Bienvenue dans ce magnifique pensionnat aux styles anciens et agréables protégé et entouré d'une végétation gardant cet endroit à l'abri des regards indiscrets.
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le passé devenant futur [Pv Masayo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mar 13 Nov - 15:40


Il n'a pratiquement pas dormi de la nuit. Faut avouer que le froid n'aide pas, sans parler du bruit et de ses pensées qui divaguent comme souvent vers son passé. Il est pourtant allongé sur son banc comme d'habitude, les yeux fermés pour ne pas voir le soleil lui détruire la rétine. Il est complétement à la masse, il faut bien l'avouer. Baillant et s'étirant tel un chat, il se met à fouiller ses poches, récupérant la dernière clope qui lui reste pour le moment. Ayant volé quelques personnes il y a peu, il va pouvoir se payer des clopes et un petit truc à manger, c'est déjà ça.. Allumant sa clope, il se redresse difficilement en passant une main dans ses cheveux bleus nuit.

Il entend encore ses rires.. oui rires, de l'époque où tout allait bien. Il ferme les yeux en inhalant la fumée et l'expirant à s'en fendre l'âme. A cette époque tout était si simple. Il avait encore ses parents, il avait son meilleur ami, sa moitié d'âme. Il était rare qu'il passe une journée sans le voir.. Ce garçon que personne n'approchait. Il n'a jamais vraiment compris pourquoi d'ailleurs, même aujourd'hui avec le recul, il ne sait pas. Il voit encore son rire, son sourire, leurs conneries. Il aurai voulu fuir avec lui ce jour là au lieu de partir seul.

" P'tain... uu' Pense à autre chose !! "
Ce n'est pas comme s'il allait le revoir. De toute façon, il est certain qu'il s'en est sorti lui.. Oui, il doit s'en être sorti. Il n'en doute pas. Et s'il l'avait emmené avec lui, il serait dans la merde tout comme lui et ça, il ne le supportait pas.. Fronçant les sourcils, il fait un mouvement de main, envoyant balader ses pensées à la con avant de marcher vers une petite fontaine à l'écart de tout. Virant sa veste et son tee shirt, il place la ceinture autour de son cou de coté avant de se pencher et de se débarbouiller.

Une fois fini et nettoyer, il se rhabille et marche pour sortir du parc. Non, il ne va pas loin. Il va au tabac se trouvant en face de la sortie. Il a ses petites habitudes après tout. Entrant, il tend de l'argent sans mot dire. Alors que la bonne femme tenant le tabac lui tend deux paquets de clopes en contre partie. Il ne regarde pas à la dépense quant il est question de fumer.

S'en rallumant une, il retourne au parc. Tant pis pour la bouffe, là de suite il peut encore tenir. Basculant la tête en arrière, il regarde le ciel en s'asseyant sur le banc. La journée s'annonce longue et douloureuse. Il n'aime pas ressasser le bonheur qu'il a perdu...

" Mon bonheur passé... "
Il se fige alors, entendant du bruit. Méfiant, il range bien ses clopes et son frics sur lui, soupirant en s'adossant au banc. Il fume tranquillement, ignorant le monde, bien qu'il jette de petits coups d’œil vers la droite. Et...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 1:57

Un jeune garçon d'environs une vingtaine d'années se promenait dans les ruelles de la ville, visitant tranquillement cette dernière en laissant glisser son regard tout autour de lui. Il ricana en lui même, découvrant que même ici, les passants n'osaient pas le regarder dans les yeux. Il faut dire aussi que d'origine, Masayo Suzuki avec un air froid, distant...C'était sa personnalité. Il ne se préoccupait pas des gens, ils les dédaignaient..., et ça se ressentait dans son regard et son attitude. Enfin bon, il y était habitué. Durant ses études de cuisinier, ça n'avait déjà pas été facile, déjà avec les autres étudiants, avec qui il ne parvenait pas à se lier d'amitié, ni établir une autre sorte de relation. Il avait déjà faillit se faire virer de l'école à cause de cela. Heureusement, pour pouvoir poursuivre sa voie, il avait fait des efforts, sans vraiment se préoccuper des autres, il tolérait ses camarades de classe, tout comme il allait faire avec ses collègues à présent. C'était assez chiant, mais bon....

Une seule personne au monde était susceptible de faire sourire le jeune homme froid. Son meilleur ami, le seul vrai ami qu'il ait jamais eu. C'était le seul avec qui il prenait plaisir à parler, le seul avec qui il aimait être, avec qui il aimait être. C'était... le seul être qu'il aimait au monde. Il s'était sentit détruit lorsque Vanille était partit sans un mot , sans rien dire.... il savait évidemment que c'était dû à la mort de ses parents, mais ce n'était pas pour ça que ça avait fait moins mal à psychorigide. Mais bon, il avait avancé dans la vie, cependant avec une seule idée en tête, pouvoir retrouver Vanille quand il serait assez grand et indépendant pour pouvoir se tirer de chez lui. Vivre le calvaire de ses parents n'avait pas été chose facile pour Masayo, mais il avait fait comme il le pouvait, il l'avait supporté, et finalement il était enfin partit. Il avait cherché du boulot dans divers restaurant sans relâche, et finalement il avait trouvé un emploi dans cette ville. Il avait déménagé sans aucune hésitation, et maintenant il pourrait chercher son meilleur ami... il ne savait pas où il était, ni combien de temps ça prendrait, mais il n'abandonnerait pas. Ce qu'il ne savait pas c'était que Vanille était dans la même ville que lui.

Donc il se promenait en ville afin de visiter les lieux. Son premier jour était pour le lendemain. Mais bon, il avait appris à mordre sur sa chique et à tolérer les autres, même s'il ne les appréciait pas. Finalement, un soupire s'échappa de ses lèvres alors qu'il pénétrait dans le parc pour aller s'asseoir contre un tronc d'arbre (je précise que c'est pendant le temps que Vanille va chercher ses clopes). Il ferme les yeux en s"allumant une clope, allongeant ses jambes devant lui, il tente de bien respirer et de faire le vide dans sa tête, évitant de penser à la journée qui l'attendait demain. Il soupira encore, préférant laisser ses pensées dévier vers le visage d'un jeune homme, Vanille... un sourire passa furtivement sur ses lèvres alors qu'il pensait à lui, et à son désir ardant de le retrouver, de pouvoir le serrer contre lui, le protéger, le chérir... rahhh, putain.

"Vanille...."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 4:13

...Et il voit un homme assis sous un arbre. Quelle idée de faire ça ? Bon ok lui même le fait assez souvent. Mais en général l'herbe tache tout, surtout les vêtements propres, allez savoir pourquoi... Enfin bref, on s'en fout. Enfin non : IL s'en fout. Et bien qu'il cherche à détourner le regard de cet inconnu, il le fixe de façon plus intense encore.. Il l'intrigue, vraiment... C'est bizarre, pourquoi son cœur s'emballe ? Pourquoi il a l'impression de prendre une gigantesque baffe en pleine face ? Intrigué, il se lève, s'approchant un peu. Il l'a déjà vu ? Le connait-il ? Si oui, il pourra lui demander de squatter sa douche juste un instant histoire de mieux se sentir !! Mais cette pensée le quitte alors qu'il entend son prénom sortir de la bouche de cet homme.

"Vanille...."

Vanille... Oui c'est son prénom. Et pourtant, il ne le regarde pas, ne le voit pas. Et vu comment il l'a soupiré, il se doute que ce n'est pas en pensant à un yaourt ou à de la glace à la vanille. Il s'approche encore, rougissant, le cœur au bord des lèvres. Par pitié que cette sensation étrange s'arrête ou au contraire, qu'elle ne stoppe jamais. Il hésite... Fuir la situation ou tenter de mieux la comprendre ? Il ne sait pas pourquoi il ne fuit pas de suite. C'est pourtant son genre. Pas que ce soit un trouillard, mais niveau sentiment il n'est pas doué. Et c'est exactement ce qu'il se passe. Il se sent envahit par une tonne d'émotions comme s'il allait s'y noyer. Il le connait, il en est certain maintenant...

Sa chevelure, son air si adorable à ses yeux.. Il a envie de lui ébouriffer les cheveux, de le faire rire voir de le faire chier... Là, planté aux cotés de l'inconnu à moins d'un mètre de lui à présent, une image de son meilleur ami lui vient en tête.. Il était assis contre un arbre à l'attendre, soupirant contre ses parents et Vanille venait le rejoindre pour l'apaiser, s'amuser, faire le pitre et foutre le bordel à leurs façons. Et cette image commence à se superposer à cet homme.. Ses cheveux, son air... Clairement il pourrait être lui, il en est sûr... C'est peut-être ça le pire : vaciller entre hésitation et certitude...

" Masayo...? "
Non, c'est impossible... Rien que de prononcer ce prénom à haute voix lui fait tourner la tête légèrement. C'est comme un retour en arrière, une pointe d'ivresse qui s'insinue dans son torse jusqu'au cœur. Ce prénom.. représente bien trop de choses pour qu'il le laisse s'échapper de ses lèvres pour rien. C'est dérangeant, déroutant et en même temps si délicieux de "ressentir" tout cela à nouveau. Il le regarde, restant debout à cette distance d'un mètre comme si ça pouvait le protéger. Et si ce n'était pas lui ? Il se sentirait stupide, se frapperait même sans doute pour avoir été naïf. Comme si la vie allait lui remettre du bonheur dans sa vie ! Il ne faut pas rêver tch. Et en même temps... Si c'était lui ? Mon dieu, si cet homme magnifique était son meilleur ami perdu ? Il n'ose même pas l'imaginer bien qu'il reste, qu'il a besoin de savoir. De toute façon les dés sont jetés n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 5:46

Trop dans ses pensées, dans ses souvenirs, dans la nostalgie du temps passé, Masayo ne s'est même pas rendu compte qu'il y avait quelqu'un d'autre que lui dans le parc. Enfin évidemment il y avait des promeneurs, des animaux, des gosses à frapper, ect ect. Mais ce qu'il n'avait pas remarqué par contre, c'était qu'il y avait quelqu'un près de lui, qui le fixait curieusement en plus ! Nul doute que si le cuisinier avait été en pleine possession de ses moyens, Il l'aurait toute de suite remarqué et il aurait directement rembarré l’intrus...avant de se rendre compte que c'était Vanille. Mais non, là il soupirait trop après son ami perdu pour penser à quoique ce soit d'autre. Penser à Vanille était une activité de tous les jours pour lui. Et tous les jours, grâce à lui, il oubliait où il se trouvait, la vie bête à crever qui l'attendait, ses soucis... il se perdait dans son monde. Bref, pour en revenir à nos moutons, c'était pour ça qu'il ne s'était pas encore rendu compte de la présence de l'être de ses pensées à même pas deux mètres de lui. Il était clair qu'il ne s'attendrait sûrement pas à trouver l'objet de ses convoitises dès la première ville où il décide de chercher. Ça aurait été un coup de chance.. chance qui l'avait quitté en même temps que son ami d'enfance. En fait, ce n'est que lorsqu'une voix retentit à son oreille qu'il s'extirpa de ses songes. Cette voix... ne lui était absolument pas inconnue. Que du contraire... c'était la seule voix qu'il ait jamais eu envie d'entendre dans sa vie... la seule voix qui réussissait à l'apaiser lorsqu'il allait mal... c'était la voix du garçon qui lui avait sauvé la vie...Vanille.

Les yeux aussi rond que des culs de pelles, il redressa vivement la tête, le teint pâle, les lèvres légèrement entrouvertes, en... cul de poule. Ouais, actuellement le visage de masayo ressemblait à des culs. Enfin soit. Il n'arrivait tout simplement pas à y croire. Les cheveux... ces yeux si particuliers... les traits de son visage... ses lèvres qu'il avait maintes fois regardé en souhaitant les dévorer, même à leur âge... c'était... il n'y avait pas de toute.... il était là, devant lui, mais son esprit ne semblait pas encore avoir envie d'assimiler l'information. C'était trop incroyable pour qu'il puisse y croire. Son rêve venait tout simplement de se matérialiser devant lui. Et finalement, il réalisa que non, il ne s'était pas drogué, il n'avait pas bu 36 cafés qui l'auraient fait avoir des hallucinations.... c'était bien Vanille qui était devant lui, il en était persuadé. De plus, la ceinture autour de son cou ne lui était pas inconnu, c'était celle du père de Vanille. De même que la veste qu'il portait, c'était un souvenir de sa famille.

Finalement, les yeux exorbités du cuisinier s'humidifièrent, se mirent à briller de larmes qui commencèrent à couler le long de ses joues. Son corps était sans dessus-dessous, à la fois la joie de le retrouver... l'émotions de le voir là, devant lui... et toutes ces années de solitudes qui lui remontèrent dans la gorge... il se mit à pleurer comme un môme. C'était trop d'émotions pour lui, qui n'en ressentait déjà que rarement, qui n'en avait plus ressentit depuis le départ de son seul ami. Finalement, ne cherchant même pas à masquer ses larmes, il laissa entendre sa voix, qui répéta inlassablement ,d'une voix que l'émotion rendait éraillée.

"Vanille.... Vanille..... c'est toi.... je t'ai retrouvé.... enfin.... tu m'as.... tu m'as tellement manqué.... Vanille..."

Finalement, il se redressa vivement et s'avança vers Vanille pour le prendre par le poignet et l'attirer vivement contre lui. Masayo referma ses bras autour du corps de Vanille, le gardant solidement contre lui en posant sa joue contre le crâne de son meilleur amie, continuant de lui murmurer combien il lui avait manqué, combien il l'avait cherché, combien il était heureux de le retrouver. Ses bras tremblaient un peu. Pour le moment, il était encore trop submergé par l'émotion. C'était tellement rare chez lui de ressentir tout cela qu'il ne savait pas encore très bien le gérer, mais sentir le corps de son compagnon contre le sien, dans son étreinte, pouvoir le garder contre lui et lui parler... il était l'homme le plus heureux du monde. Il ne voulait plus jamais le lâcher, jamais de la vie. Cette fois il ne le laisserait plus jamais s'en aller sans lui. Il préférait encore mourir. Alors en le gardant contre lui, se remettant assis dans l'herbe, mais entraînant Vanille avec lui, il lui dit.

"Que.... Qu'as-tu fais depuis ton départ ? Tu.. tu es bien ? Tu es heureux au moins ? Personne ne t'a fait de mal ? Je veux tout savoir... est-ce que ça va ?"

