlocuteur avait un avantage.... elle ne durait généralement pas trop longtemps. Il suffisait que l'impression qu'il s'en fichait disparaisse, et Shota passait directement à autre chose, un peu comme un enfant dont l'attention passait rapidement d'une chose à l'autre. Alors lorsque Kurogane lui dit qu'il ne pourrait jamais le détester, Shota ne pu s'empêcher de pousser un petit soupire de soulagement. Il savait que ce serait certainement dur... même s'il ne savait pas dans quelle proportion. Mais il ferait tout ce qu'il pourrait pour ne plus le laisser reprendre tout ça. Le jeune sdf se redressa donc, souriant doucement, avant de prendre la direction de la salle de bain, semant ses vêtements sur le sol pour aller se positionner sous l'eau bien chaude de la douche.

Il commença à se détendre, dos à la porte, laissant l'eau ruisseler sur son corps. Les yeux clos, il réfléchissait. Comment ça allait se passer tout ça... ne plus être dans la rue, dépendre totalement de quelqu'un... savoir qu'on pourrait se retrouver dehors au moindre problème et retomber de haut. Franchement, il ne savait pas très bien si ça irait, il appréhendait, surtout pour la drogue que consommait Kurogane. Il se mordilla les lèvres avant d'enfin commencer à se laver, attrapant le savon et s'en recouvrant entièrement ,souriant sous la sensation du propre. Cela faisait toujours autant de bien, c'est quelque chose dont il ne pourrait pas se lasser. Le jeune homme était sur le point de se rincer lorsqu'un bruit le fit légèrement sursauter. Par réflexe, il se tourna vers l'origine de ce bruit, qui n'était autre que le corps nu de Kurogane.

Alors là, impossible d'arrêter le rougissement qui était en train de s'étendre sur ses joues alors que ses yeux flattaient, malgré lui, la nudité de son interlocuteur. Lorsqu'il lui demanda s'il avait besoin d'aide pour se laver le dos, Shota haussa un sourcil amusé, l'air de demandé s'il se payait sa tête. Et lui, besoin d'une excuse pour venir jusqu'ici ? Quand Kuro lui dit qu'il était beau, il baissa légèrement les yeux, en se mordillant les lèvres. Ouais, on lui avait déjà dit, mais pas dans de bonnes circonstances. Secouant légèrement la tête pour chasser ses sombres pensées, il finit par se pousser un peu dans la douche, pour faire de la place.

"Viens.... tu vas attraper à nouveau froid en restant nu ainsi dans une pièce fraîche...."

Ouais, en excuse, Shota était pas mal aussi. Tout ça pour dire que ça ne lui déplaisait pas du tout, l'idée du corps nu face à lui, dans la douche avec lui, même si cette pensée suffisait à raviver les flammes sur ses joues. Il n'osait d'ailleurs plus regarder Kurogane. Il essayait de faire taire son côté le plus primitif qui lui réclamait de poser ses mains sur le corps si près de lui.

[Pas grave ^^ même si j'étais en manque T-T]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kurogane H. Lightstars
Etudiant
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/11/2012

Feuille de personnage
Situation amoureuse: Célibataire enduci.
Relation (Amis, ...): Relation? C'est quoi?
Aime/Déteste: Aime son IPod. Te déteste.

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 11 Fév - 15:32


N’était-il pas adorable à rougir ainsi devant mon corps aussi dénudé que celui d’Adam? Je ris doucement devant sa réaction, pas le moins du monde gêné lorsqu’il se mit à me détailler. De toute manière, il l’avait déjà vue nue, ce corps. Et dans des positions plutôt… gênantes. Donc, qu’il m’observe ainsi n’avait rien d’intimidant. Si on considérait en plus ses sentiments pour moi et la façon dont il m’avait fait venir, on pouvait clairement affirmer que c’était de l’acquis. Enfin, pour moi. Pas pour lui. Ni pour son corps : même si je l’avais quelque fois –et palper- dans son plus simple appareil, ça ne changeait pas que, peut-être, il n’appréciait pas se montrer. Peut-être était-il pudique? J’haussai les épaules : peu importe, avec moi, il allait rapidement apprendre à se sentir à l’aise…

Devant mon excuse minable, je le vis sourire, comprenant sûrement que je me moquais de lui sur le coup. Je calquai mon expression sur la sienne, amusé par sa réaction. Je ne m’attendais pas à ce qu’il prenne aussi bien le fait que je viole son espace personnel, en particulier aussi intimement. Ou il a peur de me repousser, ou il apprécie réellement ce qu’il voit. Hmm… À vérifier!