Si jamais quelqu'un avait osé lui faire du mal, il irait tout simplement le rayer de la carte. Et il voulait savoir si Vanille était bien, il voulait qu'il le soit, qu'il soit heureux, il ressentait à nouveau le besoin de s'occuper de lui, de le rendre heureux, de le protéger, de tout lui apporter. Tout ce qu'il avait ressentit lorsqu'ils étaient plus jeune. D'ailleurs, la position dans laquelle ils étaient lui faisait pensé à quand ils étaient enfants. Quand Masayo n'allait pas bien, déprimé par le comportement de ses parents, il allait toujours se réfugier sous le grand chêne dans une clairière pas très loin de chez eux, que personne ne fréquentait. Vanille venait toujours l'y retrouver pour le consoler et lui remonter le moral, il Masayo le prenait toujours dans ses bras, assis contre l'arbre, dans l'herbe, et tout devenait radieux. Il était de nouveau chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 10:35

Il est là si proche et en même temps si loin. Il n'arrive pas à croire que cela peut être lui. Il pense souvent à lui en tentant de faire le contraire. Le bonheur ? Non, il ne connait plus depuis un moment, comme s'il n'y avait plus droit. Et Masayo, cet être qu'il a connu par le passé, représente parfaitement ce mot. Il aimait tellement passer du temps avec lui, lui faire faire des bêtises, le faire sourire, se blottir dans ses bras sous prétexte qu'il avait froid ou simplement pour le réconforter pour une raison x ou y. Masayo... Ce prénom seul fait battre son cœur un peu plus encore qu'il n'aurait dû. Il ne s'est jamais posé de question sur sa relation avec lui. Il a toujours été là, présent, c'est sa moitié. Il aimait à penser de lui qu'il serait toujours là, au point qu'il se voyait colocataire d'une maison pourquoi pas... Il aurait fait des études, saurait lire aujourd'hui. Et il vivrait avec Masayo pour son plus grand bonheur. Parce qu'il est clair qu'à l'époque il ne se voyait pas vive loin de lui. C'était impossible. Il était sa vie, sa moitié. Dès qu'il avait un problème, une idée, une sensation, une joie, c'est vers lui et personne d'autre qu'il se tournait. Et là, devant cet inconnu, tout lui revient en tête, en mémoire.

Il se surprend d'espérer. Lui, Vanille, le je-m'en-foutiste personnifié. Il se surprend à espérer que cet homme est SON Masayo. Car oui, c'était le sien, à nul autre. Et bien que les années soient passées, rien n'a changé dans le cœur du garçon. Ce n'est pas possible, il pensait en avoir terminé avec toutes ses conneries d'espoirs et de joies. Ce n'est pas pour lui. Regardez le, il a tout perdu.. Il a dû fuir, il ne désespère même plus, il sait juste qu'il est fait pour survivre et non vivre véritablement. Les rêves ? Il n'en a plu, à quoi bon ? Et pourtant, là, debout et figé comme un piquet à le contempler, à redessiner chacun de ses traits du regard, il sent en fond de son ventre une chose qu'il avait presque oublié : l'espoir, l'envie... Et c'est la gorge serrée qu'il attend avec patience - ou non - que l'individu réagisse au prénom qu'il vient d'offrir du bout des lèvres comme une prière. Il sent le déferlement des émotions l'engloutir telle une vague immense. Sa respiration se fait plus courte, plus forte malgré lui. Bien qu'il tente de rester neutre et blasé, ça lui est impossible tout bonnement. Ce n'est pas n'importe qui... Enfin il l'espère.

Il le regarde, pourquoi ne dit-il rien ? Pourquoi le laisse-t-il dans l'expectative ? Il a presque envie de pleurer, de partir, de fuir ou... de se jeter dans ses bras sans même avoir de véritable réponse à ses questions qu'il n'a pas prononcé à haute voix. Comme si avoir dit ce prénom suffisait à tout expliquer tout simplement. Il le contemple toujours, c'est dingue... Il le voit réagir, être figé, être... tout simplement bouleversé. Est-ce que cela veut dire que c'est lui ? Ce n'est pas possible, c'est délirant, incroyable, terrifiant et fabuleux. Il le voit pleurer simplement.. Ses larmes le touchent un peu trop fort...

" Vanille.... Vanille..... c'est toi.... je t'ai retrouvé.... enfin.... tu m'as.... tu m'as tellement manqué.... Vanille... "

C'est lui... Dieu, ce n'est pas possible, c'est lui, c'est son meilleur ami, son bonheur, son tout. Il a du mal à y croire.. Et bien qu'il le voit se lever, s'approcher de lui jusqu'à le prendre dans ses bras, c'est comme si son être entier avait bugué, comme s'il ne pouvait simplement pas croire qu'une lueur de vie et de bonheur s'est infiltré dans les ténèbres de sa vie quotidienne. Il ne sait pas comment réagir mais alors qu'il l'entend parler, le sentant le serrer contre lui, il se reprend.. Comme s'il reprenait véritablement vie.. Les larmes se mettent à couler sur ses joues alors qu'il passe ses bras en tremblant autour de lui, le serrant comme il peut alors qu'il ne dit rien... Il est là, il est présent, il n'arrive pas à y croire en même temps... Qu'est-ce que ça fait du bien !! Nichant son visage contre son torse, il tremble littéralement en le gardant contre lui, s'entourant de son être au point de vouloir mourir là, ici, ne jamais être lâché, même pas une seconde, cela serait trop. Il ne peux, ne veux pas le perdre à nouveau.. Jamais, jamais il n'aurait cru pouvoir ressentir à nouveau à ce point... Il sent bien qu'il l'attire vers l'herbe.. Il le laisse faire, se retrouvant à demi allongé sur lui alors qu'il reste attaché à lui comme il peut. Il a peur, terriblement peur qu'il ne soit qu'un rêve, qu'il se mette à s’évaporer tout à coup sans prévenir. C'est bête mais il est certain de ne plus pouvoir vivre sans lui tout à coup alors qu'ils ne sont encore rien dit de concret. Qu'est-ce qu'il lui a manqué, terriblement, horriblement manqué...

" Que.... Qu'as-tu fais depuis ton départ ? Tu.. tu es bien ? Tu es heureux au moins ? Personne ne t'a fait de mal ? Je veux tout savoir... est-ce que ça va ? "

Il l'écoute bien sûr, mais il tremble encore, prenant son haut entre ses doigts, qu'il referme dans ses poings pour ne pas le perdre, pour ne pas se réveiller tout simplement. Bon sang, c'est Masayo !! Ce n'est pas n'importe qui, c'est lui !! Son meilleur ami !! Oui, il a du mal à s'en remettre, à se reprendre, à réagir de façon normal sans que ce soit excessif. Il se fiche bien de comment on peut le voir pour le coup. C'est son tout qui est là, son passé, son bonheur... Sa tête lui tourne alors qu'il a son front poser sur son torse. Qu'est-ce qu'il a grandi.. Et pourtant, bien qu'il soit devenu un homme, il a l'impression de ne pas l'avoir quitter, il est toujours le même : Son Masayo..

" J'ai fuit... je.. je vis dehors.. Et.. oui je suis heureux..t..tu tu es là.. Masayo.. Masayo j'arrive pas à croire que tu sois là.. Bordel Masayo, Mon Masayo... "
Il se redresse, s'asseyant sur lui en se mettant à califourchon sans réfléchir. C'est naturel avec lui tout simplement. Il passe ses bras autour de son cou, posant sa joue contre la sienne en se lovant littéralement sur lui. Il vole de sa chaleur, de sa présence. Il n'y a que lui pour lui donner cette sensation et cela depuis toujours. il se fiche bien des blessures qu'il peut avoir sur le corps, il a été soigner par Kiochi de toute manière. Il se fiche même de tout tant qu'il se trouve dans ses bras. Et en même temps, une légère honte lui enserre la gorge. Comment réagira-t-il en connaissant sa vie ? Il ne veut pas y penser. Et quand bien même ! Il a confiance en lui, il veut croire que cela ne l'empêchera pas de le serrer tout aussi fort dans le creux de ses bras malgré tout ce qu'il a pu vivre.

" Je me bas parfois, parce que vivre dans la rue c'est pas de tout repos, mais je vais bien.. Et.. et tu es là.. Ne me lâche pas, je t'en prie, serre moi fort... "
Il déglutit en murmurant ses mots au creux de son oreille. Comme si une bulle se formait autour d'eux tout simplement. Que personne n'avait besoin de les entendre. Seul Masayo avait ce droit. Il se sentait presque différent, sa vie prenait presque un sens alors qu'il se trouve contre lui. Tout ce qu'il a du vivre lui éclate au visage mais peu importe pour le moment.

" Et.. et toi ? Tu as réussi ? Dis moi que tu as réussi.. S'il te plait.. Qu'au moins toi tu y es arrivé... "
Il l'espère de tout cœur... Sincèrement, qu'au moins, lui ait réussi à s'en sortir. Il le mérite tant, il a toujours voulu le meilleur pour lui, pour eux, pour réaliser son rêve secret... Quand bien même ce n'est pas possible, lui-même ne sachant même pas lire, il veut qu'il soit heureux, totalement... C'est l'essentiel aujourd'hui, le plus important pour lui.

" Que tu es heureux... "
Ajoute-t-il dans un petit murmure en se calmant sans le lâcher, sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 10:37

Lorsqu’il sent les bras de Vanille se refermer autour de lui, Masayo a encore du mal à y croire. Qu’il l’ait enfin retrouvé, après des années de séparation et de souffrance. Le cuisinier venait tout simplement de rentrer chez lui, il venait de retrouver sa famille. Parce qu’il considérait que son père et sa mère n’avaient jamais été des parents pour lui, jamais. Et Vanille, depuis qu’ils étaient tout petit, avait toujours été son monde, sa vie, son tout. C’est d’ailleurs bien pour cela que, mis à part Vanille, rien et personne n’avait d’importance pour lui. Il pourrait regarder tout le monde crever sans ciller, mais si jamais Vanille n’allait pas bien, ou s’il était triste, ou malmener par quelqu’un… Masayo serait capable de tuer pour lui, de faire n’importe quoi, tout… c’était sa vie. Quand il sent que son meilleur ami tremble, il resserre ses bras autour de lui en lui chuchotant des mots tendre à l’oreille.

« J’suis là maintenant…J’te laisserais plus jamais, je resterais toujours avec toi… j’te lâche pu… »

Il voulait le rassurer par ces mots, et en même temps c’était vrai, plus jamais il ne le laisserait, hors de question. Il allait prendre soin de lui le restant de ses jours, et tant pis si quelqu’un d’autre voulait rentrer dans sa vie. Rien à foutre, Vanille pour toujours. Lorsque ce dernier niche son visage contre le torse du cuisinier, celui-ci glisse ses doigts dans la chevelure de son compagnon, lui caressant les cheveux tendrement, en souriant. Il retrouvait les gestes qu’il avait toujours eux envers Vanille, c’était instinctif, comme le vélo, ça ne s’oubliait jamais. Il l’attire donc avec lui dans l’herbe, sur le sol, afin de l’installer un peu mieux. Il ne le lâche cependant pas d’un pouce, lui caressant doucement le dos. Il lui demanda donc comment il avait vécu durant ces dernières années, s’il allait bien, ect. Attendant sa réponse et l’écouta ensuite, il dépose quelques baiser sur sa tempe, son front… comme une automatisme, pour se rassurer aussi sur le fait qu’il ne rêvait bien, qu’il tenait bien l’être le plus important au monde pour lui, dans le creux de ses bras. Cependant, lorsqu’il entendit Vanille lui dire qu’il vivait dans la rue, le jeune homme releva la tête soudainement, sourcils froncés, une lueur de panique au fond du regard, d’indignation aussi. Il se rebella directement.

« Mais non ! Tu ne peux pas vivre dehors ! C’est… ce n’est pas digne de toi, tu mérites beaucoup mieux que ça ! C’est intolérable de te savoir dans la rue, comment peut-on te laisser là ? Tu ne dormiras plus une seule fois dans la rue, à partir d’aujourd’hui tu viens vivre avec moi dans mon appartement en ville ! »

Comment pourrait-il laisser son trésor vivre dans de telles conditions, i était révolté, et il resserra inconsciemment ses bras autour de Vanille, comme pour le protéger encore mieux. Il s’en voulait affreusement de ne pas avoir été là pour lui pendant tout ce temps, il s’en voulait encore plus maintenant. Lorsque son compagnon s’est encore mieux installé contre lui, totalement coller à lui, il l’a laissé faire totalement, gardant bien ses bras autour de lui. C’était une position qu’ils adoptaient souvent avant, donc l’habitude reprenait vite ses droits, et surtout l’envie de l’avoir bien contre lui et de ne plus le lâcher. Quand il entend une nouvelle fois son compagnon lui dire qu’il vivait dans la rue et que ce n’était pas facile, le remord déchira les entrailles du cuisinier alors qu’il dépose des baiser sur son crâne, le gardant solidement serré contre lui avant de lui murmurer tendrement.

« Pardon Vanille… de pas avoir été là pour toi, pour te protéger. J’aurais voulu que rien ne t’arrive, que tu sois heureux… et savoir que tu as vécu comme ça me ronge le cœur de remord. Je suis désolé de ne pas avoir été là pour toi, mais ça ca changer maintenant, tu vas venir vivre avec moi, ce n’est même pas le peine de protester, je ne te laisse pas le choix. Et jamais, plus jamais je ne te laisserais tout seul, je vais rester agrippé à toi pour le restant de tes jours, désolé mon vieux »

Finit-il par dire en lui souriant doucement. Sa première intention était de le rassurer, et de lui montrer que en effet, maintenant qu’il l’avait retrouvé, il ne le lâcherait plus jamais. C’était véridique. Jamais jamais, Vanille était le centre de son univers. Mais ensuite, lorsque son interlocuteur lui demanda si lui, il avait réussi, il sourit. Tendrement, en le couvant du regard. Plongeant son regard dans celui de son compagnon, il lui dit doucement.

«J’ai réussi oui, grâce à toi. Je t’ai d’abord cherché partout dans les alentours de notre ville d’enfance. Chaque coins, j’ai tout fouiller en longueur, largeur, en travers, tout, partout… j’en ai finalement déduit que tu t’étais enfuit ailleurs… dans une autre ville… loin de moi. Et je me suis dit que si je voulais partir à ta recherche dans ces autres villes, il fallait que je puisse me débrouiller seul, financièrement… alors j’ai travaillé, travaillé… j’ai terminé mes études… et finalement dès que j’ai pu, je suis partit de chez moi avec la plus grande des joies, pour partir sur les routes à ta recherche. J’ai fait tout ça pour toi… rien que pour toi. Alors tu penses bien que maintenant que je t’ai dans mes bras, tu ne réussiras plus jamais à filer loin de moi, je t’attache à moi s’il faut, avec des menottes. Mais tout ce que j’ai fait dans ma vie jusqu’à présent, c’est grâce à toi. Tout. Tu en es conscient Vanille ? »

Quand Vanille ajouta ensuite qu’il espérait que Masayo ait été heureux, les yeux du cuisinier furent traversés d’une pointe de tristesse alors qu’il caressait la joue de son compagnon à l’aie de son pouce, soupirant ensuite doucement avant de lui répondre également.

« Heureux ? Je vais te le dire franchement… Non, je n’ai pas été heureux tout ce temps… je ne peux pas être heureux si tu n’es pas à mes côtés… c’est tout simplement impossible. J’étais motivé à tout faire pour te revoir, mais je ne pouvais pas être heureux tant que je ne t’avais pas retrouvé. Mais c’est chose faite maintenant. Je t’ai retrouvé, je suis de nouveau heureux grâce à toi »

Il retrouve son sourire en disant cela. Ensuite, emporté par le moment sûrement, toujours sans y réfléchir, spontanément, il rapprocha lentement le visage de son compagnon, le regardant dans les yeux, avant de venir effleurer ses lèvres des siennes, tendrement. Il ne savait pas si Vanille préférait les hommes, les filles… il n’en avait aucune idée, mais Masayo agissait sous l’envie du moment, le bonheur de le retrouver… il ne savait pas trop, mais il avait envie de le faire. Il appuya tendrement ses lèvres contre celles de Vanille, l’embrassant avec la plus grande des tendresses et des douceurs. Mais il finit par se reprendre quelques minutes plus tard, écartant doucement son visage alors que ses joues commençaient à se colorer de rouge. Il craignait la réaction de Vanille, d’ailleurs il le regardait à présent avec intimidation, et presque de la peur. La peur de se faire rejeter. Mais il ne pouvait pas dire qu’il regrettait.