Tiens? Il m’invitait avec lui ? C’était plus que ce que j’aurais pu imaginer ! Je fis semblant d’hésiter un instant, l’observant de haut en bas, avant d’opiner et d’entrer dans la douche, prenant l’espace qu’il m’avait laissé. Je ne fis aucun commentaire sur ça façon de m’inviter avec lui de peur qu’il rejette en dehors. Et puis, il n’avait pas tout à fait tort : c’est qu’il faisait froid à côté de la céramique !

« Quelle délicate attention ! Merci ! »

Je lui souris en lui faisant face un moment, puis je fermai les yeux en levant le visage vers le jet d’eau chaude. Un grognement de contentement franchit mes lèvres au contact de l’eau chaude, appréciant la caresse de l’eau sur ma peau frissonnante. Je ramenai par réflexe mes cheveux vers l’arrière, complètement détendu. Il fallait l’avouer : l’eau chaude calmait énormément ! Après un petit moment de relaxation, je me tournai vers lui, souriant. Je n’avais pas oublié la façon dont il m’avait regardé plutôt. Or, j’hésitais sur la démarcher à suivre. L’ignorer ? En jouer ? Lui faire remarquer ? Non, définitivement pas le dernier. Ni le premier, c’est pas drôle. Alors…

Non, ce serait trop méchant. Je devrais le laisser s’installer et, ensuite, lui mener la vie dure. Si je mets tout de suite le cachet sur lui il risquait de partir le lendemain. Et je ne voulais pas ça, évidemment.

« Tu sais cuisiner ?, fis-je soudainement en posant mon regard de neige rosée sur lui. Si tu m’aides avec le ménage et la cuisine, tu pourras considérer l’appart comme le tien. »

Du chantage ? À peine ! Bah, il fallait bien entretenir les lieux et, tant qu’à avoir un colocataire, autant faire en sorte qu’il soit utile. Je lui fis un sourire espiègle pour qu’il comprenne que je n’avais pas du tout l’intention de le ménager. Après tout, il ne payait pas le loyer, donc il pouvait tout de même m’aider avec l’entretient ! Enfin… M’aider… Disons que niveau propreté, je laissais à désirer. Enfin, aucun vêtements ne jonchent le sol –mise à part dans ma chambre- et aucun débris ou nourriture. Non, seulement quelque truc pas à leur place. Comme une spatule sur la table basse. Ou un chapelet sur le sofa…

« Après la douche… Tu as des lieux spécifiques que tu aimerais visiter ? Je n’ai aucune idée de ce que tu aimes, tu sais. »

Je glissai une main sur sa nuque, massant doucement les muscles avec mon pouce. Mon regard était toujours plongé dans le sien, franc et naturel.

[Oui… Encore dézoulé –x- ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shota Kazuki
Extérieur
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 07/11/2012
Localisation : Dans la Rue
Emploi/loisirs : SDF

Feuille de personnage
Situation amoureuse:
Relation (Amis, ...):
Aime/Déteste:

MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   Lun 11 Fév - 22:59

Il était en train de le taquiner ou de se foutre de lui ? Shota n'y pouvait rien si ses joues commençaient à ressembler à des tomates bien mûres ! Shota n'était pas habitué à se montrer nu devant quelqu'un, ni à voir la nudité de quelqu'un d'autre. Il était timide, en effet, parce qu'il aimait Kuro. Devant un inconnu il aurait été du genre à se dire qu'il s'en fichait complètement, mais devant lui, c'était différent. Il se poussa donc en lui sortant l'excuse de la fraîcheur pour l'inviter à le rejoindre sous le jet d'eau chaude. Lorsque Kuro lui rétorqua, ironique, que c'était une délicate attention, Shota grogna en lui glissant un coup d'oeil.