« Désolé... j’ai… agis sans réfléchir… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 12:07

Il ne sait même pas comment il en est arrivé là... Se sentir bien, être parfaitement à sa place, chez lui dans les bras de son tout... Tout va si vite et en même temps, il a la sensation d'avoir attendu toute sa vie ce moment, comme si c'était inscrit au plus profond de lui. Il ne s'était juste pas rendu compte qu'il espérait vraiment qu'il revienne tout simplement, qu'il le kidnappe voir même l'enferme avec lui loin de tout ce qu'il connait si bien. Cela fait peur franchement, vraiment peur, de ressentir à ce point les choses. Il reste contre lui bien sûr. Et bien qu'il pense que c'est un rêve, il ne veut pas, surtout pas se réveiller. Ses bras le serrent contre lui, les bras forts de son meilleur ami, c'est trop incroyable. Ses larmes glissent encore à ses joues, il ne contrôle rien. A quoi bon de toute façon ? Il n'a pas l'intention de lui cacher quoique ce soit, c'est tout le contraire. Comme il ne voulait pas que Masayo lui cache des choses, il voulait le faire vivre, le faire ressentir et sourire. Quelque part, il ressent encore ce sentiment. Oui.. ressentir, frémissant alors à cette constatation, il attends qu'il lui parle afin d'entendre sa voix, si chaude, si.. délicieuse, du moins pour Vanille.

" J’suis là maintenant…J’te laisserais plus jamais, je resterais toujours avec toi… j’te lâche pu… "

Ses mots le touchent, l'enroule telle une couverture chaude et douce. Il est là, il ne sera plus jamais seul. Non, il ne veut plus le perdre, il ne supportera simplement pas de vivre sans lui... Le cœur battant plus fort encore dans son torse ne l'aide pas vraiment à se calmer. Ce n'est plus vraiment la peur qui lui tiraille l'âme au point d'en faire couleur ses larmes. C'est le bonheur des retrouvailles, l'espoir que tout est vrai, ses mots qui le comblent de joie. Il ne l'a pas oublié, il se souvient de lui, il n'est pas le seul à vivre dans le passé comme si sa vie avait stoppé sans crier gare. Il a toujours pensé être seul depuis qu'il l'avait perdu.. Bon sang combien de fois il l'a regretté cette fuite en avant sans l'avoir emporté avec lui.. Mais il ne pouvait pas, il n'avait pas le droit de lui priver de vie, de réussite, ce n'était simplement pas possible. Peut-être a-t-il grandi trop vite, peut-être qu'il a juste voulu lui donner la chance qu'il n'avait pas eu. Et pourtant, il savait qu'il le laissait entre les mains de ses parents que Masayo détestait... Culpabilisant en y repensant, il le garde tout contre lui, le serrant, lui caressant ses cheveux, ne le lâchant pas une seule seconde, c'est impossible.. Il voudrait qu'on les attache à jamais...

C'est ainsi qu'il se retrouve tout contre lui sur l'herbe en sentant sa main chaude glisser le long de son dos. Il en frissonne, sans doute parce que c'est lui et personne d'autre. C'est d'ailleurs en songeant que c'est Masayo qui le caresse qui le caresse qu'il se cambre pour en avoir plus, pour mieux sentir son corps, sa présence l'entourer, comme s'il fondait complétement contre lui. Il se surprend à vouloir être une partie de lui, sa peau pourquoi pas ? Une main ? Au moins, il ne le quitterait jamais. C'est sur cette pensée enfantine, qu'il se met à rougir en sentant la bouche de son Masayo contre sa tempe puis son front. Ses baisers lui avaient tellement manqué... Il sourit doucement à travers ses larmes, rassuré par sa présence, par la sensation habituelle qu'il retrouve en étant contre lui. Il se demande même un instant s'il le "punirait" comme avant s'il le taquinait. Mais il met rapidement cela de côté en le contemplant froncer les sourcils et réagir à ses dires. Oui, il vit dans la rue après tout. Il ne voulait juste pas le lui cacher, même s'il en est un peu honteux tout à coup.

" Mais non ! Tu ne peux pas vivre dehors ! C’est… ce n’est pas digne de toi, tu mérites beaucoup mieux que ça ! C’est intolérable de te savoir dans la rue, comment peut-on te laisser là ? Tu ne dormiras plus une seule fois dans la rue, à partir d’aujourd’hui tu viens vivre avec moi dans mon appartement en ville ! "

Il ouvre bien les yeux en rougissant à ses mots. Il mérite mieux ? Vraiment ? Mériter... C'est un mot qui lui semble tellement fort, presque irréaliste. Il se demande simplement si c'est la réalité, mais puisque c'est Masayo il le croit. Il ne lui a jamais menti, jamais il ne joue à un jeu, jamais.. Il a toujours été lui même, c'est peut-être ce qu'il aime le plus chez lui en plus de la passion qu'il découvre à chaque fois qu'il le regarde dans les yeux. Les gens le voient froid et distant, Vanille le voit tout autrement. Il l'envie de ressentir tellement fort, il a toujours tout fait pour pouvoir contempler encore et encore ce feu dévorant ses pupilles. Il tremble un peu lorsqu'il lui parle de vivre avec lui. Ce rend-t-il seulement compte qu'il réalise un de ses rêves là ? Il en doute sincèrement et pourtant... Il ne dit rien, de peur que sa voix ne soit pas assez assurée, qu'il ne pleure à nouveau mais de joie cette fois. C'est pénible de ne rien contrôler, et en même temps c'est totalement délicieux. Il sent bien qu'il le serre plus encore contre lui, comme avant. C'est comme s'ils ne s'étaient jamais quittés, si seulement ça pouvait être vrai...

" Pardon Vanille… de pas avoir été là pour toi, pour te protéger. J’aurais voulu que rien ne t’arrive, que tu sois heureux… et savoir que tu as vécu comme ça me ronge le cœur de remord. Je suis désolé de ne pas avoir été là pour toi, mais ça ca changer maintenant, tu vas venir vivre avec moi, ce n’est même pas le peine de protester, je ne te laisse pas le choix. Et jamais, plus jamais je ne te laisserais tout seul, je vais rester agrippé à toi pour le restant de tes jours, désolé mon vieux. "

C'est à son tour de froncer les sourcils. Il n'est pas d'accord. Ce n'est pas de sa faute ! Il ne veut pas qu'il culpabilise.. Et bien qu'il ne prend pas la peine de parler histoire de se reprendre avant de pouvoir reprendre la parole, il le serre contre son torse, se redresse, posant la joue de Masayo contre lui avant de le caresser. Il est hors de question qu'il le laisse avoir le cœur déchiré par les décisions qu'il a lui-même prises... Pourtant, il se calme petit à petit à ses mots, il le reconnait bien là. Il croit vraiment qu'il va le forcer ? Bien sûr que non !! Il accepte de bon gré le fait de vivre avec lui, pourquoi pas de commencer une nouvelle vie même si ça lui parait encore insurmontable. Il ne veut pas être un boulet pour lui. Mais Masayo a le chic de le rassuré, de le calmé... Celui fait tellement de bien...

Il attend maintenant qu'il lui parle de lui, espérant de tout cœur qu'il soit heureux. Après tout, s'il ne l'a pas emmené c'est justement pour ça, qu'il réussisse, qu'il touche le bonheur qu'il n'aura jamais du bout des doigts. Quand on est jeune et qu'on perd ses parents, les choses deviennent un peu trop floues pour réfléchir véritablement. S'il avait été égoïste, bon sang, il l'aurait emmener avec lui. Mais tout cela est du passé, il est là à présent...

" J’ai réussi oui, grâce à toi. Je t’ai d’abord cherché partout dans les alentours de notre ville d’enfance. Chaque coins, j’ai tout fouiller en longueur, largeur, en travers, tout, partout… j’en ai finalement déduit que tu t’étais enfuit ailleurs… dans une autre ville… loin de moi. Et je me suis dit que si je voulais partir à ta recherche dans ces autres villes, il fallait que je puisse me débrouiller seul, financièrement… alors j’ai travaillé, travaillé… j’ai terminé mes études… et finalement dès que j’ai pu, je suis partit de chez moi avec la plus grande des joies, pour partir sur les routes à ta recherche. J’ai fait tout ça pour toi… rien que pour toi. Alors tu penses bien que maintenant que je t’ai dans mes bras, tu ne réussiras plus jamais à filer loin de moi, je t’attache à moi s’il faut, avec des menottes. Mais tout ce que j’ai fait dans ma vie jusqu’à présent, c’est grâce à toi. Tout. Tu en es conscient Vanille ? "

Grâce à lui ? Il ouvre grand les yeux sans comprendre. Il n'a pas été là pourtant et... Il l'écoute, la gorge serrée.. Il l'a cherché ? Vraiment ? Il en tremble tout contre lui en cherchant à le bercer pour le calmer comme il peut bien qu'au fond, c'est lui-même qu'il cherche à calmer... Il a fait tout ça pour le retrouver lui ? Pas qu'il soit du genre à se rabaisser, mais il ne se pensait pas si important.. Il sourit à nouveau en l'entendant parler de menottes, c'est comme s'il lisait dans son esprit. Limite ça ne le dérangerait pas d'être menotté tant que c'est à lui de toute façon... A sa question, il secoue la tête simplement. Non, il ne s'en rendait pas compte.. Il lui a été utile ? Il l'a aidé malgré tout ? Merci, merci... Putain merci... s'il avait voulu rien qu'une chose c'était bien ça... Il sent alors son pouce sur sa joue et se love à nouveau contre lui, le contemplant tendrement, n'en ayant jamais assez.. Il a presque besoin de sentir son pouce, sa main contre sa peau.. Alors il penche la tête pour en avoir plus...

" Heureux ? Je vais te le dire franchement… Non, je n’ai pas été heureux tout ce temps… je ne peux pas être heureux si tu n’es pas à mes côtés… c’est tout simplement impossible. J’étais motivé à tout faire pour te revoir, mais je ne pouvais pas être heureux tant que je ne t’avais pas retrouvé. Mais c’est chose faite maintenant. Je t’ai retrouvé, je suis de nouveau heureux grâce à toi. "

Au début, on peut dire que Vanille le regarde, le cœur au bord des lèvres. Il n'est pas heureux ? Vraiment ? Il sent la panique monter en lui. Que faire pour que ça change et vite !!! Il se met à y réfléchir comme il peut tout en le fixant mais la fin de sa réplique le fait soupirer de plaisir.. Il va bien.. Même s'il ne comprend pas vraiment comment il arrive à le rendre heureux, il se sent soulagé, terriblement soulager... Il le contemple sourire comme avant et lui offre un sourire en échange.. Il est tellement beau franchement... Il en oublie qu'il est hétéro, il en oublie le monde... C'est naturel pour lui. Ce n'est pas n'importe qui bon sang ! C'est Masayo, ça résume tout, comme toujours.

Il le voit approcher son visage du sien... Sans prévenir ses lèvres frôlent les siennes. Il rougit tant et si bien que ses pommettes le brulent. Il se passe quoi ? Sa bouche humide se presse contre la sienne... C'est.. incroyable, un frisson parcourt sa colonne vertébrale alors qu'il glisse lentement ses bras autour de lui.. Gardant les yeux entrouverts, il le contemple, il fond, il meurt ou au contraire, il vit totalement à travers ce baiser alors que chacun de ses sens s'enivrent de lui.

" Désolé... j’ai… agis sans réfléchir… "

Il le regarde et secoue la tête avant de prendre son visage entre ses mains.. Sa respiration se fait plus forte, plus rapide, alors qu'il reprend ses lèvres plus avidement et maladroitement que jamais. Il n'est pas habitué aux baisers après tout.. Gémissant de façon étouffée contre ses lèvres, il n'arrête pas, bien qu'il ne songe pas une seconde à ouvrir la bouche pour en sortir sa langue. Innocent ? Oui sans aucun doute, mais pas moins avide et passionné à ce moment précis.. Il rompt le baiser en vibrant de tout son être en posant son front contre le sien.

" J'ai tellement de choses à te dire.. Tellement que je ne sais pas par ou commencer... Ah si !! Je ne veux pas que tu culpabilises. J'ai fait un choix ce jour là, je suis parti parce que j'avais peur de l'orphelinat, parce que... j'avais peur de tout je crois.. Mais ce n'est absolument pas de ta faute... Tu m'as cherché.. Bordel Masayo tu m'as cherché.. Tu ne m'as pas oublié.. si tu savais combien cela me touche, me fait du bien... "
Il lui sourit doucement, timidement sans vraiment bouger, avant de prendre sa main et la déposer sur son torse au niveau de son coeur qui bat la chamade violemment. C'est rien que pour lui, il n'y a que Masayo qui arrive à le faire vibrer à ce point.

" Tu le sens ? C'est toi qui le fait battre aussi fort... Tu ne me dois rien.. Rien.. J'ai toujours voulu que tu réussisses, j'ai toujours aimé te voir sourire, sans parler de cette flamme dans ton regard que tu caches si bien. SI TU AS CETTE FLAMME !! Ne dis pas le contraire.. Je l'ai toujours vu, je l'ai toujours su... Je suis heureux, heureux que tu aies réussi...Et.. et... "
Comment lui dire ce qu'il veut sans paraitre opportuniste ? Après tout, il lui a bien fait comprendre qu'il veut vivre avec lui de gré ou de force et en même temps, il ne veut pas qu'il s'en sente obligé.. Il envoie cependant toutes ses question aux orties pour une fois. Peut-être qu'il a envie de tenter d'être heureux tout simplement ? Peut-être qu'il avait tord depuis un moment, qu'il est fait pour un peu de joie ? Avec Masayo, il a envie d'y croire...

" Et... oui je veux vivre avec toi... Je ne veux plus vivre sans toi.. tu sais... "
Ajoute-t-il en souriant, murmurant comme s'il avouait un secret trop longtemps cacher, en prenant une de ses mèches de cheveux et les caressant.

" Quand j'étais plus petit, je nous rêvais toi et moi, dans un appartement... Alors ce que tu me proposes c'est comme... un rêve qui se réalise... "
Se penchant pour nicher son visage au creux de son cou, rougissant encore, il fait une petite pause, se lovant contre lui totalement en repensant au baiser. Il ne sait pas trop ce qu'il lui a pris et en même temps... Il ne regrette rien bon sang !!! C'était véritablement délicieux.. Il ne songe même pas à sa sexualité bien qu'il faudrait qu'il le lui dise... Moui...

" Et pour le baiser... Je ne suis jamais sorti avec quelqu'un, que ce soit fille ou garçon... Mais.. mais.. mais j'ai aimé et... et.. oh et puis chut !! "
Il le serre, caressant toujours sa mèche en fermant les yeux, une dernière larme de soulagement glisse sur sa joue avant de mourir sur le vétement de Masayo. Il murmure juste.

" Kidnappe moi... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 12:14

Lorsqu'il rompt le baiser, Massayo est peu sûr de lui, un peu craintif. Après tout, il embrasse son meilleur ami sous le coup de l'émotion, de la joie de le revoir... sans même savoir si ce dernier en a envie. C'était un coup à le perdre pour toujours si Vanille était un hétéro pur et dur. Putain il ne pourrait pas supporter de le perdre. Et voila le cuisinier qui commence à se flageler en pensées, se traitant d'abrutis et de pervers qui ne savait même pas se retenir. Mis ses pensées calomnieuses furent vite étouffée par un geste qui le surpris plus que tout, même s'il fut ravie... il fut tout de même surpris... mais très agréablement. Quand il sentit Vanille revenir contre lui subitement pour lui prendre les lèvres avec plus de fougue, les yeux de Masayo s'écarquillèrent de surprise, mais finalement il répondit au baiser avec la même fougue, frissonnant délicieusement, sans ouvrir les lèvres non plus, voulant rester chaste, tout simplement parce que pour lui Vanille était quelqu'un de pure, sans tâche, et qu'il ne voulait pas le souiller avec un baiser trop appuyé ou profond. Alors il frémit et prolongea le baiser de son compagnon, s'empêchant de se pincer pour vérifier qu'il ne rêvait pas. Quand le baiser s'acheva, Masayo était à bout de souffle, mais il était parfaitement conquis. Irrémédiablement à Vanille.

Lorsque pour commencer, Vanille lui dit que ce n'était pas de sa faute, c'était lui qui était partit, les lèvres du cuisinier effectuèrent la moue, ne le croyant visiblement pas. Et finalement, il n'y tient plus que son meilleur ami lui dit que le fait de l'avoir cherché le touchait. Masayo se rebiffa en serrant étroitement son compagnon contre lui.

"Non, ce n'était pas suffisant ! Si je t'avais mieux cherché, je t'aurais trouvé ! Si je n'avais pas décidé d'attendre de terminer mes études, je t'aurais retrouvé plus tôt ! Tu aurais souffert moins longtemps ! Et puis j'étais ton meilleur ami... j'aurais dû voir ce que tu allais faire... j'aurais dû m'en douter... je n'étais pas digne de toi.... j'ai même pas réussi à le voir venir...

Il était en train de se mordiller les lèvres à sang, sous les remords, la culpabilité. Il savait que Vanille ne voulait pas qu'il s'en veuille, mais c'était plus fort que l'introverti. Alors ensuite, se forçant à se taire, il laissa Vanille continuer de dire ce qu'il avait sur le coeur. Il rougit un peu plus lorsque le jeune homme aux cheveux bleus lui pros la main pour la poser sur son torse, au niveau du coeur. Il commença à lui caresser légèrement le torse, à travers son haut, tout en sentant son coeur battre, et ça le fit sourire. Et ses mots, encore plus. Sauf lorsqu'il lui parla de cette petite flamme dans le regard. Masayo était déjà prêt à le contredire mais son compagnon en lui en laissa pas le temps. Il le connaissait si bien. Mais tout de même, il estimait ne rien avoir dans les yeux, c'était toujours vide, terne... il n'y avait que son meilleur ami pour éveiller quelque chose en lui, c'était peut-être pour ça. Alors il fit la moue en caressant les hanches de son compagnon, en faisait une petite moue.

"Il n'y a que toi pour la voir tu sais..."

Ce n'était pas pour rien qu'il faisait peur aux autres non ? En revanche, lorsque Vanille lui parla d'accepter sa proposition de vivre ensemble, lui avouant d'ailleurs que c'était un de ses rêves quand ils étaient jeunes, qui se réalisait à présent, le cuisinier souria tendrement en lui caressant la joue d'un revers de la main, avant de se baisser pour baiser sa joue doucement.

"Alors je compte bien le réaliser.... avant nous étions trop jeunes, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui, je suis capable de prendre soin de toi et de te protéger de tout ce que je pourrais. Et je veux réaliser tous tes rêves. Tous."

En fait il allait passer le rester de sa vie à vivre pour Vanille, tout simplement, comme il l'avait toujours fait. Ensuite, en sentant le corps de son meilleur ami se nicher tout contre lui, il se permit de rire légèrement en le prenant bien contre lui, posant sa main dans les cheveux de Vanille pour lui maintenant le visage contre la gorge du cuisinier, caressant ses cheveux, lui murmurant des paroles tendres, caresser ensuite doucement ses bras, le berçant doucement.

"Je te kinappe quand tu veux, où tu veux.. le temps que tu veux."

Il remit ensuite ses lunettes de soleil sur son nez, fronçant un peu les sourcils face au soleil qui s'invitait dans la partie, les éclairant de ses rayons. Il continua de bercer son compagnon tranquillement, ne prettant aucune attention aux gens autour de lui, sauf quand il entendit la clochette caractéristique du marchant de cornet de glaces. Souriant, il glissa son regard jusqu'à son compagnon, sourire en coin.

"Tu aimes toujours autant les glaces bonhomme ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 12:18

Il le voit froncer ses sourcils, ne semblant pas d'accord avec ses dires.. Pourtant, il ne veut pas qu'il se sente coupable. Coupable de quoi d'abord ? Ce n'est pas de sa faute si ses parents sont morts, pas de sa faute si les services sociaux voulaient le mettre dans un orphelinat, pas de sa faute s'il a décidé de fuir sans le lui dire. Non, il n'était coupable de rien. Il fronce les sourcils aussi, posant sa main sur sa joue pour la caresser de son pouce comme pour le rassurer, tout en l'écoutant.

" Non, ce n'était pas suffisant ! Si je t'avais mieux cherché, je t'aurais trouvé ! Si je n'avais pas décidé d'attendre de terminer mes études, je t'aurais retrouvé plus tôt ! Tu aurais souffert moins longtemps ! Et puis j'étais ton meilleur ami... j'aurais dû voir ce que tu allais faire... j'aurais dû m'en douter... je n'étais pas digne de toi.... j'ai même pas réussi à le voir venir... "

Secouant la tête, il soupire légèrement. Qu'est-ce que son Masayo est têtu... C'est aussi ce qu'il aime chez lui... Et malgré ses mots, il le sert contre lui boudant presque parce que, non, il n'est pas d'accord avec lui. Il est content qu'il soit resté, qu'il est lutté pour réussir, très content même. Il a toujours voulu voir Masayo réussir malgré son caractère froid, malgré tout ce qu'on pouvait dire sur lui.

" Baka... "
Dit-il avec affection en restant tout contre lui. Il sait d'avance qu'il va lutter pour apaiser sa culpabilité, mais il prendra le temps de le faire, c'est décidé.. Il le serre un peu plus, se lovant encore plus tout en cherchant ses caresses. Bein quoi ? Il est profiteur et alors ? C'est un squatteur, il ne faut pas l'oublier, et l'on parle de son Masayo, ce n'est pas n'importe qui ! Il le presse en grondant contre son oreille pour bien montrer qu'il n'est pas d'accord avec lui.. Reculant son visage il le voit se mordre la lèvre inférieure, et pour ne pas qu'il se fasse mal, il dépose ses doigts sur sa bouche et la caresse. Non mais !

Reprenant leurs conversation, il lui parle de ses rêves, de la passion qu'il a toujours vu dans ses yeux. Le cœur battant violemment contre sa main qui le caresse, il en rougit un peu plus. Il n'a pas l'habitude d'être autant caressé après tout ! Oui, il rougit à mort et ne s'en cache pas trop.

" Il n'y a que toi pour la voir tu sais... "

" Non, je ne sais pas... "
Que lui ? Il rougit encore plus en grommelant que c'est un charmeur.. Il a le chic pour le rendre tout chose. C'est vrai quoi ! Qui ne fonderait pas à sa place ? Surement pas lui... Il continue de le serrer contre lui, parlant de son rêve c'est sur, partageant un peu de ses fantasmes avec son ange gardien.. Il ne s'attendait surement pas à ce qu'il le fasse fondre encore plus et pourtant...

" Alors je compte bien le réaliser.... avant nous étions trop jeunes, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui, je suis capable de prendre soin de toi et de te protéger de tout ce que je pourrais. Et je veux réaliser tous tes rêves. Tous. "

" Humf... tu as le chic pour me faire fondre... "
Murmure-t-il en cachant son visage contre son cou. Il frémit, tremble littéralement à ses caresses dans ses cheveux, à l'obligation qu'il ressent de rester là tout contre sa gorge qu'il ne peut s'empêcher d'embrasser timidement. Son odeur, sa chaleur, sa présence lui font tourner la tête. Tout va si vite et en même temps, il a tellement l'impression que c'est naturel... Il est un peu perdu, accroché à la seule personne qui compte pour lui pour ne pas se noyer à son trop plein de sensations et d'émotions.

" Je te kinappe quand tu veux, où tu veux.. le temps que tu veux. "

" Toute la vie ? "
Oups.. Il l'a dit à voix haute... Il soupire en sentant ses joues le bruler plus fort que jamais. C'en est presque honteux. Franchement, il a l'impression d'être à son premier rendez-vous galant et de n'avoir que 15 ans.. C'est d'un gênant... Mais heureux, une petite sonnerie le fait se calmer, il la reconnait entre mille.. Le marchant de glaces, Mmmhh !!! Il se redresse pour le coup, le cherchant du regard comme d'habitude en sentant la salive dans sa bouche, tellement ça lui donne envie. On dirait presque un gamin, comme à chaque fois que quelques choses de merveilleux -à ses yeux- se trouve à proximité.

" Tu aimes toujours autant les glaces bonhomme ? "

" Oh que ouiiiii !! Tu me connais <3. On va s'en prendre une ? S'il te plaiiiiiiit é.è "
Il fait une tête de chaton battu pour l'inciter à accepter, s'accrochant à son haut en déposant un petit baiser doux sur ses lèvres. Il se relève finalement et lui tend la main pour l'aider à se relever. Il n'ira pas sans lui clairement, même s'il ne se retient pas vraiment de sautiller presque sur place.

" Vite mon coeur !! Il va partir !!! Mmmh je crois que je vais prendre du chocolat et de la pistache... "
Il rougit de plaisir, se penchant pour l'obliger à se lever. Un vrai gamin. Il a l'air... heureux.

" Vite !! Je n'irai nul part sans toi !! Faut que tu te dépêches !! "
Naturel, il ne se rend pas compte de la profondeurs de ses paroles... Pourtant, il est totalement sincère..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 12:20

Visiblement, Vanille n'était pas d'accord avec le fait que Masayo s'en veuille pour tout ce qui s'était passé avec Vanille. Et tant pis si ce dernier n'était pas d'accord avec lui, il s'en fichait, ça n'enlèverait rien au sentiment de culpabilité qui mordait le coeur du cuisinier. Enfin bon... même lorsque son compagnon lui souffla un "baka" attendrit, ça n'apaisa en rien le jeune homme.Enfin bon, il ne revient pas dessus, cela ne servirait à rien. Il savait bien que son compagnon ne le laisserait pa se morfondre dans la culpabilité, mais ils verraient avec le temps si ça se calmait. Mais rien ni personne n'enlèvera cette idée de la tête de Masayo. Enfin bon, bref. Enfin bon, la suite se passe de commentaire. Ce n'était que retrouvailles entre les deux adultes à présent, gestes tendres, doux. Des petites caresses de temps en temps, des doux et sages baisers échangés, sur le front, la tempe, la gorge... c'était vraiment un merveilleux moment. Masayo et Vanille redécouvraient le corps de l'autre, sa présence, sa tendresse... ils profitaient l'un de l'autre, refaisaient connaissance, même si rien ne s'était perdu, c'était exactement... Mis à part les petits bisous sur la bouche, mais ils ne savaient pas encore ce que ça signifiait.

Lorsque son compagnon parle de se faire kidnapper par Masayo, parle même de le kidnapper toute la vie, Masayo le fixe avec surprise tout d'abord, puis il finit par rire doucement en lui caressant la joue, amusé de voir la rougeur sur ses joues. Il lui dit tendrement, ne quittant pas son regard des yeux.

"S'il te plait, ne soit pas timide avec moi... je comptait de toute façon te kidnapper pour la vie, c'est bien ça que je veux dire quand je parle de ne plus jamais te lâcher tu sais...."

Pour preuve, il le gardait bien contre lui pour le câliner tendrement. Il lui avait tellement manqué, ils avaient des années de tendresse perdues à rattraper. Il ne se passerait pas un jour sans qu'il prouve à son compagnon on attachement. Enfin bon, ils auraient le temps pour bien se retrouver, convenablement, et ils ne manqueront pas d'avoir de nouveaux moments rien que tous les deux. La musique du marchant de glace raisonna alors dans le parc, et Masayo sourit, se rappelant que son meilleur ami adorait les glaces. Et en effet, ça ne loupa pas. Son compagnon se transformant soudainement en gamin, tout comme ils l'étaient il y a de cela quelques années.. il adorait le voir comme ça. Donc il l'observa se mettre debout, sans le suivre. Il voulait d'abord le taquiner. Puis finalement, quand Vanille l'y obligea, il se releva en riant légèrement, attendrit. Il se frotta les vêtements ten lui répondant.

"Mhhhh... j'veux une glace.... à la vanille..."

Dit-il en esquissant un sourire en coin. Ensuite, il lui prit doucement la main, serrant tendrement ses doigts, avant de le tirer avec lui vers le marchand de glace qui s'était arrêté non loin d'eux en fait. Il n'y avait pas beaucoup de monde, et il faisait beau, c'était vraiment l'idéal. Il le conduisit donc jusqu'au marchant de glace, laissant tout d'abord son compagnon choisir sa glace et le nombre de boules qu'il voulait. Ensuite, ce fut au tour de Masayo de prendre deux boules à la vanille, avant de payer. Il retourna donc s'asseoir ensuite près de l'arbre avec son compagnon, s'installant dos contre l'arbre, jambes écartées pour que son meilleur ami puisse s'installer entre. Appuyant le dos de Vanille contre le torse de Masayo, ce dernier commence à lécher sa glace tranquillement, caressant distraitement la hanche de son meilleur ami. Au bout d'un moment, alors que Masayo venait de terminer sa glace, son téléphone retentit. Il soupira en décrochant.

-"Oui ?"
-".... Oui, normalement c'était demain...."
-".... je vois.... oui c'est bon, je peux venir ce soir, mais je ne serais pas seul...."
-".... D'accord, alors à tout à l'heure."


Soupirant, il raccroche avant de serrer contre lui le jeune homme, lui disant.

"Je dois aller travailler dans une heure... tu viens avec moi hein ? J'te laisse pas toute façon, donc tu n'as pas le choix. Mais si tu veux, on peut passer chez moi se rafraichir ou déposer nos affaires ?"

Dit-il avant de se relever en s'étirant gracieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 12:21

La situation est un peu folle, du moins c'est ce que pense Vanille. Après tout, retrouver son meilleur ami d'enfance dans le parc et.. répondre à son baiser qui n'a rien d'être amical c'est quelque chose d'incroyable... Et pourtant c'est si naturel.. Il ressent son cœur battre violemment, ses joues le brulent totalement. C'est un peu dingue car c'est la première fois qu'il ressent ça véritablement. Il a bien vu des gens s'embrasser, voir même s'aimer.. Mais il a toujours pensé que ce n'était qu'une mode, qu'un bidule un peu surfait.. Il est.. sur les fesses, il n'y a pas d'autre mot..