"Arrête de te foutre de moi...."

Et il détourna ensuite le regard, laissant le jeune homme se délasser sous l'eau chaude, en profitant pour se savonner à nouveau. Il essayait de se faire discret, histoire de le laisser prendre sa douche tranquillement. Il appréciait l'instant, la sensation de le savoir tout près de lui... et il s'en contentait. Il se souvenait que le jeune homme ne voulait pas avoir de... d'intimité avec lui, tant qu'il n'était pas certain de ses sentiments. Shota comprenait très bien et il était d'accord avec lui, alors en attendait il appréciait sa présence à ses côtés, sa chaleur, son odeur, sa voix...0 et ces pensées lui amenèrent un sourire aux lèvres. Il se sentait bien. Et l'idée de vivre avec lui, ça lui plaisait. Le voir tous les jours... Il sursauta, tiré de ses pensées lorsque Kurogane lui demanda s'il savait cuisiner. Il se tourna donc complètement vers lui, encore un peu gêné vis à vis de sa nudité. Shota ne se trouvait pas très beau avec ses cicatrices sur le corps, ci et là, rien de très important mais assez nombreuses. De plus, il était maigre, un peu trop... il ne s'estimait pas très beau. Du coup, à force de penser à ça, il en oublia de répondre à Kurogane, mais il resta tourné vers lui. Ce n'est que quelques minutes plus tard qu'il lui répondit.

"Oui.. ne t'inquiète pas pour ça, si tu es une piètre ménagère. Je sais cuisiner, même si je n'ai pas beaucoup eu l'occasion de le faire ces dernières années.. et je sais faire le ménage... j'aime bien en plus.... ça ne me dérangera pas de le faire, mais je ne veux personnes dans mes pattes à ce moment-là."

Oui, il aimait le ménage... et pouvoir le faire à son rythme, calmement, si possible avec de la musique dans les oreilles. Il aimait le faire seul. Et puis de toute façon, il ne pensait pas avoir de grosses tâches ménagères à faire ici, Kuro ne semblait pas très bordélique pour un homme seul. Enfin bon. Shota tourna le pommeau de douche vers lui, histoire de se rincer et de récupérer un peu de chaleur, parce qu'il commençait tout de même à avoir froid. Tout en se rinçant le corps, il fronça ses sourcils devant la demande du jeune homme, réfléchissant quelques instants avant de lui répondre, dans un haussement d'épaule.

"Pas particulièrement.... ça fait longtemps que je traîne dans la ville, je connais les environs et ce qu'il y a à visiter. Mais j'aime bien aller flâner dans les endroits calme, avec de la verdure si possible, j'aime la campagne. Je n'aime pas les endroits bondés, avec trop de bruits... être proche physiquement d'autres personnes... tu ne me verras jamais dans une boite de nui ou dans un bus bondé..."

Termine de se rincer. Prend l'initiative de prendre du savon et de commencer à savonner le corps de Kurogane, entièrement, avec ses doigts. Moitié frottage, moitié caresses par moment, il lui agace le corps, commençant par le torse, les épaules et les bras, laissant à nouveau ses mains glisser sur son torse, jusqu'à son ventre et ses hanches, qu'il recouvre de mousse. Il passe ensuite à ses jambes qu'il savonne bien, ses pieds, et il le tourne pour faire son dos et ses fesses, s'amusant à lui caresser plus intensément. Il le retourne ensuite, passant à son membre et ses bourses. Par contre, pour cette zone, il n'ose pas trop s'attarder, encore timide pour le coup, il ne voulait pas exagérer dans son initiative. Ensuite, il le rince, n'osant pas le regarder dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shôta -> Deux personnes, un lien. Lequel?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pique nique entre deux chemins...
» Une pizza pour deux ? [Mickaël]
» Condamnation de meurtriers de Jacques Roche
» [ Mini-Scénario] Balai Furtif
» Libérés !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Spidia :: ♣ En Ville ♣ :: ♠ Les Appartements ♠ :: Appartement de Kurogane Lightstars-