" S'il te plait, ne soit pas timide avec moi... je comptait de toute façon te kidnapper pour la vie, c'est bien ça que je veux dire quand je parle de ne plus jamais te lâcher tu sais.... "

Non, il ne sais pas mais il est rassuré. C'est peut-être égoïste mais il ne veut pas qu'il le lâche. Qu'il l'enferme même s'il le veut, cela lui prouverait qu'il est important pour lui et il ne serait pas contre, tant qu'il est enfermé avec lui. En outre, timide ? Non il n'est pas timide, juste totalement gêné parce qu'il ne sait pas vraiment comment réagir... Pourtant, il reste dans ses bras, bien blottit, jusqu'à entendre la cloche et.. Et... que son ange gardien lui propose une GLACE !! Raahhh les glaces, ça fait x temps qu'il n'en a pas mangé... Alors forcément, c'est avec les étoiles plein les yeux qu'il cherche à le faire se lever, car oui ! Il est HORS DE QUESTION qu'il y aille tout seul !! Il ne veut pas le perdre à nouveau. On peut dire que c'est une peur qui nait au creux de son cœur. Mais chut.

Il le regarde se lever et s'approche pour l'aider à lisser ses vêtements et enlever de la poussière plus ou moins invisible. Bon sang, il se sent vraiment "petit" à ses cotés. Depuis quand il a autant de muscles sans rire ? Pas qu'il était tout maigrichon avant, mais ils étaient plus ou moins égaux et là... Tcheuh, il est trop beau... Rien que d'y songer, il sent ses joues le bruler. Bien sûr il a déjà trouvé quelques hommes "beaux" mais ils n'étaient pas lui après tout ! En mode gamin, il annonce ce qu'il prendra et..

" Mhhhh... j'veux une glace.... à la vanille... "

Hein quoi ? Il pouffe et rougit tout autant en prenant sa main. Il entrecroise même ses doigts aux siens sans y songer. C'est apaisant. Il a l'impression d'être revenu en arrière alors qu'ils marchent vers le marchant.

" Je ne suis pas comestible, tu sais ? "
Il tire la langue et commande sa glace deux boule : une à la pistache et l'autre au chocolat.. Il commence déjà à la lécher, il n'est pas patient.. Et puis franchement, il en a tellement envie !!! Il le regarde payer et le suit avant de s'asseoir entre ses cuisses, posant son dos contre son torse, l'arrière de son crâne sur son épaule. Il soupire de bien être et mange tranquillement sa glace.

" Profite bien de ta glace.. Dévoreur de Vanille !! "
Il rit un peu en inclinant la tête pour le regarder faire. Il adore le taquiner c'est pas de sa faute ! Ou peut-être que si, mais c'est Masayo qui a commencé après tout !! Mais soudainement tout s'arrête à cause d'un coup de téléphone. Il fronce les sourcils et le fixe de ses yeux dorés. Qui peut avoir son numéro ? Jaloux ? Sans doute que oui, même s'il ne s'en rend pas véritablement compte, qu'il ne peut pas encore mettre de mot dessus.

- " Oui ? "
- " .... Oui, normalement c'était demain... "
- " .... je vois.... oui c'est bon, je peux venir ce soir, mais je ne serais pas seul... "
- " .... D'accord, alors à tout à l'heure. "


Il incline la tête en l'écoutant et finissant sa glace en même temps. Qu'est-ce qu'il se passe ? Ça veut dire quoi exactement ? Il a un rendez-vous ? Il se mord l'intérieure de la joue en y songeant en baissant les yeux. Mais.. Il a bien dit qu'il ne serait pas seul non ? Il a l'intention de l'emmener ? Perdu dans ce trop plein d'émotion, il le contemple tout de même à nouveau ne cachant rien de son appréhension. Heureusement lorsque son ange raccroche, il le serre contre lui. Ça a le don de le calmer, de l'apaiser... Il soupire de bien être à nouveau, reprenant même un semblant de sourire.

" Je dois aller travailler dans une heure... tu viens avec moi hein ? J'te laisse pas toute façon, donc tu n'as pas le choix. Mais si tu veux, on peut passer chez moi se rafraichir ou déposer nos affaires ? "

Travailler ? Il sourit TOTALEMENT, se retournant pour le prendre dans ses bras. Bordel qu'est-ce qu'il est soulagé !! Ce n'est que pour le travail !! Il ne se demande pas pourquoi il ressent ce soulagement, il ne fait que savourer ce sentiment après avoir sentit son cœur se serrer. En plus, il veut l'emmener avec lui !!

" Je suis au paradis... "
Murmure-t-il alors que sa tête lui tourne tellement il se sent bien... Il se redresse et le regarde s'étirer comme chat.. Il sourit et repasse ses mains sur son torse, ses épaules, époussetant à nouveau la poussière invisible...

" Je n'ai rien d'autre que ce que j'ai sur moi... Mais.. peut-être que je devrai prendre une douche au moins... Tu sais, je ne me souviens pas être aller au restaurant à part le mac do quoi... J'espère ne pas te mettre mal à l'aise. "
Il le prend par la main et lui sourit en caressant le creux de sa paume. Il regarde le parc un instant, inclinant la tête. Il part de "chez lui".. C'est un sentiment bizarre, et en même temps, il n'a pas peur. Il a confiance en son ange gardien.. Se reculant et marchant vers la sortie à ses cotés, il sourit toujours plus ou moins discrètement. Mais Masayo le connait bien, il doit le voir.

" Tu es tellement bon qu'on te demande. C'est trop la classe je trouve... héhé... Alors c'est par où ? Et promis, je ferai vite !! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 14 Nov - 12:24

Masayo ce sentait bien, il se sentait entier, il se sentait heureux, et il se sentait surtout chanceux, de l'avoir retrouvé. Depuis le temps qu'il attendait cet instant C'était bien simple, il ne le lâchait plus d'une semelle, rien du tout. Il voulait le garder dans ses bras pour toujours, et c'est bien ce qu'il avait dit à Vanille d'ailleurs, il ne lui cachait rien. Et comble du bonheur, son meilleur ami ne semblait pas contre cette idée, il était même franchement pour. Alors tout allait encore mieux dans le meilleur des mondes. Si c'était un rêve, il ne voulait plus jamais se réveiller. Mais ce n'était pas un rêve, il reconnaissait la flagrance naturel de son compagnon, sa voix, sa chaleur, son corps qui avait changé depuis leur enfance.

Enfin bon, l'essentiel avait été dit. Tout ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre, le fait qu'ils s'étaient manqués, qu'ils ne voulaient plus se quitter, qu'ils ne pouvaient pas se passer l'un de l'autre, comment ils avaient vécu plus ou moins leur séparation... le plus gros avait été dit, c'était le principal. Les détails viendront plus tard, quand ils parleront plus en profondeur, quand ils auront bien le temps. Là en ce moment, encore tout fous de leurs retrouvailles, ils ne voulaient qu'une chose, se faire des câlins et s'assurer que l'autre ne disparaisse pas. Le reste viendra quand ils seront sûr qu'ils ne se quitteront plus.

Enfin, le marchand de glace eut la merveilleuse idée de passer dans le coin, ravivant un souvenir de Masayo. Le fait que son meilleur ami adorait les glaces. Le marchand tombait donc très très bien. Masayo vit sans surprise son compagnon accepter la glace avec joie, voire plus et il se releva avec lui pour se diriger vers le marchand. Lorsque Vanille lui dit qu'il n'était pas comestible, il lui fit juste un petit sourire coquin sans répondre, ayant déjà sa petite idée en tête. Il le laisse donc commander en premier avant de prendre commande d'une glace avec deux boules à la vanille, évidemment. Une fois qu'il eut les glace, il paya avant de tire la langue à Vanille lorsque celui-ci le taquina en lui disant de profiter de sa glace. Il sourit ensuite, exécutant l'idée qu'il avait eu avant. Sur le bout de son doigt, il préleva un peu de sa glace à la vanille pour en barbouiller le lobe de l'oreille gauche de son compagnon, avant de venir rapidement le lécher et le suçoter. Une fois son forfait commis, il recule en riant légèrement avant de s'éloigner pour aller s'installer contre un arbre.

Il accueillit ensuite avec joie le corps de son compagnon contre lui, écartant les jambes pour que Vanille s'installe, le laissant venir contre son torse en passant instinctivement un bras autour de sa taille, protecteur. Il commence à manger distraitement sa glace avant que son téléphone ne le coupe dans sa dégustation, le faisant grogner. Il discute donc un court moment avec son collègue qui ne pouvait pas aller travailler aujourd'hui, et qui lui demandait donc de le remplacer. Il accepta, parce que en tant que nouveau, ce ne serait pas très bien vue de refuser un remplacement. Mais la condition était de prendre Vanille avec, sinon merde. Il ne voulait pas le lâcher, pas même pour aller travailler. Puis il pourrait ainsi lui montrer le lieu où il travaille. Il en informa donc son compagnon, souriant, et sourit un peu plus lorsque celui-ci lui dit qu'il était au paradis. Enfin bref, ils se redressent donc avec Vanille, le gardant contre contre lui en déclarant :

"Je vais te prêter des vêtement, et puis demain si tu veux on pourra aller faire des petites courses pour t'acheter des affaires, et de quoi vivre chez moi d'accord ? Des affaires de douches, un peu de bouffe aussi parce qu'il n'y a pas grand chose chez moi, puis on verra un peu.... Allez viens, j'vais te montre notre nouvel appartement à tous les deux !"

Il avait faillit dire "mon appartement", mais non, c'était le leur à présent. Il lui prit la main directement, l'entraînant dans la rue en quittant le parc, restant collé contre Vanille tout en marchant. Il reste ainsi pendant toute la marche, avant d'arriver devant un grand immeuble d'appartements. Il lui montre le code pour la porte d'entrée, avant de pénétrer à l'intérieur, se dirigeant vers l'ascenseur. Une fois à l'intérieur de celui-ci, il indique à son meilleur ami que l'appartement se trouve au troisième étage, puis le temps du trajet de l'ascenseur, il attire vanille contre son corps, les bras passés autour de sa taille, et il vient l'embrasser tendrement, tout heureux de l'avoir contre lui, enfin. Un fois le baiser rompu, et l'ascenseur arrivé à destination, il lui murmure qu'il est aux ange de l'avoir enfin retrouver, de l'avoir à ses côtés.

"T'es l'ange de ma vie, depuis le début..."

Il lui sourit et l'entraîne dans le couloir, sur la gauche, pour arriver à l'appartement 36. Il ouvre la porte, donnant sur un appartement d'une pièce. Mais une pièce spacieuse, avec un coin cuisine, un coin bureau, un coin salon, un coin salle à manger, un coin chambre. La salle de bain et les toilettes se trouvait dans une salle carrelée à côté. L'appartement était décoré sobrement, de couleur bruns, et les meubles étaient principalement en chêne. Quelques photos traînaient ci et là, et sur un meuble en évidence, la photo de Vanille et Masayo lorsqu'il était jeune, les deux dans les bras l'un de l'autre. Sur un autre meuble, la photo de Masayo et un autre garçon de son âge. Sur la bibliothèque, principalement des livres de cuisine. Masayo va donc lui montrer la salle de bain, et il lui sort deux essuies propre et un gant de toilettes, ainsi que des effets de toilettes.

"Tu utilises tout ce que tu veux. Tu restes le temps que tu veux, mais on est partir dans 45 minutes chou"

Dit-il avant de venir l'embrasser sur le front, avant de sortir de la salle de bain. Il voulait aller cuisiner pour son homme, mais ils vont au restaurant juste après, donc il lui ferait à manger à ce moment-là. Il sifflota en se prenant un truc à boire en attendant son compagnon, allant ranger un truc et l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Sam 17 Nov - 1:57

Le temps passe bien trop vite !! Et en même temps il a la sensation d'avoir attendu des siècles avant de le voir à nouveau mais aussi de me sentir si bien, si complet. Il ne sait pas ce que l'avenir lui réserve, mais à ses cotés il se sent plus fort que jamais... Masayo est présent à ses cotés. Bien sûr il ne sait pas ce qu'il lui prend.. Enfin si, un peu tout de même... Il l'a embrassé, léché le lobe de l'oreille et il en a gémi, frémi, vibré sur place.. Pire encore, Il a aimé ça, vraiment... Plus que cela, sentir Masayo si proche, si pressé contre lui... C'est juste délicieux tout simplement. Il n'a pas encore osé mettre de véritable mot sur ses sentiments mais il ne doute pas... Il le fera il en est certain. Pour le moment, il profite de lui totalement. S'il pouvait seulement rester dans le creux de ses bras tout le reste de sa chienne de vie... Pourtant ils ne peuvent pas rester dans leur petit paradis. Après tout, Masayo vient d'être appeler pour travailler. Bien qu'il soit fier de lui et content pour son compagnon, il ne peut s'empêcher de faire une petite moue discrète avant de se relever à ses cotés. Il était si bien là, tout contre lui, à subir les baisers et caresses de son Masayo...

" Je vais te prêter des vêtement, et puis demain si tu veux on pourra aller faire des petites courses pour t'acheter des affaires, et de quoi vivre chez moi d'accord ? Des affaires de douches, un peu de bouffe aussi parce qu'il n'y a pas grand chose chez moi, puis on verra un peu.... Allez viens, j'vais te montre notre nouvel appartement à tous les deux ! "

Il sourit, reprenant un peu de joie qu'il arrive à lui offrir en quelques mots. Il a le chic pour le faire sentir bien. Il n'est même pas certain qu'il s'en rendre véritablement compte. Mais peut importe pour le moment, c'est en lovant totalement contre lui qu'il hoche la tête et se met à marcher en direction de chez "eux". Rien qu'à cette pensée, Vanille soupire de bien être. Il se demande comment est l'appartement de son compagnon. Après tout, une maison nous représente n'est-ce pas ? Arrivé devant l'immeuble, il tente de retenir le code de la porte d'entrée de l'immeuble... Que dire lorsqu'ils sont dans l’ascenseur ? Si ce n'est qu'il répond à son baiser avec passion de façon maladroite mais totalement sincère... Sa bouche le rend totalement dingue, sans parler de son corps complétement lové au sien.. Le cœur battant la chamade, il écoute ses mots doux, rougissant comme une tomate trop mure.

" T'es l'ange de ma vie, depuis le début... "

Complétement dans ses pensées, il ne fait que le regarder, fondant totalement dans ses bras avant de le suivre. Il regarde autour de lui et son regard tout comme son corps se fige à la vue d'une photo en particulier.. Celle ou Masayo est avec un autre homme de son âge. Il n'a pas pour habitude de ressentir vraiment mais là, une bouffée brulante de jalousie lui étreint le cœur. Qui est ce type ? Pour Masayo a-t-il gardé cette photo, la mettant au même niveau que celle qu'il a gardé d'eux ?

" Tu utilises tout ce que tu veux. Tu restes le temps que tu veux, mais on est partir dans 45 minutes chou. "

Perdu, il se trouve dans la salle de bain, le laissant faire tout en le regardant, gêné de ressentir ce "truc" qu'il ne connaissait pas avant ce moment précis. Qu'a-t-il donc ? Il a confiance en Masayo, il n'y a pas à revenir la dessus et pourtant... C'est comme un robot, qu'il hoche la tête, se déshabille puis commence à prendre sa douche. Il est heureux, si heureux que ça en est effrayant. Si ce n'avait pas été Masayo, il aurait fui sans même discuter et voilà qu'il vit à présent avec lui, dans cet appartement avec cette photographie...

" Reprends-toi merde ! "
Jure-t-il à lui-même entre ses dents... Prenant une goulée d'air, il se met à frotter sa peau comme il peut. Ce n'est pas tous les jours qu'il prend sa douche après tout, surtout aussi chaude... Fermant les yeux à demi, il se rince avant de se coiffer et laver ses crocs. Il sent la vanille, comme quoi, il n'en sort jamais mais cela le fait sourire un peu.

Ensuite ? Il finit par sortir aussi nu que le jour de sa naissance en secouant la serviette sur ses cheveux devenus plus bleus encore, qu'il y a quelques minutes. N'était pas pudique pour deux sous, surtout avec Masayo, il le cherche et le trouve, stoppant ses mouvements pour le regarder, le contempler, rougir en repensant à leurs baisers... Est-ce cela aimer comme un fou ? Bien sûr, il en est même certain... Après quelques minutes de matage intense, il s'approche de lui et pose sa main droite sur son épaule, alors que la gauche continue d'essuyer ses cheveux.*

" Tu me prêtes des vêtements ? "
Il ne se dit pas une seconde "C'est ton mec maintenant et t'es à poil devant lui... Alors RÉAGIT !!" Non non, pour Vanille tout ceci est encore nouveau... Et puis merde c'est Masayo quoi hein !! Il ne lui cache rien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Sam 17 Nov - 8:21

Pendant le trajet qui dura une dizaine de minutes, du parc jusqu'à l'immeuble de Masayo, et durant le cours laps de temps que dura le voyage en ascenseur, Masayo ne cessait de se gorger de la présence de son ami d'enfance, du seul homme qui avait de l'importance pour lui, qui en avait toujours eu. Masayo pourrait tout faire pour lui, parfaitement tout. Et depuis tout à l'heure, il restait proche de lui, ne voulant pas quitter son contact, voulant ressentir pleinement sa présence, son odeur, sa voix... tout tout tout. Et il 'amusait, s'attendrissait et s'émerveillait devant les petites réactions qu'affichait son Vanille. Son rougissement était exquis, à croquer... parfaitement adorable. Le directeur et cuisinier allait tout simplement fondre devant lui. Comment une personne aussi... parfaite, pouvait être son ami, franchement ? Enfin, il en profitait bien, il ne cessait de rester en proche contact avec lui, et il l'emmena donc à l'intérieur de son appartement.

Il ne fait pas attention aux photos qui peuplent son appartement. Il n'y en a pas qu'une de Masayo et Vanille, il y en a bien sûr plusieurs. Sur le meuble, sur le buffet, au salon, dans la chambre sur la table de nuit... Vanille était présent dans sa vie et dans son appartement, constamment. Et effectivement, il y avait une autre photo près de l'entrée, de Masayo avec un jeune homme blond aux yeux vert. Masayo amène donc son compagnon jusqu'à la salle e bain, lui souriant avant de le laisser sur un dernier baiser. Il va jusqu'à la cuisine, se préparant un thé à boire avant d'aller s'installer sur un haut tabouret, sur la table de la cuisine. Il avait l'esprit ailleurs, prenant lentement conscience de la chance qu'il avait.

Il avait recherché Vanille pendant pratiquement toute son enfance et son adolescence, il n'avait jamais arrêté d'espérer le retrouver. Même au fil des ans. Et voila qu'enfin, son rêve se réalisait. Leur relation était intacte, c'était inouï. Vanille était tout pour Masayo, et visiblement la réciproque était peut-être vrai aussi. Et... voila qu'il était dans son appartement, qu'il allait peut-être y rester, il revenait dans sa vie... tout allait redevenir comme avant ? Non, il espérait... plus, mais il ne brusquerait jamais son compagnon. Après tout, il ne savait pas ce qui lui était arrivé pendant tout ce temps, il ne voulait pas lui imposer quelque chose, le brusquer... alors il resterait tout simplement aux côtés de Vanille, quand il aurait besoin de lui, à toute heure, et il verra comment ça évoluerait. Il devra se faire violence mais il serait prêt à tout pour son ami d'enfance, même plus.

Perdu dans ses pensées, il sursauta lorsqu'il sentit une main se poser sur son épaule. Il se tourne donc vers le propriétaire de la main, qui n'était autre que Vanille. Il l'observa des pieds à la tête, rougissant légèrement mais ne faisant aucun commentaire, et ne laissant pas traîner son regard plus que la décence l'autorise sur le corps de Vanille. Il ne voulait pas le mettre mal à l'aise ou quoi, il en était encore à son choix de ne pas le brusquer, donc il se concentra sur son visage, se perdant dans ses yeux, retrouvant un sourire doux et amant, tendre. Il vint lui caresser doucement la joue avant de lui répondre.

"Je t'ai dit que je te prêterai des vêtements, alors pourquoi tu me poses la question ? Tout ce qui se trouve ici, tout ce que tu as besoin, il suffit de me le demander et tu peux te servir de tout. Maintenant, je te reprends avec moi, je m'occupe de toi... tu n'as plus à hésiter sur quoique ce soit d'accord ? Je te prends en main mon ange..."

On ne pouvait pas faire plus fleur bleue que ça comme déclaration, c'était guimauve comme tout mais bon, comment faire autrement franchement ? Vanille faisait naître en lui des sentiments profonds. Masayo était une crasse avec les autres, il se fichait du monde l'entourant, mais quand il s'agissait de son ami d'enfance tout changeait. Enfin bon, le cuisinier se leva pour aller du côté du lit et de la garde robe. Il fouilla dans ses vêtements pour en extirper certains qui seraient à la taille de Vanille, même s'ils seraient sûrement un peu larges. Il lui donna donc. Sous-vêtement, jean et chemise avec un petit pull bleu nuit qui s'accorderait parfaitement avec les cheveux de son interlocuteur.

Il le laissa ensuite s'habiller. Il alla se préparer lui-même, allant mettre un manteau avant d'en tendre un à Vanille. Une fois chose faite, une fois qu'il eut tout ce dont il avait besoin, que Vanille était prêt aussi à partir, il ne put s'empêcher de revenir vers lui pour le prendre dans ses bras et l'attirer contre son torse pour l'étreindre tendrement, nichant son visage contre la chevelure de Vanille pour renifler son odeur. Il déposa un baiser sur sa tempe.

"Je t'aime tu sais ? T'es mon tout..."

Souffla-t-il à son oreille avant de lui prendre la main. Il étreignit tendrement ses doigts avant de se mettre en route, repassant par l'entrée et ouvrant la porte pour les attirer à l'extérieur, refermant tout à clef. Gardant la main de son compagnon, il resta proche de lui pendant tout le trajet à pieds dans la rue, lui faisant éviter les piétons qui marchaient sans regarder autour d'eux, manquant de les bousculer. Il veillait sur Vanille comme une mère poule, c'était presque exagéré. Ils arrivèrent bientôt devant un établissement aux allures chic, avec un néon indiquant le nom d'un restaurant assez renommé en ville. Masayo pénétra à l'intérieur et ils se firent accueillir par un garçon de salle, un blond aux yeux vert justement, qui s'approcha d'eux en glissant un regard curieux à Vanille, avant d'observer Masayo.

"Bonjour ! Merci de venir nous aider en cuisine aujourd'hui ! Je suis heureux de te voir ce soir. Mais.. tu es venu avec quelqu'un ?"

Ajoute-t-il en fronçant ses sourcils. Sur ce, Masayo attire Vanille contre lui en passant un bras autour de sa taille, tout en répondant.

"De rien, tu sais bien que j'aime venir cuisiner de temps en temps.. je reste un cuisinier dans l'âme. Et donc oui, je suis venue avec le seul homme que ma vie comptera. Je te présente Vanille, je te prierais de le considérer comme ton client le plus important de la soirée d'accord ? Il doit être traité en roi."

Dit-il alors que le garçon de salle hochait la tête tout en souriant gentiment à Vanille. Il les emmena jusqu'à une table tranquille, près d'une fenêtre, au calme. Masayo aida Vanille à se dévêtir et il fit de même, lui avançant une chaise pour qu'il s'installe. Il e baissa ensuite pour venir déposer un baiser sur son front, soufflant à son oreille.

"Je dois aller cuisinier à présent... tu diras à Karo, le garçon de salle à qui on a parlé, ce que tu souhaites boire et manger. Je t'apporterait tout moi-même et il n'y a que pour toi que je cuisinerait avec tout mon savoir faire, tu mangeras le meilleur repas de ta vie, je te le garantis.

Il lui sourit tendrement, caressant une dernière fois sa joue avant de se rendre en cuisine, saluant les cuisiniers avant d'aller directement s'installer aux fourneaux. Dans la salle, Karo, le garçon de salle, apporte une carte à Vanille.

"Et voila pour monsieur, prenez tout votre temps pour choisir et faites-moi signe une fois que c'est fait..."

Mais même après avoir dit cela, il reste près de Vanille, brulant de lui poser une question sur sa relation avec Masayo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Mer 21 Nov - 15:36

Il est nu face à lui maintenant que Masayo c'est retourné et là... Il sent un truc un peu étrange. Pas désagréable non !! Surtout étrange.. Inclinant la tête, il le voit le regarder entièrement nu et là lui vint une question que jamais il ne s'est posé de sa vie : "Est-ce que je lui plais ?". Il écarquille les yeux lui-même face à cette question. Qu'est-ce qu'il lui prend ?! Ce n'est pas un adolescent en rûte merde ! Frissonnant et rougissant un peu, il se calme en voyant le regard de son démon protecteur se retrouver dans ses yeux et non plus sur son corps qu'il ne trouve pas si beau que cela, surtout avec les quelques cicatrices qui s'y trouvent. Plus encore !! Il soupire de bien être lorsqu'il sent la main chaude et virile de son compagnon contre sa joue. Il en ronronnerait presque... Masayo est le seul être au monde à le rendre ainsi sans qu'il ne se méfie ou qu'il soit sauvage.

" Je t'ai dit que je te prêterai des vêtements, alors pourquoi tu me poses la question ? Tout ce qui se trouve ici, tout ce que tu as besoin, il suffit de me le demander et tu peux te servir de tout. Maintenant, je te reprends avec moi, je m'occupe de toi... tu n'as plus à hésiter sur quoique ce soit d'accord ? Je te prends en main mon ange... "

Son ange ? Il doute d'en être un mais clairement, il est au paradis. Hochant la tête doucement, il le suit évidemment. Au début, il ne contemple que lui, se fichant à nouveau de sa nudité. Après tout, il a plus intéressant sous les yeux. Il n'arrive pas encore à croire qu'il ne rêve, et en même temps, si... Il est là, bel et bien là, au point qu'ils se sont embrassés, pressés l'un contre l'autre avec passion qu'il ne se connaissait pas. C'est dans une sursaut de lucidité qu'il se reprend. S'approchant, il met le boxer, le jean qui tombe sur ses hanches, le haut puis le pull bleu. C'est un peu large, mais il aime ça. Oui on a l'impression de le voir porter les vêtements de son amant avec qui il s'est envoyé en l'air, surtout avec ses cheveux ébouriffés à cause de la serviette. Mais dans un sens, est-ce si faux que cela ?

Arrivant, étant prêt, il se retrouve dans les bras de son paradis, de son compagnon, meilleur ami et plus encore... Rougissant, il se sent apaisé pourtant, glissant ses bras autour de son cou, de son être. Putain c'est Masayo qu'il a contre lui, là, dans ses bras... Masayo qui hume son odeur, lui encore qui embrasse sa tempe doucement. C'est dingue quoi, il rêve ce n'est pas possible !! Afin d'être sûr, il embrasse le creux de son cou, sentant son odeur, la chaleur de sa peau, le gout de son épiderme contre ses lèvres. Si c'est un rêve, alors qu'il ne se réveille jamais ! Voilà ce qu'il songe...

" Je t'aime tu sais ? T'es mon tout... "

L'aimer ? Son cœur bat violemment, limite il en saignerait du nez à cause de la pression. Dans les nuages, il ne dit rien, le suivant comme un automate en entrecroisant ses doigts aux siens. Il relève les yeux seulement lorsqu'ils sont arrivés toujours aussi rouge tomate à ses mots repassant encore et encore ses mots d'amour dans son esprit. C'est fou, il a envie.. Tellement envie de l'embrasser, de se blottir contre lui, de le caresser lascivement... Il tourne la tête vers un inconnu et là...

Tout retombe en reconnaissant ce blond aux yeux verts. Il revoit la photographie se retrouvant dans l'appartement de SON Masayo À LUI !! Rien qu'à lui !! Lui aussi fronce les sourcils en le voyant et plisse même les yeux. Il est très instinctif après tout.

" Bonjour ! Merci de venir nous aider en cuisine aujourd'hui ! Je suis heureux de te voir ce soir. Mais.. tu es venu avec quelqu'un ? "

Heureux de le voir hein ? Bein voyons... Il grince des dents, son cœur se serre comme jamais il n'a ressenti de sa vie. Il a envie de pleurer, d'hurler, de demander des explications. Mais là encore tout coupe court, il se retrouve contre SON Masayo.

" De rien, tu sais bien que j'aime venir cuisiner de temps en temps.. je reste un cuisinier dans l'âme. Et donc oui, je suis venue avec le seul homme que ma vie comptera. Je te présente Vanille, je te prierais de le considérer comme ton client le plus important de la soirée d'accord ? Il doit être traité en roi. "

Le seul homme ? Il passe ses bras autour de sa taille subitement, rougissant de plaisir de l'entendre dire ça, surtout devant CE mec. Il finit par s'asseoir donc et sourit simplement à SON homme, ouais le sien !! Il ne réfléchit pas, ne se pose plus de questions sur ce qu'il est, hétéro ou pas. Masayo est à lui merde !

" Je dois aller cuisinier à présent... tu diras à Karo, le garçon de salle à qui on a parlé, ce que tu souhaites boire et manger. Je t'apporterait tout moi-même et il n'y a que pour toi que je cuisinerait avec tout mon savoir faire, tu mangeras le meilleur repas de ta vie, je te le garantis. "

Il le regarde partir sans rien dire bien qu'il a envie d'hurler qu'il est à lui et c'est tout! Oh bien sûr, il a compris qu'il n'aime que lui, mais il a envie que tout le monde le sache plus encore... Il ne contrôle plus rien... Assis donc, il renifle en voyant le garçon de salle s'approcher et être gentil. Ça l’énerve encore plus. Il a l'impression d'être le méchant de l'histoire et en même temps...

" Et voila pour monsieur, prenez tout votre temps pour choisir et faites-moi signe une fois que c'est fait... "

" Bonjour. "
Enfin, il se décide à ouvrir la bouche. autant être poli même si sa politesse n'est pas franchement au top. Il pose la carte sans même l'ouvrir, soupirant royalement.

" Je ne sais pas lire. Ça risque d'être compliqué. Donnez moi du coca. "
C'est bien un des seuls trucs qu'il connaisse véritablement. Chieur, obstiné, casse couille, c'est ce qu'est Vanille lorsqu'il est seul, et bien qu'il soit je-m'en-foutiste sur les bord, là, il est question de Masayo et il n'est pas question qu'il n'en sache pas plus même s'il doit faire un scandale dans le resto.

" Vous avez couché avec Mon petit ami ? "
Il caque ses ongles sur la table comme un pianiste sur son instrument, le regardant droit dans les yeux, le regard et la voix aussi neutre que possible bien que sa question est foutrement claire. En outre il souligne totalement qu'ils ont relation alors que rien n'était clair il n'y a pas une demi heure. Il soupire un peu. Tentant de se calmer, il inspire et expire une grande goulée d'air, frottant son torse au niveau de son cœur comme si ça pouvait retirer l’étau qui l'enserre violemment.

" Dites à Masayo de me faire la surprise, clairement je ne vais pas pouvoir choisir... "
Il regarde ailleurs, changeant de conversation pour calmer le jeu et pourtant... Il n'a qu'une envie... Lui hurler que Masayo est à lui, rien qu'à lui, juste à lui.. Tout dépendra sans doute de la réponse de cet inconnu. Il a franchement peur de souffrir mais il a besoin de savoir et puis quoi ! Masayo a bien le droit d'avoir un passé merde !! Oui.. c'est si facile de dire ça... Passant une main dans ses cheveux, son regard passe de la porte où Masayo a disparu et le garçon de salle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Jeu 22 Nov - 4:11

Autant Masayo était fort protecteur avec l'amour de sa vie, il serait prêt à tout faire pour lui, pour son confort, pour sa protection, pour que tout aille bien dans sa vie et qu'il n'ait plus jamais à vivre en manquant de quoique ce soit... autant il voulait le protéger de tout... être toujours là pour lui, se plier en quatre pour lui... tout faire, même ce qu'il ne pouvait pas... juste pour le voir heureux et le voir sourire.... Autant Masayo ne se rendait jamais compte de ce que les autres pouvaient ressentir à son égard. Rien, quedalle.... c'était un handicapé des sentiments. Il n'avait pas conscience du trouble que Vanille pouvait ressentir à son égards, des questions qu'il pouvait se poser... Il remarquait bien ses rougissements et il les trouvait absolument adorable. Mais pour ce qui était de capter quoique ce soit en rapport avec lui, niet, cerveau en standbye.

Il l'emmène donc le coin chambre de l'appartement afin de lui prêter des vêtements pour qu'il s'habille. Il faudra l'emmener faire quelques cours demain pour qu'il aille de quoi se mettre sur le dos. Une fois que Vanille fut habillé, Masayo se tourna vers lui pour l'observer, et il eut un bug complet du système. Ses vêtements trop grands qui glissaient sur la peau de son compagnon... ses cheveux ébouriffés... son air tellement adorable... Le chef cuistot dû vite plaquer une main contre son nez, de peur qu'il y ait une effusion de sang. Il allait mourrir, le violer sur place, lui enlever ces vêtemements et le balancer sur le lit... Rah, c'était tellement dur de résister ! Il déglutit péniblement avant de s'avancer pour repositionner les vêtements convenablement. Il ne fallait surtout pas que quelqu'un le voit avec les vêtements glissant sur son épaule par exemple, il en crèverait de jalousie.

Donc il tenta de se reprendre ensuite en l'étreignant tendrement. Il se raisonna et souffla doucement dans sa tête, pour ne pas que Vanille l'entende et pense que quelque chose n'allait pas. Il fallait qu'il se reprenne. Il n'avait aucun doute sur la nature des sentiments qu'il ressentait pour son p'tit ange. En fait, il les ressentait sûrement depuis leur enfance. Mais s'il y a bien une chose qu'il ne voulait pas, c'était de faire peur à son compagnon, à l'amour de sa vie. Il fallait qu'il se contrôle, mais dieu que c'était dur. Il frissonna lorsque Vanille effleura sa gorge. Il dut vraiment se retenir de lui sauter dessus. Finalement il lui prêta un manteau et des chaussures avant de l'emmener vers le restaurant où Masayo devait travailler ce soir. Il y retrouverait donc Karo, le garçon sur la photographie, le garçon de salle qui travaillait ce soir.

Ils furent d'ailleurs accueillis par lui. Masayo lui présenta Vanille et lui signifia bien qu'il devait le traîter comme un roi ce soir. Après tout c'était son ange. Masayo l'accomapgna jusqu'à la meilleure des tables et il l'aida à s'installer, s'assurant qu'il avait tout ce dont il avait besoin, qu'il était bien installé, qu'il n'y avait pas trop de beaux mecs à l'horizon. Karo les observa avec une lueure de jalousie dans le regard, qui disparu subitement quand Masayo se tourna vers lui pour lui signifier de s'occuper de son homme. Une dernière caresse sur la joue de son compagnon et le cuisinier s'en alla en cuisine pour faire son travaille. Le pauvre, s'il savait ce qui se tramait...

Karo se tourna donc vers Vanille avec un sourire professionnel, poli, mais qui ne montait pas jusqu'à ses yeu. De plus, ses yeux s'agrandirent légèrement sous la surprise, devant le changement d'attitude de Vanille. Il n'était plus comme quand il était avec Masayo, c'était assez étrange comme changement, brutal. Mais il ne dit rien, allant chercher la bouteille de coca pour venir lui en servir un verre. Il manqua cependant de s'étouffer en entendant la question de Vanille. Alors... c'était... son petit ami ? Il fronça ses sourcils et ses traits se durcirent. Tout ses rêves pour s'approprier Masayo s'envolèrent. Ils étaient devenus amis à la condition expression du jeune chef. Celle de ne rien espérer de plus. Parce qu'il lui avait clairement expliqué que son corps appartement entièrement, totalement à son ami d'enfance, Masayo. Mais il savait égalemetn que ce dernier avait disparu il y avait longtemps.... et savoir que c'était lui.... ça lui retournait l'estomac.0 Alors, de mauvaise foie, il lui dit.

"Tss.. Masa ne m'avais jamais dit qu'il avait quelqu'un dans sa vie...."

Il insista sur le "Masa". Le directeur du pensionnat ne l'avait jamais autorisé à lui donner de surnom, c'était une chose réservée à Vanille. Mais après tout, ce dernier ne le savait pas non ? Et puis comme Masayo ne pouvait pas entendre, il en profitait. De plus, si, il savait très bien qu'il avait quelqu'un dans sa vie mais... il ne voulait pas l'avouer.... se l'avouer, il avait toujours espéré. Donc il avoua quand même à contre-coeur, mais en ajoutant aussi :

"... il ne m'a jamais laissé lui faire l'amour.. mais je sais qu'un jour je l'aurais dans mon lit !"

Clairement, le garçon de salle enrageait, ses yeux étaient froid. Un sourire sarcastique lui vint aux lèvres quand Vanille lui dit finalement d'aller dire à Masayo de lui faire la surprise pour le repas. Il y vit là, stupidement, une chance de dévaloriser le jeune homme aux yeux du chef cuisinier. Il ricanna donc, haussant ses épaules en reprenant la carte. Il observa froidement le jeune homme avant de lui dire.

Je vais aller voir Masayo de ce pas. Est-ce qu'il sait comment tu agis avec les autres quand il n'est pas là ? Qu'en fait t'es un rebelle de mauvaise foie et que tu ne joue qu'un jeu devant lui, que t'es pas aussi parfait que tu voudrais bien lui montrer ? Que tu ne sais même pas... lire ? J'vais aller le trouver de ce pas... et on verra bien. ...... Au fait, tu sais pourquoi il cache ses yeux derrière des lunettes toi ? Héhé, moi oui...."

Il pensait que c'était lui qui avait l'avantage, que son petit tour fourbe fonctionnerait... tsss, le pauvre, s'il savait. Il arriva donc en cuisine où le jeune chef s'activait à préparer les plats qui lui étaient demandés. C'est qu'il y avait du monde et qu'il avait beaucoup de chose à faire. Mais il attendait avec impatiente la commande de son homme. Il sourit en voyant le garçon de salle, alors qu'il était occupé aux frittures. Il lui demanda donc comment ça se passait. Il fronça ses sourcils lorsqu'il appris que Vanille n'avait pas sû lire la carte, qu'il ne savait pas lire. Il se traita d'imbécile et il s'en voulu sincèrement de ne pas avoir pensé à cette possibilité. Cependant, il se figea en entendant le reste de ce que son ami avait à lui dire. Que vanille était un autre homme lorsqu'il n'était pas là, hautain, rebelle, méchant.... une pourriture quoi, d'après lui. Ect...

Et là, ce fut le drame. Masayo vit rouge. Une des choses qu'on ne pouvait absolument pas, carrément pas, faire ou dire devant lui, ou même derrière lui ou lorsqu'il n'était pas là, il s'en fichait, c'était bien de dire du mal de Vanille. Il ne pouvait pas le supporter, c'était incroyable. Il n'arrivait plus à penser de façon cohérente, il ne parvenait pas à rester calme... tout se mélangeait dans sa tête. Quelqu'un avait osé faire du mal à Vanille, lui dire du mal..... c'était totalement innaceptable et impardonnable, que ça vienne d'un ami ou pas. Et il ne put se contrôler sur ce qui arriva....

De la salle du restaurant, on entendit un peu d'agitation venir des cuisines. Des cuisinier et serveurs en sortirent rapidement pour aller murmurer à l'oreille des garçons de salle, un autra alla téléphoner. Masayo avait littéralement pété un plomb en fait. Le pauvre Karo fut évacué par derrière afin que le calme ne soit pas perturbé dans le restaurant. Il était salement amoché et on le conduisit en direction d'un hopital. Masayo, lui, revint finalement en salle au bout d'une minute supplémentaire. Il alla s'asseoir en face de Vanille, l'observant, soucieux, allant spontanément lui prendre la main par-dessus la table. Il se mordilla les lèvres avant de lui demander, perturbé.

"Il... ne t'a pas fait de mal au moins, hein ? Excuse moi de t'avoir laissé avec lui ! Je... je ne pensais pas qu'il oserait mal te parler ! C'est.. c'est... totalement impardonnable !"

Et Vanille pouvait très clairement voir que Masayo n'était pas dans son état normal. Il avait un tic nerveux au sourcil droit, son corps était tendu, encore tremblant sous l'énervement. Un bandage recouvrait son bras droit sous sa chemise de cuisinier. Il observa Vanille avec toute la tendresse et l'amour qu'il ressentait pour lui, il avait envie de pleurer.

"Je suis vraiment, vraiment désolé Vanille..."

Et même plus encore. Rien que repenser à ce que Karo lui avait dit, ça lui donnait envie de le tuer et de se couper une main pour avoir laissé cela arriver. Il serra tendrement les doigts de l'homme de sa vie avant de lui dire.

"Je dois retourner en cuisine. Je suis désolé aussi de ne pas avoir pensé que... tu aurais du mal avec la carte, pour la lire. Je te promet qu'on aura une très longue discussion une fois rentrés à l'appartement. Je veux savoir ce qui t'es arrivé, ce que tu as vécu... ce que tu ne sais pas faire, ce que tu n'as pas appris.. et je me chargerais de te les apprendre, à commencer par lire, d'accord ? Je t'aime Vanille.... et je vais aller de suite te concocer le meilleur plat que tu n'auras jamais mangé, je mangerais avec toi, et ensuite nous rentrerons tous les deux à la maison pour passer une soirée rien que nous deux, en tête à tête, et tu ne quitteras pas mes bras, je te l'assure..."

Il lui fait un petit sourire timide, encore sous le coup de sa colère. Il avait du mal à se calmer, et à arrêter de s'en vouloir. Il serra une dernière fois la main de son amour avant de se redresser, se penchant pour déposer un baiser sur son front, tendrement, avant de retourner vers les cuisines, préoccupé. Il cuisina avec tout l'amour qu'il avait pour son homme, avec toute sa maîtrise, retrouvant son calme en excercant ce métier qu'il aimait. Il espérait que tout allait bien pour son petit ange, il avait hâte de le retrouver....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Vanille Atsuko
Extérieur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/11/2012
Localisation : Auprès de Masayo !!
Emploi/loisirs : Passer du temps avec Mon homme.

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple avec Masayo ♥♥♥
Relation (Amis, ...): Masayo est son amant, son amour mais aussi son meilleur ami.
Aime/Déteste: Aime : Masayo, les glaces, le chocolat, la pistache... / Déteste : Ceux qui se croient tout permis etc.

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Dim 25 Nov - 11:39

Le voilà donc dans le restaurant dans lequel Masayo travaille. Tout ce serait bien passé si seulement Vanille n'avait pas vu une photographie du garçon de salle aux cotés de Masayo chez lui. Il ressent une jalousie destructrice, c'est si nouveau qu'il n'arrive pas à se contrôler. C'est sans doute pour cela qu'il pose une question indécente au garçon de salle une fois que Son petit ami est parti en cuisine. Car oui, cette jalousie lui a ouvert les yeux bien plus vite que l'on aurait pu le croire. Masayo est à lui, à lui et à personne d'autre. Il n'y a pas à tortiller du cul la dessus. Il est simplement fou de lui et il a bien l'intention de le lui dire ! Enfin quand il en aurait le courage... Mais ce n'est pas le plus important pour le moment.

Tapotant toujours sur la table comme s'il jouait du piano, il attend la suite. Ok, il a été direct, c'est dans son caractère après tout. Mais sincèrement, il a réussi à se modérer sinon il lui aurait foutu son poing dans la gueule sans même lui avoir laissé dire "bonsoir". Non mais c'est vrai quoi ! Il le regarde chercher son coca et prend le verre entre ses doigts, le caressant du pouce en attendant la réponse à la question qui le taraude depuis qu'il a vu cette fichue photographie. Il le regarde réagir voyant ses traits changer d'expression. Sérieusement, il lui fait presque peur pour le coup. Il va se transformer en loup garou d'un coup en plein milieu du restaurant ou c'est seulement son imagination ?

" Tss.. Masa ne m'avais jamais dit qu'il avait quelqu'un dans sa vie... "

Masa ? Comment ce type OSE appelé SON mec Masa ?! Il fronce directement les sourcils. En outre, il se souvient parfaitement que Masayo lui a dit qu'il le cherchait depuis toujours. Et s'il cachait leur relation alors pourquoi il aurait affiché des tas de photos d'eux deux dans son appartement ? Pour le coup, il ne le croit pas. Il a confiance en Masayo. Il le connait bien. Pour sa hargne le choque. Faut dire qu'il avait un autre visage lorsque Masayo était présent.

" ... il ne m'a jamais laissé lui faire l'amour.. mais je sais qu'un jour je l'aurais dans mon lit ! "

Il serre les dents violemment. Clairement, il ne sait pas à qui il a affaire. Il veut qu'il le cogne là de suite ou quoi ? Bon au moins, il se sent en partie apaisé. Son homme n'est pas sorti avec ce connard qui prétend être son ami. Par contre la dernière phrase le fait presque sortir de ses gonds.

" Tu es pathétique. Je pensais que tu étais quelqu'un de bien, de gentil et je culpabilisais d'être jaloux de toi mais maintenant... Je peux dire que t'es une enflure, et que Masayo même s'il ne me choisissait pas, mérite des millions de fois mieux que toi. Moi tout ce que je veux c'est qu'il soit heureux. C'est ça l'Amour le vrai !! Je ne pense pas forcément qu'à son corps, non !! C'est son cœur, son âme tout de lui me plait. Il est à MOI !! Et jamais je ne laisserai une pourriture dans ton genre ne serait-ce que respirer le même air que lui !! "
Et clairement, il a bien l'intention de tout dire à Son petit ami. Non, il ne laissera pas passer. Lui-même a un comportement différent avec les autres. Mais juste par méfiance, normal vu sa vie non ? Ouais il est rebelle et il l'EMMERDE voilà. Il lutte pour rester assis et ne pas se jeter sur lui carrément pour lui éclater la gueule à ce connard !

" Je vais aller voir Masayo de ce pas. Est-ce qu'il sait comment tu agis avec les autres quand il n'est pas là ? Qu'en fait t'es un rebelle de mauvaise foie et que tu ne joues qu'un jeu devant lui, que t'es pas aussi parfait que tu voudrais bien lui montrer ? Que tu ne sais même pas... lire ? J'vais aller le trouver de ce pas... et on verra bien. ...... Au fait, tu sais pourquoi il cache ses yeux derrière des lunettes toi ? Héhé, moi oui..."

Il l'écoute et fronce les sourcils encore. S'il n'était pas dans le restaurant où bosse son homme PUTAIN !! Respirant et expirant, il se demande en quoi il est de mauvaise foie. Après tout, il lui a dit et posé toutes questions qui lui venaient en tête. Est-ce hypocrite ? Non, c'est même le contraire. Ok il manque d'éducation et de culture général mais quand même !! Il sent son cœur se serrer, blesser.. Ouais il ne sait pas lire, comme s'il y pouvait quelque chose sérieusement. C'était soit la fuite soit l'orphelinat et plutôt CREVER que de choisir la seconde option. Pire encore.. Il parle des lunettes, non il ne sait pas.. Et le fait que cet enfoiré le sache lui broie le cœur. Il a loupé tellement d'années auprès de Masayo... Il l'aime, il est amoureux de lui... Il a envie de le retrouver, de pleurer dans ses bras, mais il reste stoïque, ne bougeant pas, figé afin de ne pas lui donner "trop" de satisfaction.

Il prend sa serviette, le regardant partir et baisse les yeux soupirant et songeant "ne pleure pas, putain t'as vécu pire merde !!! ... ouais mais je l'aime lui... je l'aime vraiment... ". Il ne rougit pas pour une fois. Il a confiance en Masayo mais en même temps il a terriblement peur de le perdre malgré tout. Il ne pense pas pouvoir survivre sans lui à nouveau. Ce n'est simplement pas possible. Dans un sens c'est si flippant... Vraiment, tellement... Il sait tant ce que c'est de perdre les personnes qu'on aime.

Pourtant, plonger dans ses pensées, des bruits de luttes se font entendre tout à coup. Du moins, c'est ce qui lui semble. Les garçons de salle s'agitent. Qu'est-ce qu'il se passe ? Il est certain qu'il y a quelque chose qui se passe et évidemment, il pense à nouveau à ce connard d'ami de son amour...

" Il... ne t'a pas fait de mal au moins, hein ? Excuse moi de t'avoir laissé avec lui ! Je... je ne pensais pas qu'il oserait mal te parler ! C'est.. c'est... totalement impardonnable ! "

Le voyant, toutes ses pensées stoppent. Qu'est-ce que... Il prend sa main, la serrant tout à coup au dessus de la table, ne se concentrant que sur lui.. Son cœur se met à battre plus vite encore. Bon sang, qu'est-ce qu'il s'est passé exactement ? Il n'ose rien dire, l'écoutant et comprenant que s'il s'est battu c'est pour lui... Rien que pour lui, qu'il n'a pas cru un mot venant de lui. Et même s'il a toujours confiance en Masayo, il s'en sent totalement soulagé.

" Masayo.. Tu ne pouvais pas savoir... "
J'essaie de le calmer tout comme me calmer également, c'est dur de ne pas péter un plomb, de le serrer, d'hurler combien il est amoureux de lui. Amoureux... C'est tellement fou qu'il ne sait pas comment s'y prendre.

" Je suis vraiment, vraiment désolé Vanille... "

" Je t'assure... Je vais bien... Tout va bien. "
Il le contemple, caressant sa main alors qu'il le sent serrer ses doigts un peu plus encore. Il tente de l'entourer de sa présence même si ce n'est pas facile pour Vanille, cela fait tellement longtemps qu'il est resté seul. Mais avec lui, il veut faire l'effort.. Il le regarde intensément, souriant avec tendresse et amour sans se cacher...

" Je dois retourner en cuisine. Je suis désolé aussi de ne pas avoir pensé que... tu aurais du mal avec la carte, pour la lire. Je te promet qu'on aura une très longue discussion une fois rentrés à l'appartement. Je veux savoir ce qui t'es arrivé, ce que tu as vécu... ce que tu ne sais pas faire, ce que tu n'as pas appris.. et je me chargerais de te les apprendre, à commencer par lire, d'accord ? Je t'aime Vanille.... et je vais aller de suite te concocter le meilleur plat que tu n'auras jamais mangé, je mangerais avec toi, et ensuite nous rentrerons tous les deux à la maison pour passer une soirée rien que nous deux, en tête à tête, et tu ne quitteras pas mes bras, je te l'assure... "

Tout ce qu'il retient alors c'est qu'il ne le juge pas par son manque d'éducation soit de ne pas savoir lire, mais aussi qu'après avoir mangé en sa compagnie, il va se retrouver dans ses bras peut-être même pour toujours. Rien que cette idée lui réchauffe le cœur sans qu'il contrôle rien. Pourtant tout se passe trop vite. De ne plus l'avoir là, avec lui alors qu'il a des tonnes de choses à lui dire, c'est trop !!

Soudainement, Vanille se lève, courant vers les cuisines sans que personne ne l'arrête tellement son comportement est surprenant. Il le cherche des yeux, des larmes d'amour et de soulagement glissent sur ses joues. Bien qu'il ne soit pas quelqu'un de très démonstratif, qu'il soit plus du genre à fuir quand il se sent perdu, là.. C'est différent...

" MASAYO !!. "
Sans attendre, il court vers lui dès qu'il le voit et lui prend le bras avant de le regarder. Comment dire ? Comment faire ? Perdu à nouveau, il regarde la porte d'où il vient mais non, il ne veut pas fuir cette fois.

" Masayo... Je t'aime !! "
Cela n'a rien de romantique, mais c'est si fort, si intense, qu'il ne pouvait pas attendre. Au diable ses questions pour le moment, il a toute la vie pour savoir qui était ce type, pourquoi Masayo porte des lunettes fumées, pourquoi il l'aime de cette façon.. Toutes ces foutues questions attendront tout simplement. Il se fige tout de même en se rendant contre de la situation. C'est qu'il vient d'avouer être amoureux de son meilleur ami d'enfance, dans une cuisine d'un restaurant... C'est si... Paf, il rougit violemment et se recule en souriant gêné...

" Euh.. Je te laisse faire à manger.. Ahem... "
Il se recule, bousculant un cuisinier et faisant tomber un plat. Il s'agite et aide en s'excusant violemment. Il est toujours aussi rouge, c'est d'un fou tout ce qu'il se passe sérieusement ! Une fois arrivé à la porte, il sourit une dernière fois.

" À toute à l'heure, hein... "
Il fait un petit signe et s'assoit avant de ne plus bouger d'un poil jusqu'à ce que Masayo revienne.. Il fixe sa serviette posée sur la table, se repassant le "Masayo... Je t'aime !!" en boucle dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masayo Suzuki
Admin
avatar

Messages : 81
Date d'inscription : 01/11/2012
Localisation : Avec Vanille
Emploi/loisirs : Cuisiner et vivre pour Lui

Feuille de personnage
Situation amoureuse: En couple, fidèle, fou de son homme
Relation (Amis, ...): La seule relation que j'veux c'est mon ange
Aime/Déteste: Aime son ange et déteste le reste

MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   Lun 26 Nov - 2:57

Le jeune garçon de salle ne répond rien à ce que lui dit Vanille. Après tout, il le sait déjà tout ça, il s'en doute bien malheureusement. Même il n'y peut rien. La colère, la jalousie, la déception... ces sentiments mêlés l'empêche de voir clair et il ne cherche qu'une chose finalement, c'est de blesser Vanille et lui faire croire que Masayo ne tient pas autant à lui qu'il lui avait dit. Mais dans un coin de son esprit il est conscient que c'est peine perdue, mais il essaie, piteusement, et il va voir Masayo sans répondre au jeune homme. La suite, bien sûr ne l'étonne guère. D'un côté il est soulagé que Masayo l'ait corrigé.. il avait vraiment été nul sur ce coup, c'était moche ce qu'il avait dit, mais il n'y pouvait rien il l'aimait tellement.... la douleur physique qu'il ressentait à présent à cause du chef cuistot, ce n'était rien à côté de la peine de son coeur. Mais une chose était sûr, il reviendrait les voir tous les deux, plus tard, pour s'excuser, quand il aurait fait le point.

Quand il revient donc ensuite dans la salle du restaurant, auprès de son amour, encore tremblant de la rage qu'il avait ressentit, crispé de colère et inquiet pour son compagnon, il s'assied à ses côtés pour lui prendre la main et la caresser doucement, autant pour le rassurer lui que de se calmer lui-même. Il sourit en retour lorsque Vanille lui sourit tendrement, et avec une note d'un autre sentiment que Masayo n'ose pas identifier, de peur de se tromper. Mais le sourire de Vanille le rassure, le calme, et lui redonne le sourire également. Putain qu'il pouvait l'aimer son p'tit coeur, c'était incroyable, il n'était pas conscient qu'on pouvait aimer quelqu'un à ce point. C'est pour ça qu'il avait vue totalement rouge quand le garçon de salle avait dit du mal de lui. Personne ne pouvait toucher à son homme, physiquement ou verbalement ,c'était totalement proscrit, interdit, intensément punissable. Il était tellement parfait, tellement adorable, comment quelqu'un pouvait-il vouloir lui faire du mal, sérieux quoi, merde ! Mais une chose était sûr, son instinct de protection qu'il avait vis à vis de Vanille venait de grimper encore de 100%

Il lui expliqua donc ce qu'ils allaient faire tout les deux par la suite, mais qu'il devait également aller cuisiner avant. Il ne voulait pas le laisser seul à nouveau, ça le répugnait, mais il n'avait pas le choix. Il fallait qu'il bosse. Mais il allait le chouchouter A MOOOOOOOOORT à leur retour à l'appartement. Il le gaverait d'amour et d'attention jusqu'à la nausée, et même là il continuerait. Il lui sourit donc, embrassant son front avant de s'en aller à regret. Mais toutes ses pensées étaient dirigées vers son petit amour à table. Il rejoint les cuisines sous l'oeil curieux des autres cuisiniers, et il se mit au travail, commençant à cuire divers aliments en même temps, composant plusieurs repas en un coup, mais n'accordant vraiment tout son talent qu'à celui prévu pour son homme. Il avait même déjà une idée sur comment le servir dans l'assiette et tout.

Il fut surpris, cependant, quand la voix tellement bien connue de son compagnon retentit dans la cuisine. Il pouvait le reconnaître au premier son, cette voix avait hanté amoureusement ses rêves durant ces dernières années. Il se tourne alors vers son compagnon de vie, surpris de le voir ici, dans les cuisines. Il le connaissait timide, alors dans une cuisine avec du monde, et surtout en criant.... ça le surprenait ouais. Il s'éloigne de la friteuse et autres plans de cuisson pour ne pas qu'il se fasse mal, il lui sourit tendrement tout d'abord, allant lui demander ce qu'il voulait avant de se faire couper la parole par son homme. Et là, c'est le drame... enfin non, loinnnnnnnnnnnn de là... disons plutôt que c'est le drame dans le sens ou la poele qu'il tenait dans sa main chute sur le sol, sa machoire manquant de faire pareil si c'était humainement possible -nous ne sommes pas dans un dessin animé- Heeeeu... pouce ! Pause.... ! Il rêvait au alors Vanille venait bien de lui dire qu'il l'aimait ? Sérieux ? Il venait pas de tomber dans l'coma dans la cuisine non ? C'était pas un rêve hein ? Enfin, Masayo avait vraiment une tête de pure débile actuellement à se demander s'il rêvait ou pas. Le temps qu'il reprenne ses esprit, Vanille avait eu quelques maladresses avec un serveur et était sur le point de s'en aller.

Remettant les pieds sur terre, ses fusibles se connectant à nouveau entre eux, Masayo débug et il se précipite sur son homme avant que ce dernier ne parte. Il lui prend le visage entre les mains, l'observant fièvreusement, tendrement, amoureusement ,avant devenir baiser tout amoureusement ses lèvres. Les yeux clos, il l'embrasse avec toute sa tendresse et son amour, et le soulagement qu'il ressentait suite à la déclaration de son p'tit coeur, l'euphorie qu'il ressentait. Putain, il avait envie de crier sa joie dans tout le réstaurant sérieux quoi. Il l'embrasse un long moment jusqu'à en perdre son souffle ,avant de finalement rompre le baiser, plongeant son regard dans celui de son homme.

"Jt'aime mon ange... mon p'tit ange... mon p'tit coeur.... mon p'tit mec.... t'es rien qu'à moi, j'prendrais soin d'toi jusqu'à la fin de mes jours.. je t'aime"

Autour d'eux, certains cuisiniers le charient pendant que d'autres sourient simplement. Masayo ne lâche son homme qu'à contre coeur, ayant visiblement beaucoup de mal à se détacher de lui, faisant un regard de chien battu en le regardant s'éloigner. Rah putain, c'était normal autant de bonheur ? Il pouvait crever de suite, au moins il crèverait heureux à mort ! Il retourna donc cuisiner sous les taquineries de ses collègues mais il s'en fichait mais alors, toooootalement quoi, il était sur le cul encore de la révélation de Vanille, il était encore dans son p'tit monde tout rose, limite bisounours tu vois ? Pathétiquement guimauve mais il n'y pouvait rien, c'était l'effet que lui faisait son homme. Dans la salle de restaurant, une fois que Vanille est réinstallé à table, une jeune serveuse, la vingtaine, une petite rousse toute mignonne aux yeux vert se dirige vers Vanille. Tritturant ses doigts timidement, rougissant, elle prend finalement la parole.

"Bon... bonjour... bienvenue dans... ce restaurant. Je suis... désolée de venir vous importuner à votre table mais.. je.... j'ai entendue tout ce qui s'est passé ici, avec Karo.... puis avec Masayo.... Il... il ne faut pas croire tout ce qu'à dit Karo... enfin je suppose que vous... avez confiance en Masayo mais bon... déjà.. on le sait depuis qu'il travaille ici, qu'il a quelqu'un dans sa vie, il n'arrêtait pas de parler de toi...vous ! hum... il n'avait que votre prénom à la bouche.... il n'a jamais laissé personne ne draguer, ça ne l'intéressait pas... Il a toujours été clair, si on veut être ami avec lui, la condition est de ne pas espérer plus.... puis... il a toujours interdit qu'on lui donne des surnoms... vous savez... Je suis vraiment heureuse qu'il vous ait retrouvé, et que vous soyez heureux... désolé pour ce qu'à fait Karo....

Elle lui sourit, encore intimidé et en jouant nerveusement avec ses doigts, mais sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pensionnat-spidia.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le passé devenant futur [Pv Masayo]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le passé devenant futur [Pv Masayo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présent, Passé et Futur [Kinjutsu]
» Echange "Futur et Passé"
» On ne peut oublier le passé, mais le futur peut l'enfouir || Vent du Sahara
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Spidia :: ♣ En Ville ♣ :: ♠ Le Parc ♠-